Accroche-Coeurs 2016 : "Le sentiment de retrouver un état d'esprit"


Rédigé par La rédaction - Angers, le Lundi 12 Septembre 2016 à 17:29


La 18e édition des Accroche-Coeurs s'est clôturée dimanche après trois jours de festivités qui auront réuni 250 000 festivaliers. Un "nouveau souffle" pour son programmateur. Retour en images, grâce à notre collaborateur, Thierry Huguenin.



Le Groupe F a enflammé la place de la Rochefoucauld avec son spectacle "A Fleur de Peau" (photo : Thierry Huguenin).
Le Groupe F a enflammé la place de la Rochefoucauld avec son spectacle "A Fleur de Peau" (photo : Thierry Huguenin).
la rédaction vous conseille
Ces trois jours de feu et de flamme auront renversé la ville. Si l'Apocalypse n'a pas eu lieu, l'émerveillement, lui, a bien habité Angers pour cette 18e édition du festival des Accroche-Coeurs. Parmi les temps forts : les chevaux blancs de la compagnie Quidams, l'installation Vortex-X, place du Ralliement et le spectacle "A Fleur de peau" du Groupe F.

Ce dernier aura réuni 30 000 festivaliers sur les 250 000 comptabilisés sur ces trois jours - soit une hausse de 15 à 20 % par rapport à l'année dernière. "Le soleil, c'est 50 % de notre jauge", plaisante Jacques Humbert, créateur de l'agence Le Loup Blanc, pour la première année en charge de la programmation artistique du festival.

Si, "la jauge n'est [l']obsession" d'Alain Fouquet, l'adjoint à la culture, ce dernier souligne la forte augmentation de celle du dimanche, preuve pour l'édile que "le bouche-à-oreille a fonctionné". "On a eu le sentiment que les gens voyaient du beau et qu'ils se sentaient bien".
 
"J'ai entendu des gens avoir le sentiment de retrouver un état d'esprit, tout en trouvant quelque chose de neuf" - Jacques Humbert

Autres chiffres qui donnent le sourire aux organisateurs : 1500 Angevins ont contribué aux projets participatifs et 249 bénévoles se sont relayés au Village des Saveurs ("l'une des satisfactions du festival"). "Je suis conforté dans mon point de vue, dans ma façon d'aborder la ville et le festival", livre Jacques Humbert. "J'ai entendu des gens avoir le sentiment de retrouver un état d'esprit, tout en trouvant quelque chose de neuf. J'ai le sentiment que ce pari là est réussi. C'est un nouveau souffle". Une satisfaction pour cette édition qui aura nécessité un budget de 1 070 000 euros (hors coûts liés à la sécurité).

Des points d'amélioration tout de même ? Densifier l'offre de propositions d'artistes locaux pour le dispositif "Adopte un(e) artiste" et, pourquoi pas envisager un final. Mais la prochaine étape sera de dénicher une thématique pour l'édition 2017, un choix qui se fera collégialement, entre Le Loup Blanc et la municipalité, et qui devrait être dévoilé dans un mois. En attendant, on en prend plein les yeux et on se replonge dans une atmosphère d'Apocalypse, grâce aux clichés de notre collaborateur, Thierry Huguenin.













Angers Mag