Angers : Accros au Laser Game !


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 28/10/2013 - 17:50 / modifié le 28/10/2013 - 18:21


De « 7 à 77 ans », le Laser Game attire un public de plus en plus large. A Angers, amis, famille, jeunes et moins jeunes, n’hésitent pas à plonger dans cet univers ludique et sportif. Un peu comme dans un jeu vidéo… Grandeur nature.



Le Laser Game se pratique (aussi) en famille.
Le Laser Game se pratique (aussi) en famille.
la rédaction vous conseille
Attention, une fois passées les portes du Laser Game Evolution, vous n’êtes plus le même homme ! C’est un peu comme si vous entriez dans la troisième dimension. Calmons le jeu… « C’est avant tout une activité, à la fois ludique et sportive, qui permet de jouer en groupe, en famille et surtout de passer un bon moment », lâche Cyril, 21 ans, alias Chuck Norris.

En effet, en ce dimanche ensoleillé de fin septembre, ils sont dix à s’être donnés rendez-vous, boulevard Gaston-Birgé à Angers. Deux familles, l’une de Coron, près de Vihiers et l’autre de la capitale angevine. Les citadins ont un avantage certain : ils connaissent le terrain et ses recoins, ses fumigènes et sa musique incessante et hurlante.

« Même pas peur » pour Nelly, 49 ans, aka El Capone. « On va découvrir et on est surtout là pour s’amuser entre nous, dans la joie et la bonne humeur», avoue-t-elle téméraire. Il est maintenant 17 h 30, l’heure de passer à l’enregistrement. Dans sa base de données, Jonathan, le maître de lieux, saisit le prénom ou le pseudo de chacun.

Pour nos deux familles, ce sera : « Alice, ça glisse », « James Bond », « Doumé », « Lara Croft » ou encore « Mymy ». Chaque joueur est désormais tracé et relié à l’ordinateur par son numéro de gilet. Dans le sas intermédiaire, la tension monte. Les deux équipes s’équipent de leur plastron, jumelé à un pistolet-laser… en mousse. Les bleus, ce soir, affrontent les rouges durant 20 minutes. Pas plus !

Après un léger brief, quelques conseils et des rappels de vigilance, Jonathan ouvre la porte donnant sur un dédale de couloirs de parois en bois. « Allez, goooo ! », crient-ils en chœur avant de s’engouffrer dans ce labyrinthe placardé de tags fluo, noyé dans la pénombre et une fumée blanche, musique techno à fond les ballons !

Objectif pour chacun d’entre eux : pointer son laser sur les quatre cibles (poitrine, dos et épaules) disposées sur le gilet et ainsi enregister un maximum de points. Cyril est à fond, tout comme Alice. Ils connaissent les lieux et évoluent sans crainte. Nelly, quant à elle, préfère se poster derrière un mur. A l’affût. Au Laser Game, c’est chacun pour soi ; mais surtout à chacun son timing. A chacun sa stratégie…

« On est dans le jeu… Dans la télé ».

Comme beaucoup d’enfants, Mattéo, (2e à g.), a invité ses copains au Laser Game pour son anniversaire. Son petit frère, Yanis, 9 ans (1er à d.), en a bien profité !
Comme beaucoup d’enfants, Mattéo, (2e à g.), a invité ses copains au Laser Game pour son anniversaire. Son petit frère, Yanis, 9 ans (1er à d.), en a bien profité !
Dans le hall d’entrée, deux salles accueillent chaque semaine des dizaines d’anniversaires. Ce dimanche, Mattéo, 12 ans, a invité ses copains de classes. Au programme : trois parties de 20 minutes avec une pause d’un quart d’heure entre chaque, l’occasion de reprendre son souffle pour les bougies et de manger le gâteau préparé par Paula, sa maman.

« C’est génial et on éprouve beaucoup de sensations une fois dans le jeu, explique Mattéo. C’est comme si on était dans la télé quand on joue au jeu-vidéo ». Unanimité autour de la table. Même le papa, Bruno, ne cache pas son enthousiasme. « Ça n’a rien de violent, c’est sportif, vous pouvez me croire, on transpire pas mal, avoue-t-il. Et je préfère qu’ils s’amusent ici plutôt que d’être scotchés devant un écran une après-midi entière ». Dont acte. Vivement le prochain anniversaire !

Il est 18 heures. Du côté des rouges et des bleus, la partie s’est soldée par la victoire de Cyril : le « Chuck Norris » du dimanche a engendré 64 touches, ne recevant en échange que 29 « coups » de laser. Pour les novices, le score a peu d’importance. « On voulait s’amuser et s’éclater en famille, le challenge est réussi », affirme Nelly. La revanche ne devrait pas tarder…

[EN CHIFFRES]

7
En euros, c’est le prix par personne d’une partie de 20 minutes au Laser Game Evolution d’Angers.

64
C’est le nombre de salles présentes en France sous la marque Laser Game Evolution (LGE). L’entreprise a également développé son activité en Espagne, en Suisse, en Belgique et dans les Dom-Tom. Dans l’agglo d’Angers, un autre Laser Game est implanté aux Ponts-de-Cé.

600
m2, c’est la surface totale de jeu du Laser Game Evolution d’Angers. Soit deux salles de 300 m2 pouvant accueillir de 6 (minimum) à 35 joueurs (maximum).

“DU PAINT-BALL SANS DOULEUR”

Angers : Accros au Laser Game !
A 28 ans, Jonathan Guillet est le gérant du Laser Game Evolution d’Angers. Il est aussi à la tête de deux autres salles à Caen.

Angers Mag : Présentez-nous le Laser Game ?
Jonathan Guillet : « C’est une activité essentiellement ludique – et sportive – qui consiste à viser ses adversaires à l’aide d’un pistolet laser dans une enceinte fermée. Ils évoluent dans un labyrinthe enfûmé, dans une semi-pénombre, la musique à fond. Chaque joueur porte un gilet sur lequel sont disposées des cibles : une sur le ventre, une dans le dos et une sur chaque épaule. Objectif : toucher le plus de fois possible sans être touché. C’est un peu comme le paint-ball mais sans le douleur. »

Est-ce que tout le monde peut jouer ?
« Oui, sans aucun problème puisque chacun évolue à son rythme et en fonction de ses moyens. C’est aussi un jeu de stratégie qui ne consiste pas à courir dans tous les sens. J’accueille ici des enfants dès l’âge de 7 ans lors d’anniversaires notamment. Mais aussi des adultes, hommes et femmes, certains frôlent parfois la soixantaine. Des associations et des entreprises, aussi, dans le cadre de séminaires ou de fêtes de fin d’année. Les parties ne durent pas plus de 20 min avec un quart d’heure de pause minimum entre chaque, histoire de bien récupérer. »

Quel bilan tirez-vous depuis votre ouverture en 2007 ?
« Ça marche très bien. Le Laser Game est une activité ludique en plein essor. Je suis d’ailleurs gérant de deux autres salles à Caen (Calvados), dont l’une depuis 2005. A Angers, nous cherchons une autre salle à louer pour y installer un nouveau Laser Game, car, ici, boulevard Gaston-Birgé, avec en moyenne 3 000 clients par mois, on commence à saturer ».



















Angers Mag