Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO assure l’essentiel à Metz, 1-1.


Rédigé par - Le Samedi 28 Avril 2012 à 07:10


Bon point ou résultat insuffisant ? L’avenir proche nous le dira. Toujours est-il que les Angevins ont maintenu, par ce score, leur avance sur Le Havre, dépassé Lens et pris un point aux Manceaux. Finalement ce n'était pas une trop mauvaise soirée.



Charles DIERS avait pourtant superbement ouvert la marque.
Charles DIERS avait pourtant superbement ouvert la marque.
Si Angers SCO a sauvé les meubles, cette soirée aurait pu (aurait dû ?) être bien plus belle, si Angers-SCO avait optimisé sa première mi-temps, une première période où SISSOKO, le gardien Messin a sauvé la baraque à, au moins quatre reprises.

Après une frappe dévissée de Charles DIERS (3’), le portier local a sorti le grand jeu, en claquant une tête de Matar FALL, bien servi par Olivier AURIAC, au coup franc, Diego GOMEZ étant sur le banc. SISSOKO s’interposera avec brio, sur une grosse frappe de Charles DIERS, au cours d‘une première période où les Messins n’arrivent pas à colmater les couloirs, dans lesquels les Angevins s’engouffrent. Puis, ce sera au tour de Fodé DORE d’allumer SISSOKO, qui sauvera les siens par une parade…du thorax (20’).

Après une frappe de Rayan FRIKECHE trop enlevée (24’), c’est, cette fois, du pied que le gardien Lorrain repoussera l’essai de Gaétan CHARBONNIER (25’).

Côté Lorrain, pas grand-chose. Les locaux s’en remettaient aux coups de pied arrêtés, corners ou coup francs, bottés sans grand danger, pour les visiteurs.Il aura fallu, en fait, une baisse de vigilance d’une défense un peu attentiste sur le coup, pour que des frissons chatouillent l’échine des Angevins, mais DELORT, à la réception d’un bon centre, était trop court, pour pousser le ballon dans le but du SCO (37’).

Et c’est au moment où Angers-SCO devait se dire qu’il avait manqué le coche, qu’il allait scorer. Sur une première tentative, encore repoussée par SISSOKO, le ballon arrivait à Charles DIERS, qui enroulait une magnifique frappe en lucarne (0-1, 40’). Idéal, pour les visiteurs avant la mi-temps.

Malheureusement pour eux, BOUBY allait ramener les siens à égalité sur une magnifique frappe rasante de 35 mètres, imparable pour un Grégory MALICKI masqué (1-1, 45’).

Rageant, mais l’on pouvait penser que, en continuant sur ce rythme, Angers-SCO avait largement les moyens de l’emporter. Toutefois, les Lorrains, aidés par l’entrée en jeu de DUHAMEL (60’), allaient montrer un autre visage, à partir de l’heure de jeu.

Oh, certes, pas de quoi crier au génie, mais assez pour gêner des Scoïstes moins à leur aise. Et c’est Grégory MALICKI qui allait devoir faire le métier, en s’interposant avec brio, par deux fois, préservant le résultat nul, face à DUHAML (68’) et surtout sur une frappe puissante de NGBAKOTO, qui avait réussi à se débarrasser de deux défenseurs (84’).

Au cours de ce moment fort des Lorrains, on notera également une frappe de peu à côté de DUHAMEL (69’) et une belle opportunité de contre mal exploitée, MANE écrasant sa frappe (84’).

Les Angevins arriveront à préserver ce résultat nul en desserrant peu à peu l’étreinte Messine, et à se montrer dangereux sur des frappes de Gaétan CHARBONNIER (60’) et du jeune NSAME, entré en jeu (82’), contrée, ou encore sur cet ultime corner, où, à l’issue d’un cafouillage, SISSOKO sera bienheureux de voir la frappe de l’Angevin inconnu trouver son petit filet (92’).

Le match s’achevait sur ce sore de parité, pas tout à fait conforme à la physionomie du match, comme le reconnaissait, au micro d’une radio locale Lorraine, l’ancien pro Messin David TERRIER.

Un point de pris en tout cas, tandis que Le Mans s’inclinait sur sa pelouse, face aux alliés Lavallois, pour la circonstance et que Le Havre était accroché par Reims, sur sa pelouse.

Au SCO de poursuivre dans cette voie, dès ce mardi, pour le choc face à Nantes, très attendu, ce mardi 1er mai.






Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur