Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mercredi 17 Septembre 2014





Alain Body, sur les traces de la première église de Saint-Sylvain


Rédigé par Catherine NEDELEC - Le Vendredi 4 Mai 2012 à 08:48


Il est des sujets dont on parle peu, mais il est aussi des passionnés d’Histoire dont la plume redonne vie à un passé oublié. C’est le cas d’Alain Body, qui, avec son roman historique « L’Hostie de pierre du faucon noir » (Petit Pavé), prend pour décor Saint-Sylvain d’Anjou, dans une fiction qui s’insère au cœur de la vie rurale et monastique des Xème et XIème siècles.



Alain Body, un roman original dans un lieu riche d’Histoire, et pourtant méconnu.
Alain Body, un roman original dans un lieu riche d’Histoire, et pourtant méconnu.
Ancien journaliste, Alain Body est aussi un passionné d’Histoire. Depuis 40 ans, il s’intéresse de près à sa commune, Saint-Sylvain d’Anjou, pour laquelle il a notamment participé à la mise en place de l’exposition sur le centenaire de l’église, visible jusqu’à dimanche soir. L’esprit toujours en éveil quand il s’agit de son lieu de résidence, Alain Body voit d’un bon œil tout ce qui peut l’instruire sur le passé de Saint-Sylvain. Le chantier de fouilles archéologiques entamé en 1985 aux Grandes Valinières, fut pour lui un évènement déterminant.

Précédant la construction d’un demi-échangeur raccordant la route départementale à l’autoroute, le chantier est alors prometteur : puits, foyers, fosses, silos, poteaux, vestiges d’un habitat en bois, sépultures et céramiques convainquent à eux seuls les archéologues de l’existence d’un site habité ici, dès les époques mérovingienne et carolingienne. L’un d’eux affirme même qu’en prolongeant la fouille à côté de l’emprise de l’autoroute, on trouverait les traces de la toute première église en bois de Saint-Sylvain, celle que site le cartulaire de l’abbaye Saint-Serge : ecclesiam de Boschitto

Alain Body fait rapidement le lien avec la charte signée du comte d’Anjou Foulques le Réchin en 1095, concernant le domaine et l’église du Bosquet, sur la terre de Longchamp, que l’évêque d’Angers, Renaud, avait restitué aux moines angevins. Pour l’auteur, « tout va dans ce sens : sa situation à côté des sites de l’Aumônerie, du Lorier (de l’oratoire), ou bien encore, les écrits de Célestin Port. Malheureusement, on ne saura jamais si l’église du Bosquet est bien à la place présumée ».

Un lieu qui ouvre les portes de l’imaginaire

Alain Body, sur les traces de la première église de Saint-Sylvain
Mais qu’à cela ne tienne. Alain Body a trouvé le lieu de son histoire. Et en 2012, il franchit le pas, nous livrant un roman historique, qui mêle vie rurale et monastique, et chrétienté. L’histoire commence en 1094, alors que le pâtre Sylvain Vaslin déterre une lanière de cuir, qui trouble le frère Cléophas, le vieux maître des novices au monastère du Bosquet… « A l’époque, la religion avait énormément d’importance ».

Dans L’Hostie de pierre du faucon noir, le lecteur découvre une Histoire plus locale, mettant en scène des personnages attachants mais aussi les comtes d’Anjou, dont le plus célèbre, Foulque Nerra, qui avait rapporté de ses pèlerinages à Jérusalem de précieuses reliques, ou Robert d’Arbrissel, fondateur de l’Abbaye de Fontevraud. « Il n’y a rien de nostalgique dans ma démarche. Mon idée est de témoigner de notre enracinement, nécessaire à notre vie et à celle des générations futures ». Ainsi, l’auteur se prend à rêver : « Grand-père ! Grand-père ! répète en dansant de joie le petit-fils. Ils viennent de trouver la chapelle ! » donnant l’issue espérée à son roman, pour le plus grand bonheur des férus d’Histoire.

Partant d’une idée originale, Alain Body livre ici un beau roman, documenté et doublé d’une écriture maitrisée.

L’auteur sera présent au festival de Printemps de Saint-Sylvain d’Anjou les 2 et 3 juin et en dédicace à la librairie Richer, le 9 juin, de 15 h 30 à 18 h 30.

Editions du Petit pavé


























A PROPOS