Accroche-cœurs : un funambule entre les tours du château d’Angers


Rédigé par - Angers, le 08/09/2013 - 10:55 / modifié le 08/09/2013 - 10:55


Créé spécialement pour les Accroche-cœurs 2013, « entre deux rives » était le spectacle à voir, ce samedi soir. Moins poétique que l’envolée chromatique de l’an dernier, ce spectacle musical, acrobatique et pyrotechnique, très symbolique, a attiré les foules sur les bords de la Maine.



Michel Menin sur son fil, rejoignant la tour est du château d'Angers
Michel Menin sur son fil, rejoignant la tour est du château d'Angers
la rédaction vous conseille
Ils étaient des milliers massés sur la cale de la Savatte, face au château et sur le pont de la basse chaine, fermé pour l’occasion, pour vibrer au son de la musique bretonne du bagad Kermer et aux voix puissantes et profondes de Marthe Vassallo, une figure connue de la chanson bretonne à danser et de la culture bretonne, venue tout droit des Côtes-d'Armor et Nessim Bismuth, ancien tailleur de pierre devenu chanteur. Et ils ne furent pas déçus.

« Toutes ces voix ont une histoire, une tragédie, une raison de vivre en point d’orgue », pouvait-on lire dans le programme distribué aux participants de ces Accroche-cœurs et c’est bien pour cela que la plupart d’entre eux avaient réservé leur soirée.

Démarrant par la musique de l’ensemble instrumental de Quimper, le bagad Kemper, a donné d’emblée la tonalité de ce temps fort. Les sons particuliers des bombardes et binious déchirant la nuit angevine, ponctués par la voie de Marthe Vassallo étaient accompagnés des tirs d’un feu d’artifice tiré depuis des barges installées sur la Maine.

Progressivement, le son s’est emballé, la partie pyrotechnique s’est faite plus intense et les projecteurs se sont braqués sur la tour ouest du château d’Angers. La foule a retenu son souffle et Michel Menin, le funambule de l’impossible s’est élancé au-dessus du vide, sur un câble tendu vers la tour les plus à l’est. Une longue promenade censée symboliser le rapprochement entre deux rives, deux continents, l’Europe et l’Amérique, thème de ces 15es Accroche-cœurs.


Un spectacle pyrotechnique d'un niveau supérieur à celui du 14 juillet
Un spectacle pyrotechnique d'un niveau supérieur à celui du 14 juillet
Exécutant quelques figures acrobatiques sur son câble le funambule de l’extrême a terminé son parcours sous les applaudissements du public, alors que le bagad Kermer reprenait de plus belle et que le spectacle pyrotechnique gagnait en intensité, le bruit assourdissant des fusées, couvrant pratiquement la musique.

Le public était comme subjugué. « Il est encore plus beau et plus spectaculaire que celui du 14 juillet », me glissait à l’oreille un spectateur. Toutefois, même si ce spectacle avait une haute portée symbolique, tant dans les voix que dans les sons, il n’était pas si poétique que l’envolée chromatique de l’an dernier, dont les spectateurs se souviennent encore. C’est un autre style, mais qui fait son effet, les spectacles pyrotechniques attirent toujours les spectateurs, auquel ont assisté les Angevins.

Outre la musique bretonne, de bonne facture, les spectateurs retiendront surtout l’exploit du funambule Michel Menin. Originaire de Lons-le-Saunier, Michel Menin est détenteur de nombreux records sur un fil, et notamment un record du monde de distance parcourue en allers et retours sur un fil avec 16 km 250 en 8 heures.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag