4,5 jours à l'école, la "différence" du Sgen-CFDT


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 25/01/2013 - 19:05 / modifié le 25/01/2013 - 19:40


"Oui à la semaine de 4.5 jours, non à la journée de 6 heures". Après le rassemblement mercredi à Angers d'enseignants opposés au projet, en l'état, de réforme des rythmes scolaires, le Sgen-CFDT fait entendre sa différence. Et marque sa préférence pour le samedi matin travaillé.



Il n'y a pas que chez les parents et les élus que la semaine de 4,5 jours provoque le débat. Et les manifestations ne doivent pas tromper l’œil, tous les enseignants ne partagent pas le même point de vue sur le projet de réforme.

Mercredi, près de 150 personnes se sont rassemblées devant la préfecture à Angers, pour demander l'abandon du projet tel qu'il a été travaillé et présenté par le ministre de l'Education, Vincent Peillon. Pas assez concerté, pas suffisamment réfléchi, nous a expliqué Didier Bertin des responsables du Snu-Ipp en Maine-et-Loire.

Suite à cet article, le Sgen-CFDT, qui n'appelait pas au rassemblement, fait entendre une voix différente. Favorable à la semaine de 4,5 jours, le syndicat a soutenu le ministère dans son souhait de la mettre en œuvre dès septembre. Et a écrit en ce sens aux maires du départements : "Le samedi matin (à la place du mercredi matin) est une solution que le Sgen-CFDT soutiendra si c’est le choix du conseil d’école" précise l'organisation.

Cependant, elle souhaite que la journée de classe soit ramenée à 5 heures et non 5 heures 30, comme c'est prévu actuellement, pour répondre au "malaise profond" qui, selon elle, touche les professeurs des écoles.

Le Sgen-CFDT estime qu'il faut "rendre justice aux professeurs des Écoles" en alignant notamment "leur rémunération sur celle des professeurs du second degré à même niveau de recrutement", "rendre leur travail plus satisfaisant", en réduisant le "face-à-face avec la classe entière, par l'écriture de programmes cohérents avec les spécificités et les missions du premier degré dans le cadre du socle commun".

Enfin, le syndicat prêche pour une revalorisation du travail, qui passe "par un pilotage moins hiérarchique et suspicieux, basé sur la confiance faite aux personnels" et l'attribution d'un vrai "rôle d’animation pour les inspecteurs de circonscription".









1.Posté par Anjou le 26/01/2013 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On parle bien du SGEN-CFDT? ......
Normal qu'ils approuvent tout ce que propose notre gouvernement PS.
Amusant toutefois l'argument :
le Sgen-CFDT soutiendra si c’est le choix du conseil d’école" précise l'organisation.

..... tiens? Je croyais qu'on ne tenait pas compte des conseils d'école? ... mais bon, ça n'engage pas à grand chose ce genre de déclaration.... Comme d'habitude.

2.Posté par Viseur le 28/01/2013 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Effectivement ce commentaire très tendancieux n'engage pas à grand chose si ce n'est à remettre en cause une nécessité de permettre à nos enfants de bénéficier d'horaires scolaires plus allégés et aussi, et c'est d'autant plus vrai à Angers qui a su anticiper cette évolution, à les amener à pratiquer des activités de développement personnel et artistique. Le SGEN-CFDT montre cependant dans sa déclaration que le temps maximum en face à face doit être réduit et que les professeurs des écoles de...

3.Posté par Anjou le 28/01/2013 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois qu'un malentendu existe.
Angers n'a pour l'instant pas étendu la pratique des activités de "développement personnel" à toutes les écoles.
Quand on voit les sous-effectifs en personnel des cantines scolaires , on peut déjà s'interroger. Quand on se promène après 17 H dans les écoles et que l'on constate les mêmes sous-effectifs dans la garderie des maternelles ( 2 jeunes filles - sans formation- pour 47 élèves, comme je l'ai constaté la semaine passée) on continue à s'interroger. .. Les...















Angers Mag