Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO à l’assaut de la montagne Rémoise.


Rédigé par - Le Samedi 28 Janvier 2012 à 07:56


Ce samedi, à 14 heures 30, Angers-SCO, à la recherche de réussite, va s’attaquer au meilleur club de Ligue 2, à domicile. Pas de quoi effrayer Stéphane MOULIN, déçu, mais pas inquiet de la panne de résultats actuelle de son groupe.



Grégory MALICKI retrouve sa place dans les buts.
Grégory MALICKI retrouve sa place dans les buts.
Le passé se rappelle aux Champenois, avec le décès, cette semaine, à l’âge de 87 ans, de Pierre SINIBALDI, une figure emblématique du grand Reims, entre 1944 et 1953. Une période que les moins de 60 ans ne connaissent pas, mais aimeraient voir renaître.

Le Stade de Reims d’Hubert FOURNIER a de l’ambition et des résultats qui vont avec, pour la première fois depuis longtemps. Il peut nourrir de sérieux espoirs de montée.

Ses joueurs retrouvent le stade Auguste DELAUNE, en occupant une place sur le podium, avec une marge de manœuvre de quatre points d’avance sur le suivant immédiat et avant de recevoir un Angers-SCO qui se cherche, depuis la reprise.

L’occasion est belle pour les Rémois, particulièrement à l’aise à domicile : 8 victoires, 1 nul (le 21 octobre), 3ème attaque et 4ème défense à la maison.
De son côté, Angers-SCO n’est pas mal non plus à l’extérieur.

Malgré la déception de la défaite à Nantes, les Angevins se classent au sixième rang de la Ligue 2, pour le classement à l’extérieur, avec la 4ème attaque. Petits soucis : Angers-SCO est en panne de réussite offensive et défensive, et surtout n’occupe que le 13ème rang des défenses à l’extérieur.

Si la rumeur (fondée ?) court de la signature imminente d’un défenseur, la défense Angevine devra faire corps face aux "serial buteurs" Rémois : FAURE et GILHAS.

Mais, si Stéphane MOULIN ne refusera pas, après l’échec face à Troyes, de réaliser une belle opération comptable en Champagne, l’essentiel ne sera peut être pas là.

Le coach Angevin attendra, surtout, de retrouver son groupe et un niveau de jeu correspondant à ce qu’il attend de ses joueurs. Après ? Fidèle à sa philosophie, il escomptera, comme à son habitude, d’être récompensé du jeu produit, avec le brin de réalisme ou de chance, c’est selon, qui lui manque depuis l’entame du championnat.

Car, jusqu’à présent Angers-SCO n’a pas été payé de ses efforts, n’a jamais volé les points. Chaque coup de moins bien a été sanctionné d’une défaite, alors que chaque performance, loin s’en faut, n’a pas été concrétisée au tableau d’affichage.

Si la sinistrose ne gagne pas le groupe, si le match face à Quevilly, traquenard idéal, n’a pas révélé que du négatif, les joueurs sont impatients de sortir de cette mauvaise passe, qu’ils savent temporaire.

Pour retrouver ses certitudes et cette confiance en leur valeur, il faudra sans doute, à Reims, endosser le bleu de chauffe et aller à l’essentiel -l’efficacité- comme le suggérait après Troyes, Jérémy HENIN. Le défenseur central est incertain pour cette rencontre, tandis que Matar FALL est absent.

Grégory MALICKI, qui vient de prolonger son contrat d’un an, retrouve ses buts, ce qui confirme que sa mise au repos, face à Quevilly, n’était pas une mise à l’écart.

Le contraire eut été injuste. Car c’est tout le groupe qui est en cause, et pas seulement son gardien, beaucoup plus, beaucoup trop exposé. Rester soudés et travailler pour retrouver la voie du succès. Voila les mots d‘ordre des noirs et blancs. La résurrection du SCO passe par là.



LES TAGS : football, ligue 2, sco


Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur