A Monplaisir, des réalisateurs en herbe filment leur quartier


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le 28/01/2016 - 12:00 / modifié le 29/01/2016 - 00:33


Deux classes de l’école Paul Valéry à Monplaisir ont présenté, ce mardi, le film qu’ils ont réalisé depuis la rentrée. Une projection qui s’inscrit dans la programmation « Monplaisir, des racines au futur », initiée à la veille de la rénovation urbaine.



Deux classes de CP-CE1 de l'école Paul Valéry (re)découvrent leur quartier depuis la rentrée, notamment via la réalisation d'un film encadrée par Christophe Alline.
Deux classes de CP-CE1 de l'école Paul Valéry (re)découvrent leur quartier depuis la rentrée, notamment via la réalisation d'un film encadrée par Christophe Alline.
la rédaction vous conseille
Alors que le festival Premiers Plans - qui fait la part belle aux premières réalisations des cinéastes européens - bat son plein au Centre des congrès, la projection du film des élèves de l’école Paul Valéry est tombé à pic ce mardi, à la Maison pour tous de Monplaisir.

Depuis la rentrée, deux classes de CP-CE1 travaillent avec leurs institutrices sur ce projet éducatif, artistique et culturel qui s’inscrit dans la programmation « Monplaisir, des racines au futur ». Cette programmation, initiée en 2014, propose à tous les habitants du quartier de le redécouvrir à la veille de la rénovation urbaine. « La reconstruction urbanistique doit être menée en parallèle d’une volet éducatif et culturel afin qu’il n’y ait pas de rupture entre passé et avenir et faire que cette restructuration soit porteuse d’espoir », explique Ahmed El Bahri, adjoint aux écoles et à l’éducation et proviseur du lycée Emmanuel Mounier, situé en plein cœur du quartier.

C’est donc toute l’école Paul Valéry qui est engagée dans le projet, comme le confirme Karine Touati sa directrice : « Toutes les classes ont visité le quartier avec un autre regard que le regard habituel, lors de promenades poétiques, dansées … » Ou filmée, en l’occurrence. Juste avant la projection, les élèves prennent la parole. « J’ai aimé prendre des photos dehors qui donnaient l’illusion qu’on passait à travers les murs », livre Fatoumata. Sa petite camarade de classe fond en larmes sous le coup du stress… La directrice vient à son secours : « Heïdi me charge de vous dire qu’elle a beaucoup aimé faire le film avec Christophe ». Christophe, c’est Christophe Alline*, illustrateur et, ici réalisateur du film en stop-motion (technique d’animation image par image). Le résultat est ludique : ici, les élèves apparaissent derrière un arbre, comme par magie. Là, ils volent sous le préau.

« C’est un projet important pour la cohésion d’une classe », explique Lucie Prouteau, l’une des institutrices. « Cela donne de la matière jusqu’à la fin de l’année ». Une fin d’année qui s’annonce chargée à l’école Paul Valéry puisque d’autres classes travailleront avec Christophe Alline dans les mois à venir. Avant d’être sélectionnés à Premiers Plans dans quelques années ? C’est en tout cas le clin d’œil qu’a adressé Faten Sfaïhi , adjointe à la citoyenneté et à l’intégration et élue du quartier Monplaisir, aux élèves et à leurs parents ce mardi soir.
 
*Christophe Alline, ce fabricolleur d‘images, exposera au Grand Théâtre du 10 février au 30 avril.

"Une grande fierté et un sentiment d'abandon"
 
Initiée en 2014, « Monplaisir, des racines au futur », en est aujourd’hui à sa deuxième saison. Après les années 1950, la lumière est faite sur le Monplaisir des années 1960 à aujourd’hui. Expositions, projections, rencontres et débats animent donc le quartier depuis novembre et jusqu’au 12 février prochain.

Une démarche nécessaire à la veille de la rénovation urbaine du quartier selon Faten Sfaïhi, adjointe à la citoyenneté et à l’intégration et élue du quartier Monplaisir. « Il est important d’associer la population le plus possible. Les habitants de Monplaisir ont des sentiments mêlés : une grande fierté d’habiter ce quartier avec son côté familial, chaleureux et parfois un sentiment d’abandon et de rejet. Une importante partie de la population n’accepte pas l’absence de mixité sociale, la saleté du quartier, l’état de délabrement de certains immeubles, la précarité… »

Un point de vue partagé par Ahmed El Bahri, adjoint aux écoles et à l’éducation et proviseur du lycée Emmanuel Mounier : « La rénovation urbaine va durer 10 ans et sera immense. Il faut faire en sorte que le lien entre les écoles soit renforcé et le parcours scolaire sécurisé. Expliquer que l’on peut aspirer à devenir excellent dans ce quartier et croire en la réussite pour tous et l’excellence pour chacun ».
 
A voir aussi : 
- Fresque citoyenne à la Régie de quartiers (11 rue de Normandie), jusqu’au 31 janvier.;
- Exposition Du chemin de Monplaisir à notre Quartier au Relais mairie de Monplaisir, jusqu’au 12 février;
- Conférence « Monplaisir, ville nouvelle » par Sylvain Bertoldi directeur des archives-documentation, jeudi 28 janvier à 18h00 au Relais Mairie;
- Ciné-débat « C’est comme ça, histoires d’Angevins venus d’ailleurs » de Julien Aouidad, en présence de témoins du quartier,  mercredi 3 février à 18h00 à la Maison pour tous.












Angers Mag















Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01


cookieassistant.com