4L Trophy : l'appel du désert pour quatre étudiants de l’ESAIP


Rédigé par - Angers, le 18/02/2016 - 09:16 / modifié le 28/05/2016 - 09:48


Pour l’École supérieure angevine en informatique et productique (ESAIP) de Saint Barthélémy d’Anjou, c’est une première. Quatre élèves ingénieurs ont quitté l’Anjou lundi matin, au volant de deux petites Renault 4, pour rejoindre Biarritz, ville départ, puis le sud du Maroc où se déroule la 19e édition du « 4L Trophy », un raid réservé aux étudiants.



Les quatre étudiants en instance de départ, devant les locaux de l'ESAIP à Saint Barthélémy d'Anjou
Les quatre étudiants en instance de départ, devant les locaux de l'ESAIP à Saint Barthélémy d'Anjou
la rédaction vous conseille
Les étudiants sont-ils en manque d’aventure et de grands espaces ? Le 4L Trophy, un raid sportif et humanitaire, où la solidarité passe avant la notion de performance, leur offre, pour la 19e année consécutive, cette possibilité. Avec un budget modeste et un véhicule qui l’est tout autant. Une occasion unique qui demande tout de même le travail d’une année, en plus des études, entre la remise en état du véhicule et la recherche de sponsors.
 
L’an dernier ils étaient 1159 équipages soit 2318 participants issus de plus de 1460 écoles, à s’élancer de la Halle d’Iraty, à Biarritz, à bord de mythiques  4L, celles qui ont fait la joie des étudiants des années 70, retapées pour l’occasion. Ce 18 février à 12h30, ils sont 1200 équipages à s’élancer en un long convoi, vers les montagnes et les plaines désertiques du sud marocain pour 10 jours de difficultés et de rencontres inoubliables. Parmi tous ces véhicules aux couleurs de leurs sponsors, plusieurs proviennent des écoles supérieures d’Angers, dont deux de l’ESAIP.
 
« C’est la première fois que des équipes peuvent participer à cette aventure très formatrice », explique Axelle Poujade, chargée des relations presse à l’ESAIP. « D’ordinaire tous les étudiants sont en stage en entreprise, mais les cycles d’études ont changé ce qui permet à certains de se libérer pour l’occasion ». 
Christophe Rouvrais, le directeur de cette école supérieure qui forme des ingénieurs en informatique, prévention des risques et environnement, apprécie l’initiative. « C’est une aventure humaine et humanitaire dont les valeurs rejoignent celles de notre établissement », déclare-t-il en donnant symboliquement le départ, lundi matin, à Saint Barthélémy, sous les applaudissements des enseignants et des autres étudiants.
 
« C’est la soif d’aventure, l’envie de découvrir de nouveaux horizons et l’engagement associatif qui m’ont décidé à me lancer dans ce raid ».
 
Pour Amandine, élève ingénieure en prévention des risques, en contrat d'alternance chez Biscottes Pasquier à Brissac-Quincé, et qui part pour la première fois au Maroc, « le 4L Trophy est un véritable défi qui mêle découverte, dépassement de soi et surtout partage ». Elle s’apprête à vivre une expérience unique avec Aurélien, son compagnon, actuellement en poste à Londres. Ce dernier a déjà participé au raid, pour une autre école. Il fera donc profiter les deux équipages de son expérience.
 
« C’est la soif d’aventure, l’envie de découvrir de nouveaux horizons et l’engagement associatif  qui m’ont décidé à me lancer dans ce raid », ajoute Corentin, élève en seconde année du cycle préparatoire ingénieur. Ce dernier fera équipe avec Julien, également étudiant à l’ESAIP, dans le second véhicule.
 
Avec un budget de 7000 euros, comprenant l’achat du véhicule, sa préparation tout-terrain, les frais de carburant et les frais d’inscription, les deux équipages savent que si l’expérience sera à coup sûr enrichissante, elle ne sera pas de tout repos. Les étudiants devront apprendre à se repérer dans une nature hostile et arriver à bon port chaque soir.  Sans esprit de compétition, - tous les véhicules sont absolument identiques - , c’est sur l’orientation et l’esprit d’initiative qu’est basé ce raid.
 
Ce qui motive tout particulièrement les jeunes Angevins, c’est le côté humain de l’opération.  Chaque équipage s’engage aux côtés de l’association « Enfants du désert  », pour favoriser sur leur passage, la scolarisation des enfants. C’est donc le coffre bourré de fournitures scolaires qu’ils partent, ce matériel sera distribué sur le parcours directement auprès des écoles locales.  
 
Ce que ne négligent pas non plus les étudiants angevins c’est l’aspect environnemental de l’opération. Ils y sont d’autant plus sensibles que c’est l’une des filières de l’école angevine. « Les 4L sont des petits véhicules, peu gourmands en énergie et tous les matins les bivouacs sont méticuleusement nettoyés, pour ne laisser aucune trace de notre passage », soutient Amandine. L’organisation consciente que cette horde motorisée a un impact non négligeable sur l’environnement, fut-il désertique, rachète les émissions de CO2 de la caravane pour financer des projets  durables au Maroc.
 
Quant à la sécurité des participants, elle est assurée par l’armée marocaine, qui veille au grain. Et, en ces moments troubles, peut-être un peu plus que d’habitude.

A suivre sur Facebook : Les Frenchies en cavale (Amandine et Aurélien) - Les 4 L de l'ESAIP (Julien et Corentin) et sur le site de l'organisation





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46


cookieassistant.com