Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers SCO arrache un point face à Dijon


Rédigé par - Le Samedi 9 Mars 2013 à 08:08


Cardiaques s'abstenir. Comme contre Lens il y a un mois, les joueurs du SCO ont offert un final époustouflant aux presque 11 000 spectateurs présents hier à Jean-Bouin. Menés 3 à 1 à la 56e minute, ils ont une nouvelle fois trouvé les ressources pour égaliser dans les arrêts de jeu. Un match nul (3-3) qui les maintient à la 5e place.



Angers SCO - Dijon, un match au final époustouflant
Angers SCO - Dijon, un match au final époustouflant
Maintenant que mathématiquement la barre symbolique des 43 points à priori nécessaire au maintien est atteinte, les joueurs du SCO peuvent (encore) rêver à la Ligue 1 et aussi se faire plaisir. Après avoir choisi la première option en s'imposant au Mans la semaine dernière, ils ont choisi la seconde hier sur leur pelouse en offrant un final palpitant à un public venu en nombre à l'occasion de la Journée internationale de la Femme (où celles-ci étaient invitées au stade).

Dès le début du match, les spectateurs avaient l'occasion de voir leurs protégés en action car à la 6e minute, sur une ouverture d'Olivier Auriac, Claudiu Keserü, parti à la limite du hors-jeu, venait gagner son duel face à Reynet. 1-0 pour les locaux et le 15e but cette saison en championnat pour le Roumain qui a reçu une préconvocation pour le prochain match de son équipe nationale contre les Pays-Bas le 26 mars prochain à Amsterdam. Match qualificatif pour la Coupe du monde 2014.

Mais pour en revenir au championnat de France de Ligue 2, ce match contre Dijon était bien engagé. Pas pour longtemps car trois minutes plus tard, une belle frappe de Berenguer venait heurter le poteau gauche de Malicki et repartait dans les pieds de Tavares. L'attaquant trompait le gardien angevin pour remettre les deux équipes à égalité (1-1).

Le match était parti sur un rythme élevé. Dijon, 7e a seulement 3 points du podium au coup d'envoi, n'était pas venu à Angers pour subir. Mais les homme de Stéphane Moulin repartaient à l'attaque. A la 10e minute, un coup-franc de Ravet trouvait les bras du gardien. A la 24e, Keserü, dans ce genre d'exercice où il excelle, échouait lui aussi sur Reynet. A la 28e, les Angevins se procuraient une grosse occasion avec El Jadeyaoui parti en contre. Son centre était repoussé par le gardien dans les pieds de Diallo dont la reprise à l'entrée de la surface passait au-dessus. Ravet (32e et 33e) puis Keserü (34e) obligeaient aussi Reynet à s'employer pour empêcher les Angevins de prendre l'avantage. A la 42e, un coup-franc de Mollet de 25 mètres était capté par Malicki mais juste avant la mi-temps (42e), c'était encore Keserü qui semait la panique dans la défense bourguignonne.

Stéphane Moulin : « On ne s'avoue jamais vaincus. Les autres équipes le savent »

En seconde période, c'était au tour des Dijonnais de prendre l'avantage. Sur une offensive de son équipe, Mollet récupérait le ballon à l'entrée de la surface et, d'une magnifique frappe, trouvait la lucarne de Malicki (1-2, 48e). Les Angevins pouvaient de nouveau courir après le score, d'autant que les Bourguignons accentuaient leur pression. Une première volée d'une vingtaine de mètres de Mollet -encore lui- passait sur la droite du but angevin (53e) mais trois minutes plus tard, à la suite d'un corner de Guerbert, Mollet -toujours lui- transmettait à Tavares dont la déviation trompait le portier angevin (1-3, 56e). A ce moment de la partie, et alors qu'il restait un peu plus d'une demi-heure de jeu, les Blanc et Noir étaient mal partis. D'autant qu'à la 70e, Malicki sauvait in extremis la balle de 4-1sur une tête de Berenguer consécutive à un corner de Guerbert.

Mais les hommes de Stéphane Moulin ont des ressources. A la 76e, une première alerte était donnée par El Jadeyaoui qui, se présentant seul devant le gardien et croisait trop son tir (76e). A la 80e, sur une ouverture de Keserü, Socrier se heurtait au portier alors qu'il se présentait seul à l'entrée se la surface. Le public réclamait le pénalty. Mais ce n'était que partie remise. A la 88e, sur une nouvelle incursion du Roumain dans la surface, celui-ci était poussé dans le dos par Cissé. Cette fois, l'arbitre indiquait la sentence. Le Roumain, d'une frappe sèche au centre du but ramenait son équipe à 3 à 2 et rejoignait par la même occasion le Monégasque Touré et le Guingampais Yatabaré en tête du classement des buteurs de la Ligue 2 avec 16 buts.

Mais ce n'était pas fini. Ces derniers temps, les Angevins ont pour habitude de finir leurs matchs très fort. A la 93e, Auriac, d'une magnifique ouverture, trouvait Socrier qui, à l'entrée de la surface, se retrouvait seul devant le gardien, parvenait à le lober pour obtenir une égalisation inespérée et faire chavirer le stade... Encore une fois dans les ultimes instants (3-3, 93e).

Dans les minutes qui suivaient, dans le vestiaire, Stéphane Moulin tenait à féliciter son buteur pour son « premier but depuis bien longtemps ». Puis l'entraîneur angevin revenait sur la prestation de ses joueurs : « Ce n'est pas un hasard. Ça s'apparente à une victoire. Il y a une petite pointe de déception mais la fin de l'histoire est belle. Moi j'y croyais, on l'avait déjà fait. Il y a tout eu encore une fois à l'intérieur du même match mais cette fois-ci le handicap était trop grand pour pouvoir le gagner. Mais il paraît que les grandes équipes, si elles ne peuvent pas gagner, ne doivent pas perdre, et ce soir on n'a pas perdu. On reprend même un point sur les Guingampais qui ont perdu de manière inattendue à Laval. Donc on ne fait pas une si mauvaise opération que ça. Ce n'est que du bonheur ce soir même s'il est atténué par le fait que l'on ait pas gagné ».

Et d'ajouter : « L'an dernier dans une période inverse, quand on nous croyait morts, on n'a pas lâché. Cette année, on montre les même ressources et c'est une sacrée belle valeur ». L’entraîneur angevin insistait même sur cet état d'esprit : « les autres équipes le savent. On ne s'avoue jamais vaincus ». Le mot de la fin à Claudiu Keserü : « Ce point a un goût bizarre, très bizarre. On prend trois buts, on se remet dans le sens de la marche....mais je pense que sur les 10 000 spectateurs présents, à 3 à 1 ils auraient tout de suite signé pour 3-3 . On ne va pas faire la fine bouche même s'il y a eu quelques approximations qui nous ont coûté cher. Il faut se dire qu'aujourd'hui on a pris un point. On avance, c'est le principal ».

Et le Roumain de confirmer qu'il garde un œil sur le podium, mais qu'il suffirait à son bonheur d'y être... à la 37e journée. Effectivement. Aujourd'hui, lui et ses partenaires y ont déjà accédé et l'essentiel sera d'y être à l'arrivée.

Vendredi prochain, les hommes de Stéphane Moulin se rendent à Monaco où ils s'étaient imposés la dernière fois qu'ils y étaient allés en septembre 2011. Cette saison, les partenaires de Grégory Malicki se sont déjà imposés à six reprises à l'extérieur...




Christophe ROUSSEL
Correspondant Sport pour Angers Mag dans plusieurs sports (football, athlétisme, ...) et dans le... En savoir plus sur cet auteur