Amphitea, mise sur orbite réussie.


Rédigé par yannick Sourisseau - Angers, le Lundi 9 Mars 2009 à 21:31


La salle de spectacle Amphitéa à peine rénovée et inaugurée, voici qu’elle accueillait ce week-end, ses premiers spectacles. Après le concert de rodage « Ice Party », réservé aux plus jeunes, vendredi soir, la salle angevine accueillait samedi et dimanche, deux grosses pointures de la variété française : Bénabar et Francis Cabrel.



Bénabar, sur la scène d'Amphitéa (photo S.A.)
Bénabar, sur la scène d'Amphitéa (photo S.A.)
la rédaction vous conseille
Vendredi soir, il fallait être « djeune » et ne pas avoir peur d’en prendre plein les oreilles, car le son était un peu fort, peut être trop pour les adolescents et jeunes adultes qui passent déjà leurs soirées, le casque musical vissé sur les oreilles. A croire que tous les participants de cette « Ice party », un peu chaude, étaient tous sourds. Ils étaient 5000 à se baigner dans la musique électronique et robotisée. « Ice Party » aura tenu ses promesses et la glace, compte tenu de la température qui régnait à l’intérieur, n’a pas mis longtemps à fondre .

Pour Angers Expo qui gère la salle Amphitéa, fraichement rénovée, c’était la soirée de rodage. Il ne fallait pas hésiter à pousser un peu les graves, tant pis pour les tympans fragiles. Avec le son électro des groupes Vitalic, Birdy Nam Nam, Zenzile, Yuksek et Misty Socks annoncés sur le programme, il n’y avait pas mieux pour tester les enceintes et surtout l’acoustique de la salle. Et sur ce point la salle d’Angers obtient plutôt un satisfecit de la part du public présent. De l’avant scène aux gradins supérieurs, le son circule correctement et monte plutôt bien. Mais vu le type de musique, même si les tests acoustiques étaient favorables il aura fallut attendre les concerts suivants, plus audibles, pour valider la qualité sonore de la salle.

Avec plus de 5400 fans, le fréquentable Benabar, contrairement au titre de son nouvel album, « infréquentable », a fait, lui aussi, un tabac. Avec son allure de garçon poli et courtois en costume cravate, celui à qui les mères de famille aimeraient confier leur fille, a enthousiasmé le public qui avait pris place dans la salle. Avec ses chansons qui s’inspirent de nos petits et grands problèmes quotidiens, le chanteur aura dépeint toute la soirée la vie telle qu’elle est, avec ses bons et mauvais cotés. Mais ça fait tellement plaisir à entendre que l’on se prend à dire qu’il a diablement raison, le bougre, surtout lorsqu’il dit : « Le choix de quelques uns dans un bureau occidental, bouleverse des millions de destins, surtout si le bureau est ovale ».

Coté musique, l’ami Bénabar est plutôt traditionnel avec une forte présence de cuivre, à la façon fanfare du village. Quand il chante « A la campagne » c’est plutôt approprié. Mais, les guitares électriques et autres contrebasses ne sont pas bien loin donnant à sa musique un air de jazz qui allait si bien à la salle Ampithéa New Look.

Avec ces deux concerts, la salle Amphitéa a passé son examen de passage avec brio, surtout avec la musique, somme toute agréable, des neuf musiciens de Bénabar. Désormais, on peut le crier haut et fort, quand tout le public a quitté les lieux : oui le nouvel Amphitéa possède désormais une acoustique digne des vraies salles de spectacle, l’effet de trou sonore au centre que les oreilles les plus musicales observaient dans l’ancienne configuration, n’existe plus aujourd’hui. C’est tant mieux, car cela devrait permettre à Angers d’accueillir de grands et beaux concerts, comme les plus chanceux ont pu en vivre ce week-end.


LES TAGS : musique










Angers Mag