400 manifestants amers répondent au retrait des affiches anti-VIH


Rédigé par - Angers, le 24/11/2016 - 07:15 / modifié le 24/11/2016 - 21:20


A l’appel de quatre associations, plus de 400 personnes ont manifesté avec force mercredi soir contre la position assumée par le maire d’Angers et sa majorité de retirer les affiches de la campagne anti-VIH mettant en scène des couples homosexuels.



400 manifestants amers répondent au retrait des affiches anti-VIH
la rédaction vous conseille
Sur les dalles de la place Lorraine, les couleurs arc-en-ciel s’exposent en grand : le « rainbow flag », emblème d’une même communauté à travers le monde, a pris place au pied de la statue, là-même où l’arbre de la laïcité a été plusieurs fois vandalisé.
Il est tout juste 19 heures, et pas moins de 400 personnes ont répondu à l’appel lancé la veille au soir par quatre associations angevines : Quazar, Tonic’s, Aides 49 et Contact 49. "Nous voulions manifester sous les fenêtres de la mairie, mais la préfecture ne nous y a pas autorisé », précise le président de Quazar, Bernard Moreau, aux personnes présentes. 
 
Sifflets dans l’assistance, comme à chaque fois que le nom du maire d’Angers sera repris dans les discours. Les mines sont déterminées, parfois défaites. Le retrait des affiches anti-VIH représentant des hommes homosexuels s’embrassant ou s’enlaçant par JC Decaux, après réception d’un courrier signé de la main du premier édile angevin, fait des vagues. Et suscite indignation et colère.
 
Bernard Moreau fustige dans sa prise de parole des élus « en croisade pour imposer une société d’exclusion », « une épidémie de puritanisme aigüe. Nous voudrions dire au maire d’Angers que les personnes homosexuelles et transgenres sont des citoyens à part entière, qui travaillent, paient des impôts… » « Et qui votent aussi ! », interrompt un manifestant.
« Un lycéen qui découvre son homosexualité doit être informé là où il vit et là où il étudie » 

Le président de Quazar fustige la position assumée par la majorité municipale de circonscrire la campagne anti-VIH à des magazines ou sites adultes. « Un lycéen qui découvre son homosexualité doit être informé là où il vit et là où il étudie », assure-t-il, relevant « la vision erronée de ce que sont et de ce que vivent les personnes homosexuelles et transgenres. Monsieur le Maire, nous sommes pourtant prêts à vous rencontrer pour vous expliquer tout cela ! »

Dans la journée, Christophe Béchu a invité les associations à venir en mairie… une invitation déclinée, car trop tardive. « Il fallait y penser avant de prendre cette décision dans son coin », grogne un militant. Bernard Moreau, lui, ne décolère pas : « Cette décision intervient dans une dynamique inquiétante qui touche Angers et la région. Ce sont des attaques en règle contre une communauté, ses associations, ses droits et les moyens mobilisés pour sa santé. Il s’agit bien d’homophobie et de transphobie ! »
 
Pour l’association Tonic’s, Christine Maillet lui succède au mégaphone, avec des mots durs « d’intolérance et d’irresponsabilité. Dans un contexte où le Sida décime toujours à travers le monde, cette décision, c’est de la non assistance à personne en danger ». Parmi les manifestants, les représentants d’Aides 49 saluent la présence de personnels du Service maladies infectieuses et tropicales du CHU d’Angers, chaudement applaudis.

Egalement parmi les manifestants, de nombreux élus de la minorité municipale angevine, qui rejettent en bloc les accusations de récupération politique intentées par la majorité. « Un mouvement citoyen s’est créé contre cette décision, nous nous y associons pleinement, en tant qu’élu, mais également en tant que citoyen », avance l’ancien maire (PS), Frédéric Béatse. « Nous sommes en démocratie, où il est normal qu’une opposition s’exprime lorsque la ligne jaune a été dépassée. Nous l’avons fait clairement. Et sans caricature. »
 
La Place Lorraine se vide rapidement de ses manifestants, qui décident de rejoindre l’Hôtel de Ville, dans le calme.

Lire également sur le sujet :
-Prevention anti VIH : polémique après le retrait d'affiches avec des couples gays
-Campagne anti VIH : Mais ces hommes vivent aussi dans notre société
-Campagne anti VIH : ni homophobie ni censure, se défend Christophe Béchu




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par BELIER le 25/11/2016 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Homélie du cardinal André Vingt-Trois prononcée mercredi 27 juillet 2016 à la cathédrale Notre-Dame de Paris lors de la messe célébrée pour les victimes de Saint-Étienne du Rouvray (extrait) : « Silence des parents devant leurs enfants et panne de la transmission des valeurs communes. Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation des déviances. Silence des votes par l’abstention. Silence au travail, silence à la maison, silence dans la cité ! A quoi bon parler ? Les peurs ...

2.Posté par laurence le 25/11/2016 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cette campagne fait l'apologie du libertinage, elle ne peut pas être diffusée dans l'espace public devant nos enfants, merci aux maires qui ont réagi !!

3.Posté par Babs 17 le 25/11/2016 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec le maire d'Angers , ces affiches n'ont rien à faire dans l'espace public !!!!

4.Posté par Eric le 25/11/2016 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soutien total aux manifestants. Ces affiches sont magnifiques et montrent la naissance de passions (d'un soir ou peut-être plus, les grandes histoires commencent parfois de cette façon) sans aucune vulgarité. Il faut être un sacré facho homophobe pour vouloir les retirer. Savent-ils que nombre d'enfants sont élevés par des couples gays. Ils voient sans doute tous les jours leurs deux papas s’enlacer, comme les enfants d'heteros voient aussi leurs parents s’enlacer. Ces gestes d'amour entre ho...

5.Posté par Ange Reiyel le 26/11/2016 19:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au lieu de mettre de la censure là où il ne faudrait pas, que ceux qui prétendent défendre leurs enfants en les isolant du monde actuelle mettent plutôt leur énergie à combattre la pédophilie au sein de l''Eglise par exemple ...hypocrites








Angers Mag















Angers Mag : #Angers Les Hauts-de-Saint-Aubin mobilisés samedi aux Printemps de @terrabotanica @Angers https://t.co/WWeuDdLZP5
Mercredi 29 Mars - 19:31
Angers Mag : #Angers "La douceur et le végétal sont des idées modernes" @terrabotanica @Angers https://t.co/fOFTohfk0Y https://t.co/aUcaWPJUIT
Mercredi 29 Mars - 07:49
Angers Mag : Soigner ensemble, en ville: Toutes les études le montrent : à l'instar de la... https://t.co/XAb07zU9Dw https://t.co/Xb5S2jw2WE
Mercredi 29 Mars - 07:34
Angers Mag : #Angers Le Resto du mois : Le 15 Gourmand, le bien nommé #gastronomie @Angers https://t.co/B0yaIXv1ej https://t.co/7uAhiPtSyQ
Mardi 28 Mars - 11:39


cookieassistant.com