1er Mai, un rassemblement "pour l'emploi et le progrès social" à Angers


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 30/04/2013 - 16:45 / modifié le 01/05/2013 - 08:56




Combien seront-ils ce mercredi dans les rues d'Angers ? Le 14 novembre dernier, un appel contre l'austérité n'avait rassemblé que 600 personnes
Combien seront-ils ce mercredi dans les rues d'Angers ? Le 14 novembre dernier, un appel contre l'austérité n'avait rassemblé que 600 personnes
Elles répondent à un mot d'ordre national. Ce mercredi, trois organisations syndicales - CGT, FSU et Solidaires 49 - appellent à manifester dans les rues d'Angers "contre l'austérité, pour l'emploi et le progrès social". L'heure de rassemblement est programmée à 10h30, place du Ralliement. Un autre rassemblement se tiendra à 9h15, salle de la Maraîchère à Trélazé.

Alors que s'élèvent depuis des mois les courbes du chômage et que se délite l'emploi industriel en France, elles entendent adresser aux pouvoirs publics un message très clair et qui n'est bien évidemment pas le plus en vogue dans les milieux patronaux : "augmentons d'abord les salaires".

"Ce sont les salaires qui alimentent les caisses de la protection sociale pour la santé, la retraite, l'assurance chômage. Partout dans le monde, il faut un salaire minimum pour empêcher le dumping social généralisé" soutiennent les trois syndicats signataires.

CGT, FSU et Solidaires n'oublient pas les banques. "Les financiers doivent être contraints de diriger l'argent vers l'investissement productif" stipule leur appel : "tous reculs sociaux acquis par les salariés, entrainent une dégradation de leur condition de vie dans et hors des lieux de travail."

En Maine-et-Loire, trois autres manifestations sont prévues à Cholet, Saumur et Segré. Force Ouvrière fait bande à part une nouvelle fois en appelant, à un simple rassemblement devant la stèle érigée à la mémoire du syndicaliste ardoisier Ludovic Ménard, à 10h30 à Trélazé. CFDT, CFTC et CFE-CGC, les signataires de l'accord national sur la flexibilité du travail, contesté par les autres syndicats, n'ont rien prévu.





















Angers Mag