Agglo : l'habitat au centre de attentions communautaires


Rédigé par - Angers, le 10/05/2017 - 07:35 / modifié le 10/05/2017 - 07:35


Les élus du conseil communautaire ont adopté mardi soir quatre délibérations ayant trait à la politique locale de l'habitat, déclinaison directe du Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi). Une orientation qui pose de nouveaux dispositifs, notamment en terme d'aides financières à la réhabilitation et à l'accession aidée sur le territoire, mais engage aussi l'agglo à plus long terme. Sans trop le crier sur les toits.



La Barre de l'Europe, à Monplaisir, sera le prochain immeuble à être détruit. L'Agence nationale de renouvellement urbain a donné son accord formel pour ce faire.
La Barre de l'Europe, à Monplaisir, sera le prochain immeuble à être détruit. L'Agence nationale de renouvellement urbain a donné son accord formel pour ce faire.
la rédaction vous conseille
"Qui va piano va sano". On a trop souvent écrit dans ces colonnes que le maire d'Angers et président de la communauté urbaine, Christophe Béchu, était un homme pressé, pour ne pas lui reconnaître de temps à autre une capacité à temporiser les choses. Voici pourquoi...

Depuis l'arrivée aux affaires d'une nouvelle équipe à l'agglo, au lendemain des élections municipales de 2014, de profonds changements sont intervenus dans la constitution comme dans le fonctionnement de la collectivité, qui ont abouti notamment à la mise en vigueur, à la fin du mois de mars dernier, d'un Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) : un document unique pour les communes du territoire qui intègre aussi bien un Plan de déplacements urbains (PDU) qu'un Programme local de l'habitat (PLH).
 
C'est de ce dernier qu'il a été question, mardi, lors du conseil communautaire, au fil des quatre premières délibérations de la soirée. On n'entrera pas dans les détails de la mise en place, pour la première fois à l'échelle de l'agglo, d'un dispositif d'autorisation de programme/crédit de paiement (AP/CP), pour retenir que la collectivité a validé 28,5 millions d'aides financières, pour les 5 années à venir, dans le cadre du Programme local de l'habitat. Des aides qui seront fléchées essentiellement en direction du parc locatif social et de sa réhabilitation. "La nouveauté par rapport à la dynamique des aides précédentes, c'est l'importance apportée à la réhabilitation et à la rénovation de l'existant, dans le privé comme dans le public. C'est essentiel tant en terme de qualité du parc que de dépense énergétique", détaille Daniel Dimicoli, le vice-président de l'agglo chargé de la politique de l'habitat et de l'urbanisme.
 
Pour résumer, le nouveau système d'aides financières validé par les conseillers communautaires porte trois objectifs :
 
- favoriser la production du logement locatif social ;
- développer l'accession-aidée sur le territoire et le développement de la location-accession, pour répondre à la demande croissante de gens qui souhaitent devenir propriétaire mais ne pourront jamais l'être dans le parc privé ;
- accompagner la réhabilitation du parc privé.
 
La collectivité, à travers la mise en œuvre de cette politique locale de l'habitat, attend des retombées économiques importantes pour le territoire, qu'elle a d'ailleurs chiffrées : "387 M€ de chiffre d'affaires annuel liés à la production de logements" et "33M€ de chiffre d'affaires annuel liés à la réhabilitation du parc public et privé" ; et plus de 3 300 emplois maintenus ou créés grâce à cette activité.
Voilà pour les effets escomptés.

"20 % de logements sociaux dans chacune des communes de la collectivité, ce qui n'est le cas nulle part, en dehors des communes de la première couronne"

Mais il convient de s'arrêter un temps sur le premier objectif affiché par l'agglo. "La production de 500 à 540 logements sociaux neufs par an" se double bien évidemment de la prise en compte du programme national de renouvellement urbain en cours sur Montplaisir et Belle-Beille. 889 logements sociaux seront détruits dans l'opération -dont la "barre de l'Europe" pour laquelle "un accord formel" de l'Agence nationale de renouvellement urbain (ANRU) est arrivé fin avril. Il s'agira de reconstruire l'ensemble de ces logements sociaux, mais sur l'ensemble du territoire de la Communauté urbaine. Avec l'objectif d'atteindre "20 % de logements sociaux dans chacune des communes de la collectivité, ce qui n'est le cas nulle part, en dehors des communes de la première couronne", précise Christophe Béchu. 
Au cœur de cet enjeu, la mixité sociale... en même temps que la déconstruction de quelques idées reçues sur le logement social. Un exemple ? Plus de 80 % de la population peut y prétendre.
 
Mais le relogement de locataires habitués aux environnements de Belle-Beille ou Monplaisir à l'extérieur de la ville n'ira pas sans un accompagnement ad hoc, pour les personnes concernées comme pour les communes d'accueil. C'est vrai pour les transports, mais ça l'est aussi pour les solidarités : à quand un centre d'action sociale à l'échelon intercommunal ? C'est là où l'homme pressé qu'est parfois Christophe Béchu a choisi de temporiser. Comme sur la question de l'intérêt communautaire des grands équipements sportifs et culturels, le président de la collectivité estime "que c'est la prochaine élection municipale, avec des candidats portant un projet clair pour l'agglo, qui tranchera ces questions".
Au fond des choses, l'élu considère que les profonds changements induits par la réforme territoriale nécessite une période d'acculturation, de la part des élus comme de celle des administrés.
 
Reste que les délibérations adoptées mardi soir, comme celles prises depuis le passage en Communauté urbaine engagent de fait le territoire dans une stratégie collective de compétences intégrées, à plus ou moins long terme. 




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Vous pouvez réagir et commenter cet article. Toutefois, si l’éditeur vous donne la possibilité de faire part de votre opinion, votre commentaire ne doit pas contenir des propos haineux, diffamatoires ou des injures caractérisées, inciter aux crimes et aux délits punis par la législation française, contester les crimes contre l’humanité, être offensant envers les chefs d’État, de gouvernement et diplomates étrangers , faire état de fausses nouvelles ou faire l’objet de discrimination raciale ou sexiste.

Au sens de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) la société Ouest eMedia presse éditeur de ce site web est responsable des contenus qu’elle publie, mais aussi des commentaires des internautes s’exprimant sur le sujet. Si la publication est laissée libre, un commentaire dont le contenu est en opposition avec les textes de loi, ou faisant l'objet d'une poursuite, peut à tout moment être modéré par le Directeur de publication.

Dans tous les cas, restez polis et courtois, les lecteurs vous en sauront gré.

Le Comité de Rédaction d'Angers Mag Info

















Angers Mag





Philippe Journo : "Les polémiques n'ont juste pas lieu d'être"

0 Commentaire - 22/05/2017 - Yves BOITEAU et Sébastien ROCHARD

Une saison en ballon !

0 Commentaire - 21/05/2017 - Thierry LARDEUX - Photo : Yan LUAT

Deux cents jours

0 Commentaire - 20/05/2017 - BARBARA RÉTHORÉ ET JULIEN CHAPUIS, pour WWW.NATEXPLORERS.FR






Angers Mag : #Angers Sylvain Bertoldi, « l’Histoire en ligne de mire » @Angers https://t.co/Plvx67BQbL https://t.co/CCHQDQgRyy
Mercredi 24 Mai - 07:33
Angers Mag : #Angers Six mois après, nouvelle démission à la tête du PS de #MaineetLoire https://t.co/6pUKV19acs https://t.co/CP5j9ftg8Y
Mardi 23 Mai - 19:03
Angers Mag : #Angers L’@HoteldAnjou à l’ère de Booking et Airbnb @Angers_tourisme https://t.co/pN1gQvy78u https://t.co/yKpGXOuL7g
Mardi 23 Mai - 07:33
Angers Mag : #Angers Philippe Journo : "Les polémiques n'ont juste pas lieu d'être" @AtollAngers https://t.co/qczUjxWsKr https://t.co/obcqXNE5uy
Lundi 22 Mai - 07:48