Aide à l’apprentissage : Béchu dénonce la " méconnaissance des réalités économiques du pouvoir en place "


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Angers, le 20/07/2013 - 09:13 / modifié le 20/07/2013 - 09:14


Supprimé le mercredi, lors du comité interministériel pour la modernisation de l'action publique, puis annoncé le jeudi sous une autre forme, le dispositif de soutien à l'emploi des apprentis a fait réagir les entreprises et certains élus, de gauche comme de droite, dont le président du Conseil général de Maine et Loire, Christophe Béchu.



Aide à l’apprentissage : Béchu dénonce la " méconnaissance des réalités économiques du pouvoir en place "
La polémique née autour de la vrai-fausse suppression de l’aide à l’apprentissage témoigne de l’inconsistance de la politique menée par le pouvoir en place », déclare dans un communiqué le président du Conseil général. « Elle aussi un nouvel exemple de la méconnaissance des réalités économiques de notre pays ».

« Et pourtant le Président de la République avait annoncé vouloir aider l’apprentissage », poursuit le président Béchu, non sans une certaine ironie. « Quelques semaines plus tard, son gouvernement décide de mettre fin à l’indemnité compensatrice forfaitaire, avant de se raviser et de proposer une nouvelle aide aux contours encore flous ».

Rappelons que cette indemnité des 915 € sous forme de soutien à l’embauche et de 1525 € pendant trois ans pour soutenir la formation des apprentis, est versée par l’État aux Régions dont les trésoreries se chargent de la redistribuer aux entreprises et aux centres de formation des apprentis sur la base d’un contrat d’embauche et de formation.

« Quelle légèreté dans la gestion des affaires du pays. Quel mépris pour les entreprises et les apprentis », ajoute le président, qui souligne l’émotion des entreprises concernées devant ces décisions prises sans concertation et ce rétropédalage du pouvoir en place.

Selon Christophe Béchu, le Maine et Loire, compterait plus de 7000 jeunes en contrat d’apprentissage. Ce qui n’est pas neutre pour une jeunesse qui peine à trouver un emploi. « En période de crise économique, l’apprentissage a toujours apporté des réponses à l’emploi des jeunes, premières victimes de la conjoncture. Oublier cette donnée fondamentale est une faute qui peut avoir des conséquences extrêmement graves».

Si le président du Conseil général reconnaît que la réduction des dépenses publiques est une ambition légitime et nécessaire en cette période incertaine sur le plan économique, il en connaît quelque chose, il lui semble « dangereux de vouloir la faire porter aux entreprises qui œuvrent pour la formation et l’emploi des jeunes ».








1.Posté par canard angers né le 22/07/2013 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel métier fait-il Monsieur Béchu en vrai dans la vie ? Quelle entreprise génératrice d'emplois a-t-il crée pour donner des leçons d'économie ? Oui parler de subventions, ça il sait faire. Quand c'est pas notre argent...
Au même titre que le Maire en place encore pour quelques mois, (le plus court de l'histoire d'Angers) qui sont-ils tous ces braves politiques pour venir nous parler d'économie.
Il est vraiment tant des de vrais travailleurs, citoyens et générateurs d’activités renouvellent tou...















Angers Mag