A Angers, des femmes combattantes


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 09/03/2011 - 07:58 / modifié le 12/03/2011 - 22:42


Réunies dans l’Espace Femme de la rue Saint Exupéry à Angers, environ cinquante femmes, auxquelles s’étaient joints quelques rares hommes, ont fêté dignement ce 8 Mars, la journée internationale des droits des femmes, en écoutant des témoignages et des poèmes dédiés aux femmes.



Un groupe de femmes participant à la journée des droits de la femme à Angers
Un groupe de femmes participant à la journée des droits de la femme à Angers
Vous voyez ce que l’on ressent lorsque l’on est une femme entourée par des hommes », disait avec humour une dame aux quelques éléments masculins perdus au beau milieu de l'important groupe de femmes clamant haut et fort leur soif d'égalité. Les rares hommes qui avaient osé s’aventurer dans l’Espace Femmes d'Angers ce mardi soir, ont été plutôt bien accueillis, les occupantes des lieux trouvant plutôt satisfaisant que ces derniers les soutiennent dans leur combat pour l’égalité des droits.

« C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité », auraient pu dire ces derniers, qui pour le cas n’était pas sur la lune, mais bien sur cette terre où la femme est encore loin d’être, comme elle le souhaite, l’égal de l’homme.

Pour cette soirée un peu officielle et festive, le collectif de femmes et les associations qui utilisent habituellement le lieu pour échanger sur leurs conditions, avaient décidé de marquer l’événement en invitant les élus de la Ville d’Angers ainsi que les jeunes ambassadrices et ambassadeurs des villes jumelles de Wigan, Pise et Osnabrück.

Au cours d’un discours fleuve, comme elle en a visiblement l’habitude, Madame Le Corre, la présidente a rappelé les conditions des femmes dans le monde, en France et dans les pays européens. « Cela fait 101 ans que des femmes manifestent dans le monde pour faire entendre leurs voix, pour faire valoir leurs droits ». Et de rappeler les combats menés par des femmes célèbres dont les portraits sont installés sur les murs de l’Espace Femmes. Certaines ont même donné leur nom aux salles du bâtiment. « Cette journée internationale est l’occasion de faire un bilan sur la condition des femmes et sur la progression de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes ». La présidente, profitant de la présence des représentants de trois villes jumelées, a présenté la condition féminine en Italie, en Angleterre et en Allemagne, démontrant ainsi que si la France est loin du peloton de tête, nos voisins et amis ne sont guère mieux. « Dans ces pays européens, la condition des femmes n’est pas aussi agréable qu’on pourrait le penser ».

La présidente a évoqué trois textes de loi, mis à mal ces dernières années par un certains nombre de décisions gouvernementales et sur lesquelles elle appelle à une grande vigilance : la loi Veil sur l’IVG, la loi Roudy sur l’égalité professionnelle et la loi sur la parité. « Après une trentaine d’années, l’égalité professionnelle reste un idéal sur lequel il faut tendre, mais les salaires de femmes restent toujours inférieurs, environ 20%, à ceux des hommes ».

Andrea Volpi, l'italien de Pise, l'un des rares hommes à participer à cette soirée
Andrea Volpi, l'italien de Pise, l'un des rares hommes à participer à cette soirée
Catherine Besse, adjointe au Maire d’Angers, a placé cette édition de la journée des femmes « sous le signe du combat », en soulignant que le vent de liberté qui souffle de l’autre coté de la Méditerranée est un « formidable espoir pour les femmes ». Remerciant le collectif d’associations pour leur travail au sein de l’Espace Femmes, Catherine Besse à surtout rappelé que les droits acquis sont précieux : « les 10 ans de l’Espace Femmes sont 10 ans de combat, d’écoute, de conseil ».

L’élue locale a égratigné au passage le Président du Conseil Général de Maine et Loir sur sa décision de ne pas aller en cassation pour que la loi concernant les accouchements sous X soit respectée. « Il participe ainsi à un projet politique qui vise à faire reculer nos droits ».

Après ces discours militants, Jane MacLean (Wigan) et Tabea Hörnschemeyer (Osnabrück) et Andrea Volpi (Pise), ambassadrices et ambassadeurs des villes jumelles ont lu des poèmes et des textes dans leur langue maternelle, traduit ensuite en français par une interprète. Ces textes avaient un point commun : celui de la condition féminine dans les trois pays. Des documents concernant la vie des femmes et les combats qu’elles mènent dans leur pays respectif, étaient également mis à disposition du public.

Chaleureusement applaudis pour leur prestation les trois jeunes représentants européens ont invité les participantes à un buffet dînatoire composé de mets des trois pays et proposé par l’Espace Femmes.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com