Angers-SCO, diminué et malheureux, échoue face à Istres (0-1).


Rédigé par - Le Samedi 25 Août 2012 à 08:00


Troisième défaite consécutive pour Angers-SCO, qui dénombrait pas moins de cinq absents. Fodé DORE, à son tour, manquait à l’appel au coup d’envoi.



Ne pas douter, pour les joueurs Angevins !
Ne pas douter, pour les joueurs Angevins !
Pourtant, les Angevins, certes diminués, ne méritaient pas de perdre. Mais, voilà, le Istres de PASQUALETTI est difficile à jouer et patient dans l’attente du contre qui n’a pas manqué de survenir à la 65e minute.

DE PREVILLE, à l’extrême limite du hors-jeu, s’échappait, fixait Grégory MALICKI. Il servait YAHIA-CHRIF pour le seul but du match. À part ça ? Rien ou si peu. Ah si un penalty assez généreux accordé pour un léger contact de Marc ZORO sur DE PREVILLE, et bien sorti par le portier Angevin (13’).

De son côté, Angers-SCO, après une entame fébrile, s’est procuré trois énormes occasions. Mais, Denis PETRIC a sauvé son équipe comme le reconnaît son coach, José PASQUALETTI, au micro de nos amis de sport49.


Pétric sort le grand jeu

A la 17e minute, tout d’abord, après que le penalty a fait rentrer les Angevins dans le match, le portier provençal sauvait son camp de près, face à Vincent MANCEAU, au terme d’un bien joli mouvement. Puis, en seconde période, à la suite d’un échange EL JADEYAOUI-KESERÜ, l’attaquant Roumain, aux six mètres taupait sa frappe, qui était détournée par un défenseur Istréen.

Tout Jean BOUIN croyait au but contre son camp, sauf PETRIC, qui d’une superbe horizontale, sortait le cuir de ses buts et empêchait Angers-SCO d’ouvrir la marque (60’).

A la 82e minute, le gardien visiteur allait miraculeusement sortir la balle d’égalisation, sur un réflexe étonnant devant Claudiu KESERÜ, servi par Charles DIERS.

Ajoutons un bon paquet de situations dangereuses non concrétisées, dont un coup franc de Claudiu KESERÜ tout près d’attrapper la lucarne de PETRIC (68’), non compensées numériquement par quelques alertes sur les buts Angevins et fermez le ban.

Certes, Angers-SCO n’a pas sorti un gros match. Comment aurait-il pu le faire avec la quantité d’absents, impactant directement son animation offensive ? Mais, Angers-SCO a été courageux, y compris dans l’adversité et malgré un stade peu bruyant et qui sonnait creux. Probablement en raison du nouvel horaire de la Ligue 2.

Il ne faut pas baisser les bras. Ce n’est pas l’intention du coach angevin. Le rendez-vous de Laval, en coupe de la Ligue, qui arrive dès mardi, est le meilleur moyen de ne pas cogiter.

Oui, mais avec quel groupe, Marc ZORO étant sorti sur blessure et Rayan FRIKECHE marquant le coup, faute de préparation estivale ? Rien de tel que l’ambiance de la coupe et l’électricité du derby pour retrouver la lumière.




Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur