Affaire Olivier Cousin : le parquet fait appel


Rédigé par Patrick TOUCHAIS - Angers, le 17/06/2014 - 14:08 / modifié le 29/06/2015 - 18:59




Le vigneron angevin Olivier Cousin (au centre) devra repasser devant un tribunal. Ainsi en a décidé le parquet d'Angers.
Le vigneron angevin Olivier Cousin (au centre) devra repasser devant un tribunal. Ainsi en a décidé le parquet d'Angers.
Le 4 juin, le jugement du tribunal correctionnel d’Angers dans l’affaire Olivier Cousin, avait satisfait au moins deux des parties. Olivier Cousin, lui-même, le vigneron de Martigné-Briand poursuivi pour avoir apposé le terme Anjou sur ses bouteilles de vin de France. Condamné, mais dispensé de peine, pour cette usurpation d’AOC, il avait été relaxé pour le reste des infractions liées à l’étiquetage de ses vins. Satisfaite également la Fédération viticole de l’Anjou, partie civile, pour laquelle, cette condamnation était « une victoire pour la protection de l’appellation Anjou ».

Sauf que ce jugement n’a pas contenté le parquet, qui a décidé de faire appel de cette décision, jugée sans doute trop clémente. Selon Yves Gambert, le procureur de la République, cité par nos confrères du Courrier de l’Ouest, « les contraventions étaient établies ». Elles auraient donc dû déboucher sur une condamnation. La dispense de peine n’a pas été du goût du parquet non plus.

Parties civiles en première instance, l’Inao et la Fédération viticole de l’Anjou le seront également en appel. Cette dernière, demandera des dommages et intérêt a minima, mais souhaite que la cour d’appel d’Angers confirme le jugement d’usurpation de l’appellation.

A lire sur le même sujet :
"AOC Anjou, Olivier Cousin condamné mais dispensé de peine" (05/06/2014)
"L'Anjou, le paysan et le grand théâtre judiciaire" (02/10/2013)
 


















Angers Mag