Accroche-cœurs : la mythologie selon Pan Optikum


Rédigé par - Angers, le 10/09/2011 - 12:26 / modifié le 10/09/2011 - 15:32


TRANSITion est l’un des plus gros spectacles de cette treizième édition des Accroche-cœurs d’Angers et certainement l’un des plus attendus. Hier soir sur la place Leclerc il y avait foule pour participer à l’histoire, mise en sons, lumière et pyrotechnies, par la troupe allemande, du mythe de Tirésias. Devin antique ce dernier observe les humains construire sur la ruine du passé un avenir qu’il espère serein.



La débauche et la luxure conduisant le peuple vers les enfers
La débauche et la luxure conduisant le peuple vers les enfers
la rédaction vous conseille
Ceux qui ont participé à ce grand spectacle de mythologie théâtrale, traduit simultanément en langue française, n’ont certainement pas été déçus. Sans véritable débauche pyrotechnique, ce spectacle allemand était sommes toutes, assez poétique. Certains sont toutefois un peu restés sur leur faim, s’attendant sans doute à plus d’action.

Dans la mythologie grecque dont s’inspire l’auteur du texte, Wajdi Mouawad, Tirésias était un devin aveugle, fils d’Évère et de la nymphe Chariclo, qui rendait ses oracles à Thèbes. Ce devin qui connaissait le passé, le présent et l’avenir, savait également interprété le vol des oiseaux.

On dit que Jupiter lui accorda une vie sept fois plus longue que les autres, lui permettant de vivre une expérience singulière : celle de changer plusieurs fois de sexe. Il prédisait aux Thébains leur destinée et, grâce à Pluton, il put continuer aux Enfers, à rendre ses oracles. Selon les mythologues, Tirésias aurait été rendu aveugle par les dieux, car ces derniers ne supportaient pas qu’il révèle aux mortels ce qu’ils auraient voulu garder pour eux. Mais Tirésias avait un troisième œil, son bâton, qui lui fut remis par Minerve en personne.

Cette mythologie dont Pan Optikum s’est fait sienne a été transposée en des temps plus contemporains, où Tirésias observe les humains qui se consument sur les ruines de leur passé guerrier. Peut-être pour exorciser un certain passé de sinistre mémoire.

Grâce à des scènes mobiles qui se déplacent tels des ilots au dessus de la foule, Pan Optikum se joue des effets de lumière, des lances flammes et autres machineries entrainant les spectateurs au cœur de l’action, comme si le narrateur, Tirésias, parlait du cas de chacun en particulier. En y regardant de près chacun pouvait se reconnaître dans les différentes scènes, les voix et la richesse du texte, lequel traduit simultanément de l’allemand en français n’enlevait rien à la qualité de l’interprétation, bien au contraire.

A la limite du spectacle féérique, Pan Optikum puise dans le théâtre d’action, la littérature, l’opéra pour réussir un savant mélange qui conduit à l’apothéose : celle des acrobates, attachés à des machines infernales et qui se balancent au milieu d'un déluge de feu. Une certaine vision de l’apocalypse, à moins que ce ne soit l’avenir serein que prédisait Tirésias.

Pan Optikum, qualifié comme l’un des meilleurs théâtres de rue mondial a reçu de nombreux prix pour ses réalisations, en Allemagne, aux USA, en Russie et à Venise. Le voir à Angers, c’est un moment exceptionnel que seuls les Accroche-cœurs peuvent offrir.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag