Alice in Wonderland : le merveilleux pays de Tim Burton


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Lundi 12 Avril 2010 à 09:22


Un conte sombre et mystérieux, où Tim Burton nous plonge dans son génie visuel et sa folie graphique …



Alice découvre ce pays, qui pourtant lui semble si familier : le Pays des Merveilles
Alice découvre ce pays, qui pourtant lui semble si familier : le Pays des Merveilles
la rédaction vous conseille
Heureusement que la maman de Tim Burton lui a lu « Alice aux pays des Merveilles », le conte enfantin écrit par Lewis Carroll. Sinon nous n’aurions pas eu le plaisir de jouir de ce fantastique monde. Toutefois le scénario a quelque peu été retravaillé par la scénariste de la Belle et la Bête. Voilà pourquoi certains peuvent être déçus de ne pas retrouver le style Burton. Mais je vous rassure tout de suite, cela reste … merveilleux !

Cette fois-ci Alice a 19 ans, elle est sur le point de se marier avec un Lord. Cependant, elle se retrouve plongée dans le Pays des Merveilles. Elle retrouve ainsi quelques connaissances telles que le Lapin Blanc, le Loir, le Chat et bien sûr … le Chapelier Fou. Cette jeune fille doit alors accomplir son destin dans une aventure extraordinaire où elle doit mettre fin au terrible règne de la Reine Rouge.

Tim Burton n’a pas dérogé à sa règle : un excellent casting ! Nous retrouvons ainsi, pour le plus grand plaisir de ces demoiselles, Johnny Depp. Vous me direz peut-être : « Oui, mais il est très maquillé ! ». Heureusement le maquillage ne nuit en aucun cas à sa performance d’acteur, et à son charme plus que réputé. Nous rencontrons aussi un nouveau visage qui tient le rôle principal, mademoiselle Mia Wasikowska. Cette jeune femme de tout juste 20 ans a une certaine prestance et rentre très bien dans le rôle d’Alice. Nous retrouvons Helena Bonham Carter dans le rôle de la Reine Rouge. Elle a néanmoins rétréci et possède une énorme tête. Mais elle adore la couper aux autres !

Tim Burton nous plonge donc dans un monde parfaitement onirique où tout peut avoir lieu. Pour cela, il a utilisé énormément de techniques modernes pour repousser les limites de son art : il joue avec la perspective, avec des effets de montage et des effets optiques fondés sur les distorsions d’échelle et de proportion. Pour nous immerger totalement dans sa création graphique, il a décidé de la convertir en 3D, et cela devient encore plus magistral !

Avec « Alice au Pays des Merveilles », vous ne voudrez plus lâcher les lunettes 3D, pour pouvoir continuer de vivre dans ce merveilleux monde !

Hugo












Angers Mag