Angers-Beaucouzé : première pierre officielle pour l’Atoll


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 10/11/2010 - 22:23 / modifié le 11/11/2010 - 22:10


Alors que les bâtiments sortent déjà de terre, la première pierre de ce qui sera, selon ses concepteurs, le plus grand espace commercial de France, excusez du peu, a été posée de manière symbolique cet après-midi par les élus locaux et l’investisseur : la compagnie de Phalsbourg.



Didier ROISNÉ, Maire de Beaucouzé, Philippe JOURNO, PDG de la Compagnie de Phalsbourg et Jean Claude ANTONINI, Maire d'Angers et Président d'Angers Loire Métropole
Didier ROISNÉ, Maire de Beaucouzé, Philippe JOURNO, PDG de la Compagnie de Phalsbourg et Jean Claude ANTONINI, Maire d'Angers et Président d'Angers Loire Métropole
la rédaction vous conseille
Tel un atoll, il en aura la forme elliptique et le nom, planté au milieu d’un océan de verdure et de pavillons, ceux de Beaucouzé, le premier « éco-parc » commercial qui ouvrira ses portes en mars 2012, accueillait ce mercredi 10 Novembre les élus, concepteurs, investisseurs et futurs occupants, pour la pose toute symbolique de la première pierre.

« Les angevins qui équipent et décorent leur maison vont faire leurs course à Nantes, demain ce sont les nantais qui viendront à Angers », déclarait Philippe JOURNO, le PDG, fondateur et principal actionnaire, avec ses enfants, de la Compagnie de Phalsbourg, une société spécialisée dans l’immobilier commercial. Ce dernier qui considère que le monde de l’entreprise a un impact fort sur la vie des citoyens, a engagé sa société dès sa création dans la voie du développement durable, un concept lui permet d’afficher sa différence sur le marché de l’immobilier commercial, mais aussi dans les projets qui lui sont confiés. « Le commerce de périphérie est une vraie réussite économique, mais un vrai désastre urbanistique. Nous pensons que les consommateurs, nos clients, les enseignes et les villes dans lesquelles nous investissons méritent d’être respectés et bien traités, dans les lieux attrayants et dignes d’eux », poursuit le PDG

Au pays du végétal, la Compagnie de Phalsbourg, s’est engagée dans une véritable démarche de développement durable et d’intégration dans le site. Avec son architecture originale, ses espaces paysagers, ses murs végétaux, la prise en compte du bruit, de la gestion des déchets, l’utilisation de l’énergie renouvelable, l’éco-parc commercial Atoll sera également le premier centre commercial construit à la norme HQE (Haute Qualité Environnementale) et BBC (Bâtiment Basse Consommation). « Nous sommes investisseurs à long terme et nous voulons que nos bâtiments accueillent les meilleurs enseignes et soient les plus beaux. C’est une manière de respecter ceux avec lesquels nous travaillons. C’est ce que j’appelle la contrainte positive, laquelle nous oblige à toujours faire plus et mieux », explique Philippe JOURNO.

Un projet ambitieux et innovant

L'éco-parc Atoll ( image de synthèse Compagnie de Phalsbourg). (cliquer pour agrandir)
L'éco-parc Atoll ( image de synthèse Compagnie de Phalsbourg). (cliquer pour agrandir)
La démarche a séduit Didier ROISNÉ, Maire de Beaucouzé, lequel aurait dit : « Vous je vous ai soutenu, alors de me plantez-pas », et le Maire d’Angers, Jean Claude ANTONINI : « Intuitivement j’ai confiance en vous, alors soyez à la hauteur ». Condamné à réussir, mais visiblement ça ne l’effraie pas, Philippe Journo est tout de même conscient du risque politique et économique qu’ont pris les élus lorsqu’ils se sont engagés dans un projet aussi ambitieux. Il ne veut donc pas les décevoir, d’autant que son entreprise est engagée à hauteur de 150 M€ dans ce projet, le reste étant financé par les enseignes, les collectivités prenant en charge les accès et les abords.

D’une surface de 22 hectares, soit deux fois le stade de France, ce qui fait dire à Jean Claude Antonini que « l’on aurait dû prévoir des gradins pour accueillir le stade de football réclamé par les angevins », Atoll accueillera sur 91 000 m2 de SHON (71 000 m2 de surface de vente), 50 enseignes leaders de l’équipement et la décoration de la maison. Alinéa, le spécialiste du meuble et de la déco, Hémisphère Sud, Castorama, mais aussi Boulanger, Darty, Toys’’R’’Us, etc font partie des 72% déjà acquis. Ce nouveau centre commercial permettra la création de plus de 400 emplois nouveaux.

Cette concentration d’enseignes, située aux portes d’Angers, dans une zone de chalandise estimée à plus de 850 000 habitants est un atout majeur pour la ville d’Angers, lequel constituera, outre l’attrait commercial, une référence en matière d’espace de vente. « L’innovation dont ont fait preuve les concepteurs ne passera pas inaperçue », soulignait le Maire à l’issue de la pose de la première pierre.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par TREZA le 11/11/2010 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On oublie de parler des nuisances subies par les Beaucouzéens depuis plus d'un an: nuages de poussière qui se déposent sur les maisons et la végétation, bruit incessant des engins qui déplacent la terre, vibrations, etc. Et bientôt un enseigne lumineuse qui dominera Atoll à 12 m de hauteur, une circulation polluante qui gâchera l'air pur que la campagne prodiguait précédemment. On comprend mal comment un maire dit socialiste ait si peu pris en compte les avis des Beaucouzéens pour favoriser l...

2.Posté par Yannick Sourisseau le 11/11/2010 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour et merci beaucoup pour votre témoignage. Je ne reprendrais pas les propos de votre Maire qui soulignait que peu de Beaucouzéens s'étaient manifestés pour dénoncer, comme vous le dites ce temple de la consommation. Vous en faites partie et je trouve ça très bien. Nos colonnes sont ouvertes aussi bien à ceux qui sont défavorables à cette construction qu'à ceux qui approuvent. C'est ce qu'on appelle la liberté d'opinion.















Angers Mag