A Cannes, Anne-Juliette n'a pas fait les 400 coups


Rédigé par Cyrille GUERIN - Angers, le Samedi 31 Mai 2014 à 07:17


Programmatrice du cinéma Les 400 Coups, Anne-Juliette Jolivet vient, comme chaque année, de passer deux semaines au festival de Cannes. Son menu quotidien ? 5 à 6 longs-métrages que vous verrez sans doute rue Claveau ces prochains mois. Impressions et confidences.



Anne-Juliette Jolivet devant l'affiche de "Xenia" qui sera projeté en avant-première mardi aux 400 coups, à 20h15, en présence du réalisateur.
Anne-Juliette Jolivet devant l'affiche de "Xenia" qui sera projeté en avant-première mardi aux 400 coups, à 20h15, en présence du réalisateur.
la rédaction vous conseille
Samedi 24 mai, veille de séisme hexagonal, c'était distribution des bons points à Cannes. Jane Campion et son jury ont, comme à chaque fin de festival, étonné, désarçonné, foutu les nerfs en pelote de beaucoup, en dressant un palmarès évidemment controversé. "Le Masque et la plume" retrouvait enfin sa verve via une battle entre un Michel Ciment décidément inoxydable et le désopilant Xavier Leherpeur. "Libé", entre les lignes, évoqua la chiantitude de la levée 2014. Quant au tellement respectable "Le Monde", ce fut sans équivoque : un Cannes grosso modo tonitruant.

Accords et désaccords as usual. A vrai dire, on n'en attendait pas moins de la part de la réalisatrice palmée d'or de... "La Leçon de piano". Anne-Juliette Jolivet, en charge de la programmation des "400 coups" s'est-elle intéressée à ces vifs débats entre professionnels de la profession - s'il y a bien encore un espace soi dit en passant où les antagonismes continuent de se déployer via des arguments bétons, c'est bien le cinéma -, nous ne le savons pas. Même si on devine sa déception de ne pas voir l'un de ses chouchous 2014 "Timbuktu" du Mauritanien Abderrhamane Sissako, récipiendaire du Prix Jean-Chalais, apparaître dans la short-list de Campion et Cie. Il faut voir comme Anne-Juliette jubile soudainement lorsqu'elle parle de ce film évoquant avec force émotion "cette scène de football sans ballon".

Quand nous la rencontrons quelques heures après son périple cannois, elle s'est déjà remise de son marathon annuel. "Tout va bien", affirme celle qui pendant quinze jours a avalé de la pellicule comme Nadal enquille les jeux, sets et matchs victorieux à Roland-Garros depuis 10 ans. "Et puis, affirme-t'elle, c'est mon métier". Son taff ? Je vous vois venir. Mater 5 à 6 films par jour, toutes sélections confondues - "c'est le rythme que je m'impose" - avec lever à 7h tapantes, sans compter les prises de contact avec les distributeurs qui déboucheront sur une exploitation angevine, avec séances spéciales éventuelles ou autres démarches sinueuses pour assister aux projos dans le Grand Théâtre Lumière, le Bunker, là où sont diffusées les cérémonies d'ouverture et de clôture : ce n'est certes ni l'usine ni la mine, "mais parfois ça peut devenir usant".

"Sommeil d'hiver" : "un film magnifique"

A l'heure où la courbe du chômage épouse celle des revenus de Pierre Gattaz, on serait tenté de se dire qu'aller sur la Croisette, ça rime avec risette. Pas aussi manichéen. Avons-nous à faire à une programmatrice exténuée ou, pire, revenue de tout ? Visiblement, non. "Vous savez, à Cannes, explique Anne-Juliette, je fais la même chose que le reste de l'année, le repérage, sauf que c'est condensé sur une quinzaine". Et à une cadence folle.

"Avec Isabelle Tarrieux (directrice des "400 coups", ndr), nous arrivons deux jours avant le début pour visionner les séances de l'AFCAE (Association Française des Cinémas Arts et Essais) où nous avons pu découvrir "La Chambre bleue" d'Amalric, "Bande de filles" de Céline Sciamma ou "Caricatures" (en sortie nationale cette semaine aux 400 coups, ndr)". Puis la course folle peut commencer. Accompagnée des films qui laisseront, ou pas, une trace. Ainsi "Bird people" de Pascale Ferran à sortir le 4 juin : "un beau film mais avec pas mal de répétitions".

En revanche aucune réserve pour "Jimmy Hall"de Ken Loach, "Mommy" de Dolan ou "Pride", auréolé de la Queer Palm dont Anne-Juliette dit qu'"il est plein d'humour et de sensibilité". Itou pour "Fla", l'ouverture de la Semaine de la critique, "et malgré ses 3h30 de dialogues". Quant à la Palme d'or, "Sommeil d'hiver" e Nuri Bilge Ceylan dont "Libé" a écrit qu'"il coince ses personnages dans une géographie qui les contraint à cohabiter" ? "C'est un film élitiste", lance A-J Jolivet sans élan péjoratif aucun. "C'est très beau, il faut juste avoir l'état d'esprit pour s'y plonger". "Et, prévient-elle, c'est très bavard et en version originale". Ce qui peut poser problème. Le conseil de la cinéphile avisée : "Voir "Il était une fois en Anatolie" en amont".

"Winter sleep". Anne-Juliette aussi, pendant ces quinze jours effrénés, a dormi. Pour se remettre de ses agapes et oublier des sujets fâcheux comme "Welcome to New-York", passé par Cannes et ses strass, et exclusivement sorti en VOD. Même si pour Anne-Juliette "Ferrara reste un cinéaste qui m’intéresse", Les 400 Coups ont fait un pris une décision claire et nette sur le sujet : "On boycotte".












Angers Mag












Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00







cookieassistant.com