Angers 7 : vers une télé citoyenne


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 04/05/2010 - 10:30 / modifié le 05/05/2010 - 07:43


Lors du débat organisé hier soir, à Murs Erigné, par le Club de la Presse Anjou, l’un des plus fervents soutiens de la chaine locale Angers 7, les salariés ont présenté aux décideurs locaux leur projet de reprise. Malgré la qualité du plateau d’intervenants, il n’avait pas foule dans la salle et pourtant le débat était particulièrement intéressant. Dommage …



La visio conférence du Rédacteur en Chef de TV8 Mont Blanc
La visio conférence du Rédacteur en Chef de TV8 Mont Blanc
Organisé par le Club de la Presse Anjou, l’association des journalistes et communicants du Maine et Loire, le débat sur l’avenir de la chaine Angers 7 était intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord parce qu’il permettait de prendre connaissance du projet de reprise élaboré par les salariés eux-mêmes et d’écouter les témoignages de structures similaires et notamment celui, très poignant, du rédacteur en chef de TV 8 Mont Blanc, la locale des Pays de Savoie.

Une centaine de personne avaient pris place dans les gradins de la salle Jean Carmet à Murs Erigné, dont les salariés et leurs proches. Le lieu n’avait pas été choisi au hasard, le Maire de la Commune, Philippe Bodard, étant le seul politique angevin ayant appelé à la mobilisation générale pour sauver une chaine à laquelle il tient particulièrement « en tant qu’homme politique et comme citoyen ».

Sur le plateau, animé par le journaliste Alain Machefer, avaient pris place Patrice MOISAN, directeur de la SADEL et Vice-président de l’IRESA (inter réseau de l’économie sociale d’Angers), Julien PAUGAM de l’association de téléspectateurs « les pieds dans le Paf », Cyril JACQUES de Green Team, une société coopérative de chercheurs et universitaires s’investissant dans le secteur du développement durable, Philippe BODARD, Maire de Murs Erigné et Conseiller Général de Maine et Loire et Stéphane MARTINEZ de la Fondation « Mécènes et Loire ». Patrice MALLET de TV8 Mont Blanc intervenait depuis Annecy, en visioconférence, via Skype. Un grand moment de web TV pour ceux qui ont l’habitude de regarder la télévision sur le réseau internet.

L’avenir d’Angers 7 passe par les angevins

Les intervenants sous le feu des questions d'Alain Machefer
Les intervenants sous le feu des questions d'Alain Machefer
Pour TV8 Mont Blanc, l’une des premières chaines locales française, ayant vécu les mêmes vicissitudes, Angers 7 gagnera à être proche des habitants de sa région. « Les parisiens nous ont volé la télévision. Nous faisons de la locale, pas dans les stations de sports d’hiver. Nous sommes descendus dans les vallées, directement chez les savoyards. Plus vous serez proche des gens de votre région, plus votre télé aura des raisons d’exister » martelait avec un dynamisme à toute épreuve Patrice Mallet. La chaine qu’il dirige s’appuie désormais sur un important réseau de téléspectateurs.

Un vrai réconfort pour les salariés de la chaine qui avouaient avoir entre les mains l’opportunité de faire de la télévision locale comme ils le souhaitaient depuis longtemps, la ville d’Angers avec TV 10 puis Ouest France avec Angers 7 ne leurs en ayant pas donné l’occasion. C’est donc une télé participative, citoyenne, proche des angevins, que proposent désormais les salariés dans leur projet de coopérative (SCIC). Mais là où le bat blesse c’est que les finances ne sont pas encore acquises.

Mécènes et Loire, par la voix du chef d’entreprise Stéphane Martinez, a fait savoir que sa fondation ne pouvait pas aider financièrement la chaine, fut-elle culturelle et d’intérêt collectif, mais seulement les associations. Quant aux entreprises : « Nous ne faisons pas ce que nous voulons. Nous avons à rendre des comptes auprès de nos administrateurs, nos salariés ». Un moyen élégant de dire que les entreprises angevines ne sont pas motivées par le projet.

C’est Philippe Bordard qui fut, comme à son habitude, le plus virulent. « Nous sommes dans une société sur médiatisée et sous informée. Il faut porter l’affaire sur la scène politique, car une télé locale c’est un vrai projet de société ». Et de poursuivre : « Nous appartenons tous à un même territoire et cette télé est un vrai service public de proximité ».

Du coté des salariés on est passé, au cours de ce débat, des joies aux peines, en fonction des paroles des uns et des autres. « Nous sommes journalistes, animateurs, assistants et on s’improvise juristes ou gestionnaires. Pour nous ce n’est pas facile, mais nous y croyons » disait Lisa Beauval, l’une des salariés de la chaine. Le salut d’Angers 7 viendra peut-être de ses téléspectateurs, pour peu qu’ils se manifestent nombreux et aient envie de soutenir financièrement la chaine : « Pour le Pays Loire Angers ça fait seulement 1,42€ par personne » concluait Philippe Bodard. Rendez-vous ce soir à 20h au Café des Orfèvres à Angers.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par delage le 04/05/2010 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui à une TV citoyenne, libre et indépendante.
Mais avec une plus grande visibilité!
Je ne la reçois pas chez moi! Donc il faut de la présence sur les "box", sur la TNT... sinon, aucun intérêt!
Avec vous!

JM D


2.Posté par Yannick Sourisseau le 04/05/2010 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec vous. Le passage ADSL permettrait une plus grande visibilité. Mais pour cela il faut que cette chaine ait des moyens et ça c'est l'affaire de nous tous.















Angers Mag