685 places à l’horizon 2023 pour la future prison de Trélazé


Rédigé par - Angers, le 16/02/2016 - 18:30 / modifié le 19/02/2016 - 20:44


Les choses se précisent doucement mais sûrement concernant la future maison d’arrêt de Trélazé. Interrogé par le député maire de la commune, Marc Goua (PS), lors de la séance de question de l’Assemblée Nationale, le Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, a annoncé une capacité de 625 places dans un établissement qui pourrait ouvrir ses portes en 2023.



La nouvelle maison d'arrêt de la région angevine sera situé au lieu-dit La Bodinière, à Trélazé.
La nouvelle maison d'arrêt de la région angevine sera situé au lieu-dit La Bodinière, à Trélazé.
la rédaction vous conseille
« Ce n'est pas parce que le projet de transfert de la maison d'arrêt est désormais inscrit qu'il va se concrétiser dès l'année prochaine »… au mois d’octobre 2014, l’entourage du maire d’Angers et président de l’agglo se prémunissait déjà de tout optimisme démesuré, quant à la réalisation de la future prison.

Il faut dire que dans ce dossier –qu’on pourrait assimiler à un serpent de mer- la patience est de mise. Après avoir obtenu, le 28 octobre 2014, l’inscription de la construction de la future maison d’arrêt au budget triennal 2015-2017, les élus locaux, sous l'impulsion de Marc Goua, attendaient de plus amples précisions sur les termes de cette future réalisation. "J'avais eu une lettre de confirmation du ministère de la Justice en décembre 2014, et depuis, plus rien", précise le député-maire de Trélazé. "C'est pour ça que j'avais décidé de réaccélérer, en prenant rendez-vous avec Christiane Taubira..."

C’est finalement une intervention de Marc Goua, lors d’une séance de questions à l’Assemblée Nationale, qui a donné l’occasion au nouveau Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, de préciser les choses en la matière. Qu’y apprend-on exactement ? Que la future maison d’arrêt aura une capacité d’accueil de 685 places, contre les 266 (pour près de... 400 détenus) actuelles, au sein de l’établissement angevin du Pré-Pigeon , ou les quelque 500 places annoncées à l’inscription du projet, en 2014.

La maison d'arrêt d'Angers date du XIXe siècle.
La maison d'arrêt d'Angers date du XIXe siècle.
Autre annonce, la livraison du futur établissement pénitentiaire ne devrait pas intervenir avant 2023, selon le Garde des Sceaux. Pour mémoire, après un appel d’offres lancé par la Préfecture du Maine-et-Loire en 2010 pour désigner la commune d’accueil de la prison, c’est un site de 15 hectares, situé au lieu-dit La Bodinière, à Trélazé, qui avait été retenu.

Si c'est bien l’Etat qui financera l’ensemble des budgets nécessaires à la réalisation de ce projet évalué à 40 M€ -bâtiments et terrains- "il demande à la collectivité d'assurer le relais pour l'achat des terrains", explique Marc Goua. "Il s'agit de deux terrains distincts, appartenant à des propriétaires qui acceptent de le vendre".
 
"Avec la réponse obtenue cet après-midi, on peut s'attendre à un début de travaux autour de 2020" Marc Goua, député maire (PS) de Trélazé

Une perspective qui ne pose pas de souci au président de la Communauté urbaine, Christophe Béchu, pour peu qu'on y voit un peu plus clair sur le calendrier exact du projet. "Le financement de la nouvelle maison d'arrêt sera précisé lors du prochain budget triennal du ministère de la Justice, soit en 2018, mais la collectivité obtiendra bien avant l'assurance écrite du calendrier", assure le député socialiste. "Avec la réponse obtenue cet après-midi, on peut s'attendre à un début de travaux autour de 2020", avance le député socialiste.

En clair, plus rien ne s'oppose à la réalisation d'un équipement attendu de longue date dans l'agglomération, tant la maison d'arrêt du Pré-Pigeon à Angers apparaît vétuste et inadaptée à la réalité pénitentiaire du territoire. "En plus, même si c'est une entreprise générale qui obtient le marché (géré par l'Agence publique pour l'immobilier de la justice, APIJ NDLR), on peut imaginer qu'elle confiera une partie des travaux à des entreprises locales, en sous-traitance. Au vu des difficultés rencontrées par les entreprises de travaux publics notamment, c'est une bonne nouvelle".





Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com