Agglo d'Angers - ligne B : la trame du débat...


Rédigé par - Angers, le 16/02/2016 - 07:49 / modifié le 16/02/2016 - 08:32


Les élus d'Angers Loire Métropole ont adopté lundi soir la délibération entérinant la réalisation de la ligne B du tram, à partir de 2019. Un report de deux ans largement discuté -et contesté par la minorité angevine de l'assemblée- lors du conseil communautaire qui a aussi été le théâtre du Débat d'orientations budgétaires.



L'unanimité, moins 11 voix (en majorité celle de la minorité municipale angevine) et une abstention : les élus du conseil communautaire d'Angers Loire Métropole ont voté la réalisation de la ligne B du tram... à partir de 2019, pour une mise en service en 2022.
L'unanimité, moins 11 voix (en majorité celle de la minorité municipale angevine) et une abstention : les élus du conseil communautaire d'Angers Loire Métropole ont voté la réalisation de la ligne B du tram... à partir de 2019, pour une mise en service en 2022.
la rédaction vous conseille
Une mise en bouche : c'est ce qu'a constitué le Débat d'orientation budgétaire (DOB, voir plus bas), lundi soir, lors du conseil communautaire. Car le morceau de choix, on le savait depuis bientôt deux semaines, était la prise de décision concernant la réalisation de la ligne B du tram.

Un sujet angevino-angevin ? Que nenni ! Et le nombre -historique pour ce mandat- d'interventions autour du sujet, a prouvé l'intérêt que les élus communautaires prêtent à cette seconde ligne. Sans surprise, et en cohérence avec ce qu'ils portent à l'échelle du conseil municipal d'Angers, les élus de la minorité angevine se sont opposés à la délibération du soir. Mis à part eux, tous se sont félicité de l'orientation adoptée dès le 29 janvier dernier par les maires des 34 communes de l'agglo, réunis en séminaire pour bûcher sur la question.

"Responsable", "raisonnable", "cohérent"... les adjectifs se sont multipliés pour souligner la décision prise de repousser de deux ans, de 2017 à 2019, le début de travaux de la seconde ligne de tram, de Belle-Beille à Monplaisir. Et c'est l'engagement pris par les élus communautaires de ne pas augmenter la fiscalité au sein de leur collectivité qui semble avoir présidé au choix fait, quelles que soit les obédiences politiques. Marc Goua (Trélazé), Joël Bigot (Les Ponts-de-Cé) François Gernigon (Verrières-en-Anjou), Xavier Coiffard (Mûrs-Erigné) ou Sébastien Bodusseau (Sarrigné) ont ainsi parlé d'une quasi même voix.

Frédéric Béatse s'est clairement opposé au report de deux ans du début des travaux de la ligne B du tram
Frédéric Béatse s'est clairement opposé au report de deux ans du début des travaux de la ligne B du tram
Une belle unanimité en somme, tout juste contestée par Frédéric Béatse et Silvia Camara-Tombini, vent debout, sur le fond (lire la tribune de Florence Denier-Pasquier à ce propos) comme sur la forme, contre l'ajournement du début des travaux. "100 % des électeurs angevins ont demandé à ce que le tram roule en 2020", a ainsi avancé l'ancien maire d'Angers, référence à la promesse de campagne faite par la quasi-totalité des listes sur la ligne de départ lors des dernières élections municipales. Et Frédéric Béatse d'arguer sur le temps perdu en études sur le projet de tracé porté par la nouvelle municipalité angevine, et sur le surcoût possible engendré par ce nouveau tracé. Des arguments balayés d'un revers de la main par Christophe Béchu, chiffres et dates à l'appui.
"Quelle sera la situation dans deux ans, est-ce qu'il ne faudra pas augmenter les impôts ? Est-ce que les conditions actuelles ne sont pas meilleures que ce qu'elles seront dans deux ans ?", insiste Silvia Camara-Tombini relayant un discours entendu en dehors de l'enceinte politique.

"En repoussant le début des travaux, on se donne 24 mois pour réfléchir à d'autres leviers de financement que la seul fiscalité", répond Christophe Béchu, revenant au nerf de la guerre : celui des 8M€ annuels à trouver pour supporter le coût de fonctionnement de la ligne B du tram et le remboursement de l'emprunt nécessaire à la réalisation de cette ligne. Fervent défenseur de cette second ligne, le maire de Saint-Lambert-la-Potherie, Pierre Vernot, identifie d'ores et déjà trois axes de réflexion : "la fiscalité des ménages, celle des entreprises, à travers la CFE (contribution financière des entreprises NDLR) et des économies sur le contrat de gestion actuel des transports".
"En repoussant le début des travaux, on se donne 24 mois pour réfléchir à d'autres leviers de financement que la seul fiscalité" - Christophe Béchu

Ce dernier levier apparaît comme un élément de contexte fondamental : 2019 correspond à la fin de délégation de service public (DSP) confiée à Kéolis pour la gestion des transports de l'agglo. De ce point de vue, Christophe Béchu concède n'écarter "aucune piste". Comprendre : un autre mode de gestion permettrait à la collectivité de se dégager d'autres marges de manœuvres financières.
Aux trois hypothèses soulevées par Pierre Vernot, le président de l'agglo en ajoute deux. "On peut envisager l'augmentation du taux de couverture de la dépense transports par les usagers. Il est actuellement de 27 %. Mais on peut réfléchir à un impact sur le coût pour les usagers plutôt qu'un recours à la fiscalité". Le 5e et dernier levier relève des "économies à l'échelle de l'agglo" : 800 000 € d'économies sur le budget principal pourrait ainsi être réaffectées sur le budget transports.

Si la question du financement a ainsi agité l'assemblée -et devrait être au cœur de nombre de discussions dans les mois à venir- celle de l'aménagement du territoire a également été largement évoquée, notamment par les maires des communes périphériques. De fait, c'est bien l'ensemble du "schéma des déplacements et des transports" que la délibération promet de travailler. "Le tram ne sera jamais une solution de transports pour toutes les communes de l'agglo", tranche d'ores et déjà Christophe Béchu, malgré le souhait exprimé par Didier Roisné de voir affichée une volonté de prolonger les lignes existantes ou prévues vers d'autres communes... "et notamment Beaucouzé". Mais c'est bien à une optimisation des pratiques actuelles que devront se confronter les élus. 

Le mot de la fin à Jacques Chambrier, maire de Savennières, "étonné qu'on s'intéresse autant à la question du report. C'est une décision qui va quasiment multiplier par deux le taux d'endettement d'Angers Loire Métropole : on aurait pu décider de ne pas le faire. L'information, c'est tout de même qu'on va le faire ! Il faut s'en réjouir. C'est un investissement qui va servir à dynamiser l'économie locale", insiste l'élu, concluant par le propos de l'un des ses administrés, artisan de son état : "Le délai s'oublie, la qualité reste"...

Débat d'orientations budgétaires
Pas emballés de l'intérêt du passage en communauté urbaine ? La tenue du débat d'orientations budgétaires (DOB), lundi soir, en conseil communautaire, devrait finir de convaincre les plus sceptiques. Au moins du point de vue financier. Explications : la transformation de la communauté d'agglomération en communauté urbaine -effective au 1er janvier- a permis de neutraliser, de manière mécanique, la baisse de Dotation globale de fonctionnement (DGF)... au moins pour l'exercice 2016.

Si l'on se projette sur l'ensemble du mandat, jusqu'à 2020, "la perte cumulée de DGF aurait été de 46,6 M€ -soit presque l'équivalent d'une année d'investissement de la collectivité- si nous n'étions pas passés en Communauté urbaine", avance le président de la collectivité, Christophe Béchu. Au final, la perte cumulée sera "limitée" à 28 M€.

Au final, le changement de forme juridique de la collectivité permet une amélioration de l'autofinancement brut de près de 10 M€ -que l'on retrouve en charge d'investissement-, et une capacité de désendettement qui s'améliore de près de 2 ans. Des améliorations mécaniques, valables notamment pour l'année 2016, qui n'entament pas le choix affiché de "maîtriser les dépenses de fonctionnement" (Christophe Béchu). Le document financier présenté au DOB envisage ainsi "une limitation de la masse salariale à moins de 1 %" et la poursuite des "mutualisations intercommunales".

L'investissement. Les dépenses d'investissement présentées s'élèvent à hauteur de 86,5 M€, réparties entre le budget principal (52,9 M€) et les budgets annexes (33,6 M€). L'investissement au sein du budget principal est ciblée notamment sur des aides aux logements, le développement économique et des prises de participations exceptionnelles (et obligatoires) de la collectivité au sein de différentes sociétés d'économie mixte (Sominval, Soclova, Sara-Sodemel...)

La dette. L'encours de la dette, au 1er janvier 2016, s'établit à quelque 358 M€, soit une baisse de 23 M€ depuis 2014.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Citoyen le 16/02/2016 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

S' il n'y a pas d'argent aujourd'hui, il n'y en aura pas plus dans 2 ans. Il ne faut pas être un perdreau de l'année pour comprendre que notre société est, économiquement et financièrement dans dans le rouge écarlate et que le jour noir va arriver, comme un certain jeudi.

Pourquoi démarrer les travaux en 2019, soit 1 an avant les élections ?

Si l'équipe d'Angers pour vous conduite par M. Béchu est réélue, elle pourra engager les travaux au titre de la communauté urbaine. Si c'est une au...

2.Posté par Fracasse le 16/02/2016 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La première réaction face à un détracteur du tramway sur Angers : Ah! Encore un défenseur des voitures polluantes! Mais pas du tout, si je condamne le tramway angevin, c'est parce que ce moyen de transport est totalement inadapté à notre ville.
Angers est une cité ancienne, pas de larges avenues (> 40m), pas de grandes lignes droites, au contraire un amas de rues ou avenues assez étroites, courtes et souvent courbes ce qui constitue une forte contre-indication à l'implantation du tram. Par ai...















Angers Mag











Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00



cookieassistant.com