Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers - SCO de nouveau battu en fin de match à Boulogne, 2-1


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 15 Janvier 2011 à 20:49


Comme lors de son précédent déplacement à Ajaccio, avant la trêve, Angers-SCO s’est, une nouvelle fois, incliné alors que le temps règlementaire s’achevait. Beaucoup de regrets pour des angevins qui ne traduisent pas, au plan comptable, leurs efforts sur le rectangle vert.



Nicolas GILLET et la défense angevine ont craqué en fin de match, sous la poussée boulonnaise (*)
Nicolas GILLET et la défense angevine ont craqué en fin de match, sous la poussée boulonnaise (*)
Henri SAIVET, aligné aux côtés de Claudiu KESERÜ et Gaëtan CHARBONNIER, espérait, sans doute, un meilleur résultat, pour ses débuts, au terme d’un match, pourtant, de bonne facture, de la part d’Angers-SCO. Diego GOMEZ, pour sa part, retrouvait la ligue 2 sur le banc, avant d'entrer en fin de partie.

Mais, voila. Angers-SCO a un problème récurent de réalisme, tant offensif, que défensif, qui semble devoir être le leitmotiv cette saison.

Comme à Ajaccio, c’est en toute fin de match, à la 90ème minute, que sur un centre de COLIN, YATABARE a crucifié l’excellent Grégory MALICKI. Pourtant, Boulogne était prenable, au stade de la Libération. L’entame du match allait démontrer que le match nul, au minimum, était largement à la portée des angevins.

Malgré le remplacement, en défense, dès la 20ème minute, de Karim DJELLABI, touché à la cheville, par Malik COUTURIER, Il fallait, en effet, attendre la 25ème minute, pour que les boulonnais se créent une double occasion. C’est d’abord YATABARE, sur une frappe, qui faisait briller Greg MALICKI. Puis, sur le corner qui suivait, THIL plaçait, au-dessus du but angevin, un ballon, que ses supporters voyaient au fond des filets.

Avant ? Rien ou presque, dans une partie où le jeu se cantonnait au milieu du terrain, et dans laquelle Angers-SCO s’était mis le premier en évidence. Dès la 5ème minute, Henri SAIVET trouvait Claudiu KESERÜ qui mettait à contribution, d’une jolie frappe, BAGUE, le portier boulonnais.

La suite de la première mi-temps allait être un peu plus animée, ce qui, reconnaissons-le, n’était pas très difficile. Face à une équipe locale empruntée, Angers-SCO s’enhardissait. Henri SAIVET, dans un premier temps, frappait de peu à côté (35’), avant que Claudiu KESERÜ, sur un coup franc excentré trouve Olivier AURIAC, qui crucifiait BAGUE.

Angers-SCO, plus entreprenant, ouvrait la marque (37’). Boulogne réagissait de suite et Gregory MALICKI devait boxer une frappe sèche de THIL.

Mais, Angers-SCO est joueur. Au lieu d’attendre patiemment la mi-temps, il manquait de doubler la mise, à la 42ème, quand Vincent MANCEAU plaçait une frappe de peu au dessus, à la suite d’un beau mouvement KESERÜ-RENOUARD.

Quasiment dans la continuité, BLAYAC débordait sur le côté gauche de la défense angevine.
Sur son centre, une faute etait demandée sur THIL, et, alors que la défense angevine s’arrêtait, KARURU en profitait pour placer une tête au second poteau. 1-1 à la pause sur cette égalisation, contestée au retour des vestiaires, par Jean-Louis GARCIA, que monsieur COTREL, l’arbitre, excluait sans hésitation.

La seconde mi-temps allait être beaucoup plus séduisante, les deux équipes se rendant coup pour coup. YATABARE frappait au ras du poteau de MALICKI (51’), THIL causait des frayeurs aux angevins, sur un centre tir, trop enlevé (53’), avant que le gardien local sorte le grand jeu sur des frappes de Gaëtan CHARBONNIER (56’) et surtout, sur une frappe de Fodé DORE, tout juste entré en jeu (65’).
Angers-sco connaissait, alors, un temps fort : SAIVET (68’) de peu à côté, DORE encore (74’) et surtout CHARBONNIER (75’) qui manquait sa tête à bout portant, ne permettaient pas au sco de chasser ses démons en terme de réalisme offensif.

Dommage, car Boulogne, poussé par son public, allait presser dans le dernier quart d’heure. Avant l’issue que l’on connaît de la 90ème, THIL s’était déjà créé une double occasion à la 85ème, d’abord stoppée par Jérémy HENIN, puis par Greg MALICKI, à la parade sur le corner qui avait suivi.
Au final, Angers-SCO allait rompre, comme à Ajaccio, avant la trêve et payer au prix fort, peut être, sa propension à jouer le jeu, à faire du jeu.

Il est certain qu’Angers-SCO ne sait pas faire preuve du froid réalisme, offensif, comme défensif, typique du catenaccio italien. Doit-on le regretter ? Au plan comptable, certainement. Mais pour le reste, l’exigeant public angevin, comme on le constate tous les quinze jours à Jean BOUIN, ne se satisferait pas de cela.

Toujours est-il, qu’après la savoureuse parenthèse coupe de France, de samedi prochain, il faudra commencer à assurer l’avenir. Cela passera par une victoire sur Grenoble, impérativement, qu’importe la manière, pour un sco, trois points devant le premier reléguable, Laval, humilié, à Metz, autre reléguable, 4-0.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO


LES TAGS : football, ligue 2, sco