Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mardi 16 Septembre 2014







Allocations familiales : Béchu et Deroche disent non aux parents d'enfants placés


Rédigé par Rédaction Angers Mag Info - Le 11/09/2012 - 16:07 / modifié le 11/09/2012 - 23:08


Les sénateurs UMP de Maine-et-Loire, Christophe Béchu et Catherine Deroche proposent le versement de cette aide financière au service d’aide sociale à l’enfance du Conseil général lorsque l’enfant à été confié à une famille d'accueil par décision du juge.



Christophe Béchu et Catherine Deroche, sénateurs UMP de Maine-et-Loire.
Christophe Béchu et Catherine Deroche, sénateurs UMP de Maine-et-Loire.
Les sénateurs UMP de Maine-et-Loire Christophe Béchu et Catherine Deroche ont déposé cet été une proposition de loi relative au versement des allocations familales et de rentrée scolaire au service d’aide sociale à l’enfance (ASE) lorsque l’enfant est placé en famille d'accueil pour décision d'un juge.

Ils proposent que ces aides "bénéficient à ceux qui assurent l’entretien effectif des enfants, qui, dans 90% des cas sont également versées à la famille de l’enfant placé".

Les deux parlementaires s'appuient sur la charge des dépenses sociales consacrées par les Conseils généraux à la famille et à l’enfance "qui représentent le 3ème poste de l’action sociale départementale en moyenne, expliquent-ils. La croissance de ces dépenses est particulièrement soutenue depuis quelques années, reflétant le coût de l’ensemble des actions menées par les services départementaux d’aide sociale à l’enfance".

Cette mesure pourrait concerné 291 337 enfants sur le territoire national. La très grande majorité de ces enfants est retirée à sa famille sur décision de justice et confiée au service de la protection de l’enfance.

Les départements assurent dès lors en lieu et place de leurs parents défaillants, l’ensemble des responsabilités et des frais liés à l’exercice de la parentalité.

"Pourtant dans 100% des cas, les familles perçoivent les Allocations de rentrée scolaire. Alors que les faits de maltraitance ou de négligence grave sont le plus souvent à l’origine des placements, cette situation est non seulement anormale mais surtout amorale", conclut Christophe Béchu.



























Instagram


A PROPOS