ARTAQ : le gros succès du Yarn Bombing


Rédigé par - Angers, le Lundi 14 Mai 2012 à 07:48


Il y avait foule hier après-midi dans le jardin du mail à Angers. La météo était favorable et les Angevins avaient décidé de sortir pour prendre l’air, mais pas seulement. L’habillage des lions, des arbres et des bancs excitait inévitablement la curiosité et à voir le nombre de personnes qui immortalisaient l’événement, ils n’étaient certainement pas venus pour la simple balade.



Beaucoup de monde autour des lions habillés de laine
Beaucoup de monde autour des lions habillés de laine
la rédaction vous conseille
Incontestablement les lions du jardin du Mail, ce jardin situé face à l’hôtel de ville d’Angers, volaient la vedette au soleil estival. Installés dans ce lieu depuis des lustres, on ne les remarquait plus, même lorsqu’ils changeaient de couleur, passant du vert de gris au jaune, « couleur lion », comme disait il n’y a pas si longtemps un élu de la ville.

Mais pour le 3e festival ARTAQ, festival de street Art et des arts urbains, le roi de la jungle avait pris une tout autre allure. Des groupes de tricoteuses et tricoteurs angevins, enfants et adultes, sous la conduite d’Aurélie MATHIGOT, une plasticienne française, adepte du Yarn Bombing, art initié par l’artiste texane Magda SAYEG, avaient décidé de les recouvrir d’un patchwork de laine et de quelques pompons de laine. Du coup les lions devenaient plus sympathique, faisant la même la joie des enfants et de leurs parents.

Et à voir le nombre d’appareils photo déployés devant on peut même avancer que les deux lions caparaçonnés de laine ont connu un grand succès comme jamais. On posait devant, on en auscultait et commentait les moindres détails. Jamais les lions du Mail n’auront autant fait parler d’eux.

Mais il n’y avait pas que les lions, un arbre relativement bien habillé, du tronc aux branches maitresses donnait également une autre allure au jardin, d’autant que les statues situées à proximité, les bancs et les corbeilles à papier l’étaient aussi. En fait le Yarn Bombing avait donné de nouvelles couleurs au jardin avant la floraison des fleurs estivales.

Le kiosque à musique transformé en salle de bal
Le kiosque à musique transformé en salle de bal
« C’est amusant et relativement agréable à l’œil », disait une dame installée sur un banc habillé de laine. « C’est sympa, mais parfois un peu terne. Les couleurs de laine choisies ne sont pas assez gaies », lui répondait le jeune homme qui l’accompagnait. Quelques commentaires, glanés parmi tant d’autres, dans la foule des visiteurs.

Même le kiosque à musique avait pris quelques couleurs. Celui-ci était transformé en piste de danse, et des couples esquissaient, au son de la musique installée pour la circonstance, des pas de tango. On se serait cru, l’espace d’un instant, dans une guinguette au bord de l’une des rivières d’Anjou. Il faisait beau, c’était le dimanche et tout Angers était de sortie.

Même succès également pour les autres installations, notamment l’énorme structure faite d’éléments de PVC colorés et les cubes mis à disposition des artistes de la bombe à peinture, place Lorraine. Tous les lieux d’exposition et d’expression, installés dans la ville ont connu le succès pendant ces trois jours de festival, l’art de la rue, souvent éphémère, attirant inévitablement par son style et la technique employés.

Par contre nous n’avons pas retrouvé les petits personnages en laine qui coiffaient les poteaux de protection des zones piétonnes du côté des rues Romain et Plantagenet. Placés en « off », hors programme, cette installation a dû subir, on s’en doute, le « diktat culturel » de la Ville d’Anjou et de sa brigade de nettoyage. Ne devient pas artiste qui veut, ou qui peut à Angers. Sans agrément et sans choix prédigéré par le service culturel, pas de salut. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler…




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag