ALIKER : un coin du voile levé sur l’histoire des Antilles


Rédigé par Cinéma Parlant - Angers, le Vendredi 11 Septembre 2009 à 11:42


Jeudi 10 septembre, Guy Deslauriers venait au Cinéma Les 400 coups présenter son film. Le sujet : un journaliste communiste assassiné en 1934 en Martinique.



Le réalisateur Guy Deslauriers, entouré des responsables de l’association Antilles Guyane Anjou.
Le réalisateur Guy Deslauriers, entouré des responsables de l’association Antilles Guyane Anjou.
la rédaction vous conseille
Une histoire terrible, traitée comme une tragédie grecque : André Aliker, personnage entier, passionné de vérité et de justice, déploie une énergie inflexible dans son combat pour la défense des travailleurs. Cela le conduit à découvrir une importante fraude fiscale, qui révèle la collusion entre « usiniers » (patrons des grandes entreprises) et pouvoirs politiques ou judiciaires de l’époque.

Les scènes d’affrontement sont nombreuses, y compris avec ses propres amis, quand il y a divergence de stratégie, créant une tension permanente, admirablement servie par l’acteur Stomy Bugsy. On assiste ainsi au développement d’un journal, relais indispensable des luttes menées contre ce que l’on pourrait déjà appeler la « profitation ». L’exigence absolue du journaliste l’amène à prendre tous les risques pour connaître la vérité et la dévoiler, à mettre en danger lucidement y compris sa propre vie, comme l’a expliqué Guy Deslauriers.

On comprend l’intérêt du réalisateur pour ce sujet : lui aussi a dû développer des trésors de persévérance pour voir aboutir le film ; le travail de préparation s’est heurté à de nombreux obstacles, lorsqu’il s’est agi de trouver les financements et d’obtenir les autorisations, comme si beaucoup préféraient le silence et l’oubli plutôt que la réactualisation d’une telle histoire, blessure qui n’est pas encore refermée, 70 ans après ; mais il a pu compter sur le fort soutien des collectivités territoriales et de la population antillaise, qui a même organisé une souscription au moment où l’existence du film apparaissait menacée.

Comme beaucoup de spectateurs et de membres de l’association Antilles Guyane Anjou, on peut se réjouir de voir ainsi un événement dérangeant et révélateur de tout un contexte popularisé grâce au cinéma.
André Aliker et son journal Justice, incarné par Stomy Bugsy
André Aliker et son journal Justice, incarné par Stomy Bugsy












Angers Mag