Accroche-Cœurs 2016 : esprit Jo-Bithume, es-tu là ?


Rédigé par - Angers, le Mercredi 13 Janvier 2016 à 09:48


Son nom était connu depuis la fin de l'année 2015 : la compagnie Le Loup Blanc s'occupera de la programmation artistique des prochains Accroche-Cœurs, du 9 ou 11 septembre. Une première présentation de l'ambition de son fondateur, Jacques Humbert, a eu lieu mardi sur la terrasse du Quai, à Angers. Qui fleure bon les années (feu) Jo-Bithume...



Membres de la Compagnie Le Loup Blanc (son fondateur, Jacques Humbert, est à gauche de la photo), personnels de la Direction culture, patrimoine et création, élus de la Ville d'Angers... voilà les visages sur lesquels repose désormais la prochaine édition des Accroche-Cœurs.
Membres de la Compagnie Le Loup Blanc (son fondateur, Jacques Humbert, est à gauche de la photo), personnels de la Direction culture, patrimoine et création, élus de la Ville d'Angers... voilà les visages sur lesquels repose désormais la prochaine édition des Accroche-Cœurs.
la rédaction vous conseille
Pas de révolution, mais une évolution ; et un retour aux fondamentaux, qui sonne comme un retour aux sources. Voilà en substance les deux piliers sur lesquels reposera la prochaine édition des Accroche-Cœurs, les 9, 10 et 11 septembre prochains à Angers.

C'est peu dire que l'ombre des Jo-Bithume, chef d'orchestre historique de l'événement, a plané sur la terrasse du Quai, mardi après-midi. Rien de bien étonnant à cela : en choisissant, à la fin de l'année 2015, la compagnie niortaise du Loup Blanc pour succéder à Acqua Viva à la tête des Accroche-Cœurs (voir ici), la municipalité angevine savait renouer avec la tradition. Jacques Humbert, le fondateur et directeur artistique du Loup Blanc, ne s'en est jamais caché : "J'ai très souvent programmé les Jo-Bithume dans les différents rendez-vous dont nous avions la charge. Ce sont des intimes et nous appréciions beaucoup ce qu'ils faisaient".

Une filiation qui a tous les atours d'une note d'intentions, pour l'édition à venir. Le Loup Blanc a été le plus convaincant "et a montré le plus d'envie" (Alain Fouquet) dans sa proposition de "retrouver la flamme et de l'adapter à une réalité en marche", avance Jacques Humbert. Sur le thème imposé de l'Apocalypse au Chant du Monde (ou à La Joie de Vivre, selon le titre originel), à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat -"un choix qui enracine les Accroche-Cœurs sur notre territoire", souligne Alain Fouquet- le programmateur artistique s'attachera donc à "ouvrir les champs et les perspectives dans l'occupation de l'espace public, par le biais des arts de la rue". En oubliant pas, non plus, sa traduction anglaise, beaucoup plus large, de street arts.
"Dans les propositions, c'est un mixte entre des choses ludiques et festives et des choses qui interrogent, qui font réfléchir ou parler" - Jacques Humbert

Voilà pour les ambitions. Mais que signifie plus précisément renouer avec les fondamentaux des Accroche-Cœurs ? "Dans les propositions, c'est un mixte entre des choses ludiques et festives et des choses qui interrogent, qui font réfléchir ou parler", détaille Jacques Humbert. Avant LA punchline d'Alain Fouquet : "Il s'agit de s'éclater dans un bain de culture !", s'emballe l'adjoint à la culture, avant de poursuivre : "nous voulons impulser une curiosité. Que les Angevins se demandent : "Qu'est-ce qu'on va faire ensemble cette année ?"

"L'âme du festival, c'est une réelle exigence artistique et une ambiance générale festive", 
enchaîne la directrice de la culture, du patrimoine et de la création de la ville d'Angers, Isabelle Rotondaro. Pour répondre à ces ambitions, "la communauté agile" du Loup Blanc travaillera de concert avec les services de la Ville, qui récupère la direction artistique générale des Accroche-Cœurs. "C'est tout à fait dans l'esprit dans lequel nous aimons travailler", rassure Jacques Humbert. "Plus que le cumul de spectacles et d'installations, il va falloir trouver ensemble une cohérence, faire monter tous les ingrédients pour que l'événement entre dans une autre dimension."

Une nouvelle aventure à la dimension, justement, d'un événement qui attire chaque année entre 220 000 et 250 000 spectateurs.

Un appel à projets à des scénographes et plasticiens sera lancé dans les jours qui viennent pour intervenir sur les sites et les espaces emblématiques de la ville, comme la Montée Saint-Maurice, le Pont de Verdun ou le Quai des Carmes, durant la durée des Accroche-Cœurs.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com