Angers Loire Valley, une marque et une ambition


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 20/04/2011 - 09:52 / modifié le 20/04/2011 - 16:28


Déjà présentée lors de l’inauguration de l’événement de tourisme économique « Made in Angers », la nouvelle marque d’Angers Loire Métropole a été officiellement dévoilée à un parterre d’invités, hier soir au théâtre 400 du Quai. Avec « Angers Loire Valley, la vie en grand », la métropole angevine ambitionne désormais d’être une référence française et internationale.



Le président d'Angers Loire Métropole présentant la marque de territoire
Le président d'Angers Loire Métropole présentant la marque de territoire
Finie la belle endormie, la métropole angevine prend le large pour se hisser dans le pelotons de tête des territoires les plus attractifs. « Angers Loire Valley », c’est tout au moins le vœu de son Président Jean Claude ANTONINI. Hier soir, au cours d’une soirée de près de deux heures, le président a tenté de fédérer les décideurs angevins et tous ceux qui exportent déjà le territoire au-delà de ses frontières.

Car c’est bien là tout l'enjeu, et le président le sait bien, avant de vouloir convaincre les entreprises de venir s’installer sur le territoire angevins, les étudiants à s’inscrire dans les universités, les demandeurs d’emploi à y trouver un travail, il va falloir convaincre les angevins eux-mêmes. Et ces derniers, comme hypnotisés par la douceur des paysages et la qualité de vie de cette ville et ses environs, se laissent facilement aller à la torpeur. En adoptant cette marque et tout le dynamisme qu’elle est censée activer, il va falloir se bouger et se sentir acteur de son territoire.

Hier soir, au Quai, le Président de la Métropole s’est montré convaincu, mais a-t-il été assez convaincant, d’autant qu’a défaut de parler de parler de la métropole, c’est surtout de la ville dont il est le maire qu’il a été question ? « Angers a des atouts, des compétences, nous savons respecter la vie, nous avons une formidable capacité d’accueil, même les étrangers (ceux qui connaissent Angers), sont surpris par le dynamisme et la jeunesse de la ville ». Il faut ajouter des festivals importants, Claude Eric POIROUX, le Directeur de Premiers Plans était d’ailleurs sur scène pour en parler, des entreprises emblématiques, comme COINTREAU, ou de pointe comme EVOLIS, le spécialiste européen de l’imprimante de cartes plastifiées, lesquels ne suffisent pas à propulser Angers sur le devant de la scène, même si eux savent dire que l’installation de leur structure sur ce territoire était un bon choix.

Désormais les angevins doivent voir la vie en grand

Un panel de décideurs angevins donnant leur vision du territoire
Un panel de décideurs angevins donnant leur vision du territoire
Mais l’heure n’était pas de savoir ce qui ne va pas sur ce territoire, idéalement placé, desservi par le TGV, un aéroport, une autoroute, tout ce qui doit normalement contribuer à le faire connaitre, mais plutôt de tout faire pour que ça aille mieux. Et pour motiver les participants, lesquels sont dès maintenant les ambassadeurs d’Angers Loire Valley, les organisateurs de la soirée, avaient invités sur scène un panel d’entreprises connus et reconnus, ainsi qu’une spécialiste du droit et du marketing international, en la personne d’Elisabeth POULAIN. « On ne lance pas cette marque au hasard. Il y a actuellement une conjonction d’éléments qui font que c’est le bon moment », affirmait cette dernière, comme si elle avait vu dans une boule de cristal.

Cette grande professionnelle, tombée littéralement amoureuse d’Angers, comme une autre, Jeanne MOREAU, aperçue dans une vidéo, avaient toutes les deux suffisamment d’arguments pour convaincre le premier de ceux qui pouvaient se montrer dubitatif. « Angers a une typicité, comme le vin de Loire. Ce ne sera jamais le grand Lyon, ni le grand Londres, il faut avoir de l’ambition, être euphorique, lutter contre l’anxiété et se donner toutes les chances de réussite », poursuivit Elisabeth POULAIN. « Il n’est pas question d’attirer tout le monde, mais de trouver des ancrages et créer une véritable synergie autour de ce territoire. Il faut que nous soyons riche de nos différence ». Une vrai leçon de marketing en direct…

« Cette maque ce n’est ni une fin en sois, ni une fantaisie de communiquant. C’est un long travail d’études et l’affirmation d’une ambition pour l’agglomération », conclura Daniel LOISEAU, le Vice-président de l’agglomération, en charge de l’économie. « Elle doit être partagée par les acteurs du territoire, d’Angers mais aussi des 30 autres communes, de façon à ce que chacun présente le territoire avec les mêmes arguments et le même enthousiasme ».

La balle est donc dans le camp des angevins, qui doivent y croire, même si le logo, ses couleurs, n’emportent pas l’adhésion. Pour ses concepteurs c’est avant tout une bannière derrière laquelle chacun doit se ranger pour qu’à coup sûr les étrangers, mais aussi les français puissent enfin situer Angers sur la carte, avoir envie de la visiter et plus si affinité…



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Langevin le 03/05/2011 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'ils croient que c'est avec une appellation teintée d'anglicisme, qu'on sera davantage connus demain, ils se trompent lourdement, car je crains que le problème de notre notoriété soit ailleurs...Regardez l'aéroport, ça fait 13 ans qu'on bricole des lignes sans véritable marché théorique parce-que la gestion du dit aéroport est fait pour couter le moins possible et de ce fait s'assurer la meilleur rentabilité, hélas, ça ne fonctionne pas. De Même qu'il est risible "pour le moins" qu'on a...















Angers Mag