ARTAQ : le Yarn Bombing va débarquer dans les rues d’Angers


Rédigé par - Angers, le Dimanche 22 Janvier 2012 à 07:50


Pour sa troisième édition, le festival des arts urbains : ARTAQ qui aura lieu à Angers du 11 au 13 mai prochain, va faire découvrir une forme d’art dans laquelle chacun va pouvoir s’inscrire et notamment nos grand-mères, expertes en aiguilles à tricoter. Véritable mouvement à part entière, le « Yarn Bombing », devrait envahir une partie de la ville si tout le monde s’y met.



Le yarn bombing donne une autre allure au mobilier urbain (photo Magda Sayeg)
Le yarn bombing donne une autre allure au mobilier urbain (photo Magda Sayeg)
la rédaction vous conseille
En accueillant le festival des arts urbains ARTAQ, la ville d’Angers prenait un risque : celui de voir les murs de la cité envahis par des graffitis pas toujours du meilleur goût. Des œuvres sur les murs, oui, mais dans des lieux spécifiques, sur des panneaux mis à la disposition des artistes, c’est l’art urbain à l’angevine. Et gare à ceux qui déborderaient, une brigade « anti-graffitis », a même été créée pour détruire toute initiative personnelle qui sortirait du cadre extrêmement fermé du festival.

Il en sera de même pour le « Yarn Bombing », une activité qui s’inscrit dans le domaine des arts urbains et qui pour le coup ne dégrade rien, si ce n’est qu’elle change le côté parfois austère du mobilier urbain. Cette nouvelle forme d’art qui fait sont entrée dans le cadre du festival ARTAQ sera cantonnée au jardin du Mail, en plein centre-ville, en face de l’hôtel de ville, tous les angevins, étant invités à habiller l’ensemble, du kiosque en passant par les corbeilles, les bancs et autres statues. Ils réaliseront ce que les artistes appellent une performance, à la différence près que celle-ci sera collective.

Mais qu’est-ce donc que le « Yarn Bombing » ? Le «yarn bombing» est une activité qui consiste à sélectionner un élément du paysage urbain, puis à l’envelopper de laine. C’est Magda SAYEG, une artiste experte du tricot qui réside à Austin (Texas), une ville désormais connue des Angevins, qui lança l’idée de marquer son territoire avec des tags « pure laine ».

Cette artiste a formé un groupe de tricoteurs à un principe simple : plus un lieu est ennuyeux et déshumanisé, plus il est inspirant de le vandaliser. Du vandalisme certes puisqu’il est totalement illégal de s’approprier à des fins personnelles l’espace public même pour le rendre plus agréable a l’œil. Mais avouez que la démarche est plutôt sympathique et moins dégradante que la peinture, pour un résultat plutôt surprenant.

Depuis la démarche a fait des émules et partout dans le monde des adeptes habillent parcmètres, statues et plots de stationnement. Certains ont même habillé des cabines téléphoniques ou des voitures.

A Angers et pour ARTAQ le projet d’habillage collectif des jardins du Mail a été confié à l’artiste parisienne Aurélie MATHIGOT qui pratique cet art du graffiti à base de textile. Magda Sayeg, la fondatrice du mouvement « Yarn bombing », est également attendue à Angers pendant le festival.

Les organisateurs pourraient lui confier, dans le cadre d’une autre performance, la couverture de l’un des monuments emblématiques de la ville. Souhaitons que d’autres artistes du tricot prennent le relais pour couvrir de laine, en toute illégalité, d’autres lieux d’Angers, même si cela n’est pas prévu. Mais c’est tellement plus amusant.

Pour l’heure, tricoteurs et tricoteuses d’Angers et d’ailleurs sont attendus par Aurélie MATHIGOT qui leur prodiguera tous les conseils nécessaires. Déjà, dans les maisons de quartier, dans les résidences pour personnes âgées, dans les clubs de seniors, des ateliers se sont créés pour que le mouvement prenne de l’ampleur à Angers.

Pour tout savoir et suivre le projet rendez-vous sur la page Facebook consacrée au Yarn Bombing et sur le site web de Magda Sayeg




Jacques FINOT
Web journaliste aux grandes oreilles, dont l'essentiel du travail consiste à écouter et relever les... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag