Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers - SCO cède en fin de match à Ajaccio, 1-0


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Vendredi 17 Décembre 2010 à 22:52


Ajaccio l'a emporté à l'ultime minute du temps règlementaire, alors que les angevins s’apprêtaient à ramener un bon et logique match nul de Corse.



David DE FREITAS, sur deux frappes, a mis en danger l'arrière garde corse (*)
David DE FREITAS, sur deux frappes, a mis en danger l'arrière garde corse (*)
Angers-sco, échaudé par des entames de match catastrophiques à Metz et Reims, semble avoir retenu la leçon des erreurs passées. Ce sont, donc, des angevins bien groupés autour de leur charnière centrale inédite, LAMY-COUTURIER, qui se sont présentés sur la pelouse du stade François COTY. Et, il est difficile de leur donner tort, face à l’AC Ajaccio, 5ème au classement à domicile.

Angers - SCO a trop souvent payé cher d’avoir fait le spectacle à l’extérieur, pour préférer le réalisme.
Face à un Angers - SCO à l’affût du moindre contre, les corses se sont montrés assez peu inspirés, au cours de cette première mi-temps. Ce sont les insulaires, qui logiquement, allumaient les premières mèches.

Tour à tour, LASNES (9’) d’une frappe de 20 mètres et RIVIERE (12’), lancé dans la profondeur étaient mis en échec par Gregory MALICKI. Angers - SCO ne s’en laissait pas compter.

Fodé DORE débordait et servait en retrait Olivier AURIAC, qui obligeait DEBES à s’employer (19’).
La faible assistance de René COTY, 1 000 spectateurs, tout au plus, s’ennuyait quelque peu.
A la 28ème minute, Claudiu KESERÜ tentait sa botte secrète (de moins en moins), en frappant un coup franc de peu au-dessus des buts acaïstes.

Les locaux réagissaient à l’approche de la pause : LASNES, encore lui, trouvait la tête plongeante de SOCRIER, qui manquait le cadre de très peu (39’). Mais, c’est Angers - SCO qui aurait pu rentrer aux vestiaires avec un avantage au tableau d’affichage. A la 41ème minute, David DE FREITAS armait une frappe, suite à un corner mal repoussé par la défense corse. CAVALLI repoussait le ballon sur sa ligne. 0-0, dans le froid de la nuit ajaccienne, à la pause.

La seconde mi-temps repartait sur un tempo nettement plus élevé. A une frappe de Charles DIERS non cadrée (50’), l’ACA répondait par SOCRIER qui alertait un Grégory MALICKI, serein. CAVALLI s’essayait à son tour, sur un joli service de RIVIERE : De très peu au-dessus des buts angevins, pour la plus belle action du match (54’).

Si le rythme baissait, Angers - SCO allait en deux minutes porter le danger dans la défense locale.
David DE FREITAS armait, tout d‘abord, une nouvelle frappe, de peu à côté, imité, une minute plus tard, par Fodé DORE, qui avait « enrhumé » MEDJANI sur le côté gauche (67 et 68èmes minutes).
Ces occasions réveillaient les joueurs de PANTALONI : KINKELA, à la 69ème expédiait un missile, que Greg MALICKI sortait magnifiquement de sa lucarne.

Le match baissait d’un ton et l’on s’achevait tout à fait logiquement vers un match nul. Alors que le terme du match approchait, Ajaccio tentait de nouvelles poussées, face à des angevins peut être trop préoccupés par la conservation du score. Mal leur en prit.

KINKELA sollicitait encore le portier angevin, sur une superbe frappe enroulée (88’). Ajaccio allait parvenir à ses fins à l’ultime minute du temps règlementaire. KINKELA encore, sur coup franc, trouvait la tête de DELORT, qui prolongeait le ballon et trouvait la lucarne des buts angevins.

Cruelle issue pour des angevins qui ont maîtrisé le match, face à des corses plus que jamais performants, en matière de résultat, sur leur pelouse. Ajaccio avait fait preuve d’un minimum de réaliste qui valait cher en lui rapportant trois points, pas forcément mérités. C’est le réalisme défensif, sur ce match, qui a fait défaut aux noirs et blancs.

Pourtant, il va falloir éliminer très vite la déception, pour empocher dès mardi les trois points de la victoire, face à des tourangeaux malades. Tours, encore battu ce vendredi, sur ses terres, reste sur quatre défaites consécutives, y compris celle en coupe, contre Cognac. Tours n’a pas gagné depuis le 12 novembre. Aux angevins d’enfoncer le clou.

Mais gare à la bête blessée. On en reparle mardi.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO