​Exposition : Jean Boccacino, le retour à Angers


Rédigé par - Angers, le Mercredi 15 Mars 2017 à 08:10


Vingt ans après sa dernière exposition publique à Angers intra-muros, le peintre Jean Boccacino présente ses dernières réalisations jusqu'au 2 avril à la Galerie Eloka, rue Toussaint. Une double belle découverte.



Jean Boccacino devant l'un de ses derniers tableaux "La Corde à Sauter".
Jean Boccacino devant l'un de ses derniers tableaux "La Corde à Sauter".
la rédaction vous conseille
Son nom ne vous dit rien ? Qu’importe, on fait le pari que ses tableaux vous parleront. Vingt ans après sa dernière exposition au Grand Théâtre, le peintre Jean Boccacino donne l’occasion aux quelques Angevins qui le pensaient éventuellement disparu, de mesurer combien il est vivant. Et de pousser par la même occasion les portes de la Galerie Eloka, l’une des (trop ?) rares galeries privées de la ville.

Formé aux Beaux-Arts d’Angers, installé aux Ponts-de-Cé, cet ancien éducateur-spécialisé a « basculé » à la fin des années 80 dans le camp de l’art dit « singulier » avec lequel sa peinture, mi-impressionniste, mi-surréaliste, flirtait déjà. Réduire cette conversion aux rapports noués avec les adultes handicapés qui fréquentent l’atelier qu’il anime à Cholet depuis plus de 20 ans, serait sans doute réducteur. Mais le peintre reconnait combien cette proximité l’a « beaucoup influencé dans son travail ». « Leur liberté est incroyable : ils n’ont pas de filtre quand beaucoup d’artistes s’auto-censurent de peur de ne plus être reconnu. C’est cette liberté que je recherche, en essayant de m'autoriser des choses différentes » prolonge Jean Boccacino.

"Pas si facile" au demeurant, reconnait-il, de laisser aller son pinceau quand on a reçu une formation classique. Lâcher prise chez cet artiste issu, par sa mère, de la famille de René Rabault, grande figure historique du théâtre à Angers, c’est manifestement creuser son rapport à la rêverie, à l’enfance ou au cirque. Et composer des scènes décalées, fantasmagoriques, naïves aussi dont il peint systématiquement « d’abord le décor ». "Toute ma famille a versé dans le théâtre. J'ai des souvenirs très précis de l'atelier de décor de mon grand-père où j'allais traîner. Je revois les grandes planches en bois, les toiles couchées à même le sol près desquelles les peintres s'affairaient en chaussons" raconte-t-il. 
« Face à une œuvre, chacun se fait sa propre représentation et sa propre histoire. »

Jean Boccacino et Dennya Cormier, la fondatrice de la Galerie Eloka.
Jean Boccacino et Dennya Cormier, la fondatrice de la Galerie Eloka.
La musiques et la poésie sont d'autres sources d'inspiration à l'image de ce tableau allégorique d'un texte de Federico Garcia-Lorca. Art singulier ou art brut ? Le peintre, qui a dirigé durant plus de dix ans le Villages d’artistes de Rablay-sur-Layon, se moque à vrai dire des étiquettes : « Face à une œuvre, chacun se fait sa propre représentation et sa propre histoire. » 

Le discours sied bien à Dennya Cormier, la fondatrice de la Galerie Eloka qui l'accueille jusqu'au 2 avril prochain. Spécialisé dans l'art métissé (Afrique, Pacifique...), cet espace d'exposition et de vente s'est ouvert il y a moins de deux ans dans les locaux laissés vacants par la boutique de cadeaux équitables Carte d'embarquement. Quatre à cinq expositions y sont proposées à l'année, toutes guidées par l'idée d' "invitation au voyage"

Jean Boccacino à la Galerie Eloka, 38 rue Toussaint jusqu'au 2 avril. Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h et chaque premier dimanche du mois. Tel : 02 41 86 36 - facebook.com/galerie.eloka.




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info










Angers Mag












Angers Mag : Cinémas d’Afrique : le festival prépare sa 16e édition: La 16ème édition du festival... https://t.co/W21NJtbOqk https://t.co/GY8L3aSAMq
Lundi 27 Mars - 07:53
Angers Mag : #paix Samy Cohen, auteur "Israël et ses colombes" @Gallimard en conférence ce soir à... https://t.co/dSx2T7p7yG https://t.co/y1YYsGbzJ7
Lundi 27 Mars - 07:32
Angers Mag : #Angers Théâtre : l'engrenage dramatique de Gorge Mastromas @LeQuai https://t.co/AUaE7l412b https://t.co/Eypghq7Ek3
Dimanche 26 Mars - 13:04
Angers Mag : #Stop Corruption Angers, le rassemblement qui crie justice #Angers https://t.co/xH1APbhFmV https://t.co/HNdSQuj3km
Dimanche 26 Mars - 08:03







cookieassistant.com