Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers - SCO défie Ajaccio sur ses terres


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Jeudi 16 Décembre 2010 à 22:40


C’est une équipe de l’Athlétic Club d’Ajaccio, qui lui réussi bien, que visite Angers-SCO, ce vendredi.
Souhaitons que la série de trois déplacements sans défaite se poursuive, face à un adversaire redoutable sur ses terres, cette saison.



Malick COUTURIER devrait se charger de contenir Jeff RIVIERE, son ancien coéquipier à Niort et Angers-sco (*)
Malick COUTURIER devrait se charger de contenir Jeff RIVIERE, son ancien coéquipier à Niort et Angers-sco (*)
« Un populu, una cità, una squadra », telle est la devise de l’Athletic club Aiacciu. Une devise léguée son président historique, Michel MORETTI, lequel a rendu les armes suite à une longue maladie, en se donnant la mort, le 31 mars 2008. Un président, grâce auquel, l’ACA est monté de six divisions, pour atteindre la ligue 1, en 2002-2003.

Avant cela, le club était tombé dans les tréfonds du championnat amateur corse, après avoir révélé, au début des années 70, en D1, un certain Marius TRESOR. Grâce à Michel MORETTI, l’ACA a rejoint et dépassé les « gaziers », le GAZELEC d’Ajaccio (CFA), l’autre club de la ville, avec lequel il ne se résout pas à fusionner. Il a rejoint puis dépassé le rival du 2B, le rival du nord, le SC Bastia, aujourd’hui en national.

Après la tragédie, Alain ORSONI, un président au CV digne d’un héros de la série « Mafiosa », récemment diffusée sur Canal +, a pris la succession de son ami. Dirigeant du mouvement pour l’autodétermination, issu d’une scission du mouvement indépendantiste corse, Michel ORSONI a regagné sa terre natale après 13 années d’exil en Amérique latine.

Bref, un club de caractère, avec à sa tête des hommes de caractère, proches de l’image d’Epinal que l’on attribue souvent de la Corse. Une équipe difficile à manœuvrer sur ses terres de Timizzolu, nom traditionnel du stade François COTY.

L’AC Ajaccio occupe la 5ème place du classement à domicile, avec deux buteurs redoutables. Richard SOCRIER, tout d’abord, l’ancien brestois et l’ancien angevin, Jean-François dit « Jeff» RIVIERE, ancienne » fashion victim », en raison de sa passion de la mode, de l’effectif scoïste.
Jean-François RIVIERE, que l’on savait précieux dans la conservation du ballon, en phase offensive, s’est découvert des talents de buteur cette saison, où il a déjà scoré 6 fois, contre 5 lors de toute la saison dernière. Dernier exploit en date, un doublé à Coty contre Boulogne, dont un magnifique lob, tout en touché de balle d’une trentaine de mètres. Somptueux.

De son côté, Angers-SCO a des atouts à faire valoir, face à un effectif que le coach Olivier PANTALONI prétend émoussé. C’est ainsi que le technicien insulaire justifie les deux défaites à l’extérieur de ses hommes, à Clermont et à Cannes (national), en coupe, le week-end dernier.

Des corses qui réussissent bien aux scoïstes, invaincus depuis leur retour en ligue 2 (Victoire l’an dernier 0-2, deux nuls auparavant). Ces performances associées au bon comportement des angevins à l’extérieur (6ème au classement à l’extérieur) laissent espérer un résultat qui serait le bienvenue pour la suite de la saison, avant d’enchaîner un Tours, fatigué, dès mardi prochain à Jean Bouin.

Cet enchaînement est attendu par Jean-Louis GARCIA, qui escompte récolter au moins quatre points, lors de ces deux confrontations. L’objectif minimum est clair. Angers-SCO se doit de ramener au moins un point de ce déplacement. Les angevins, pas plus que les « Acaïstes », deux points devant Angers-SCO, ne peuvent se permettre de traîner en chemin.

On a beau se dire que rien n’est perdu, que le championnat est serré, il ne faudrait pas au final se retrouver comme le lièvre de la fable, à force d’avoir musardé en chemin. Ajaccio doit gagner, et, pour ce faire, attaquer.

Angers-SCO, privé de Jérémy HENIN, sa tour de défense, en plus de Micka STEPHAN et de Nicolas FLORENTIN, victime du retour dans le groupe de Sébastien RENOUARD, devra tenir et contrer.
Malick COUTURIER qui suppléera Jérémy HENIN lequel a connu RIVIERE aux chamois niortais et depuis une saison au SCO. Il devrait s’en charger, tandis que Nicolas GILLET tentera de tenir le très physique SOCRIER.

Et si l’on doit se contenter de la spéciale Claudiu KESERÜ, l’habituel coup de pied arrêté de notre attaquant roumain, pour tromper l’excellent autant qu’expérimenté DEBES (36 ans, un an de moins que Greg MALICKI), on s’en contentera.

Car, à l’évidence, les performances du SCO sont dépendantes de son buteur, moins prolifique hors de ses bases, en attendant le mercato d’hiver et le recrutement de plus en plus probable d’un vrai 9.

On a même entendu prononcé le nom de Paul ALO’O EFOULOU, chez nos amis de 3ème mi-temps.
En attendant que Noël remplisse le soulier d’Olivier PICKEU, notre manager général, d’un renfort de cette nature, Angers-SCO devra montrer qu’un groupe s’est révélé dans la douleur contre Châteauroux.

L’an passé, le déclic avait eu lieu un 22 décembre, dans une Beaujoire ivre d’un bonheur noir et blanc.
Et si l'on fêtait Noël dès le 17 décembre ?

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO