Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers SCO élimine Bordeaux et crée l'évenement


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 22 Janvier 2011 à 22:50


Angers-SCO s’est qualifié ce samedi, face à une grande équipe de ligue 1 pour les 1/8èmes de finales de la Coupe de France. La récompense d’un match extrêmement sérieux des joueurs angevins, qui ont fait chavirer leur public de bonheur, dans un stade archicomble.



Une très grande joie pour Stevie RIGA, Claudiu KESERÜ et Diego GOMEZ (de gà droite) (*)
Une très grande joie pour Stevie RIGA, Claudiu KESERÜ et Diego GOMEZ (de gà droite) (*)
Les bordelais, qui n’avaient plus que cette compétition pour arracher une qualification en coupe d’Europe, étaient pourtant prévenus : la coupe de France est meurtrière cette année pour les clubs de Ligue 1. Pour preuve, l’adversaire qui leur était proposé avait sorti Valenciennes au tour précédent. Et pourtant, Angers-SCO l’a emporté sans que l’on puisse crier au scandale.

La première mi-temps était même plutôt à l’avantage du SCO, qui combinait bien. Il manquait juste le dernier geste ou la dernière passe. Ainsi, Gaëtan CHARBONNIER lancé en profondeur, centrait un peu trop fort pour Fodé DORE, idéalement placé (8’). Cinq minutes plus tôt, l’ex-angevin Fahid BEN KHALFALLAH, lancé par PLASIL, s’était, toutefois, créé la première occasion du match, en frappant à côté des buts de Grégory MALICKI (3’).

Angers-SCO multipliait les situations dangereuses : Vincent MANCEAU, de 25 mètres au-dessus (14’), Fodé DORE de demie volée, dans les bras de CARASSO (16’), avant que Gaëtan CHARBONNIER, très actif, ne marche sur le ballon, en tentant de dribbler FERNANDO, dernier obstacle avant le face à face avec CARASSO (21’).

Angers-SCO imprimait le tempo du match, avec entre autres un excellent et virevoltant Diego GOMEZ, assurément une belle recrue. Les mouvements s’enchaînaient bien, mais Angers-SCO pêchait encore à la finition, quand ce n’était pas la défense girondine qui mettait en échec les noirs et blancs, à l’image du retour in extremis de SANE , dans les pieds de Fodé DORE bien placé (40').

Monsieur JAFFREDO sifflait le terme d’une première mi-temps où seul Chaik DIABATE, côté visiteur, s’était montré dangereux, à la 28ème minute d’abord, quand il n’avait attrapé que le petit filet extérieur sur une frappe excentrée, consécutive à une jolie percée dans la défense angevine. C’est encore DIABATE, et lui seul, alerté par PLASIL encore, qui a obligé Greg MALICKI à se coucher, sur une nouvelle frappe à angle fermé (41’).

On peut ajouter à la 34ème, un coup franc botté par PLASIL, le long de la touche, prolongé en corner par Olivier AURIAC, qui aurait tout aussi bien pu marquer contre son camp.Et c'est tout pour Bordeaux.
Au final, un scénario de coupe : Un grand qui subit, mais attend son heure pour prendre en défaut un petit surmotivé.

Bordeaux pousse, Angers-SCO marque.

Vincent MANCEAU, auteur d'un très bon match (*)
Vincent MANCEAU, auteur d'un très bon match (*)
La seconde période repartait sur une forte pression girondine, qui peinait à se matérialiser par des occasions franches. Mais, Bordeaux avait mis sa patte sur le match et Angers-SCO avait reculé ses lignes. Le SCO peinait à ressortir le ballon et à se défaire de la pression bordelaise.

Il aura fallu attendre la 59ème minute pour, que sur coup franc, WENDEL sollicite Grégory MALICKI, sur une frappe délicate mais trop peu appuyée. Et Bordeaux allait se faire punir de sa domination stérile. Diego GOMEZ, sur son dernier ballon, délivrait un amour de passe dans l’intervalle pour Vincent MANCEAU, qui transmettait immédiatement le cuir à Sébastien RENOUARD. Le milieu de terrain angevin, d’un maître tir croisé, ne laissait aucune chance à CARASSO.

1-0 pour Angers-SCO. Jean BOUIN était debout, Jean BOUIN hurlait sa joie. L’exploit devenait possible, mais il restait presque trente minutes à gérer. Et Bordeaux, pour le coup allait pousser. GOUFFRAN et JUSSIE, dans un premier temps, puis Floyd AYITE, ancien scoïste également, remplaçaient WENDEL, MODESTE et BEN KHALFALLAH assez décevants, comme beaucoup de girondins.

Angers-SCO allait reculer encore un peu plus. Stevie RIGA, titulaire hier soir et excellent lui aussi, à la place de Karim DJELLABI, devait dégager un ballon très chaud, de la surface angevine (69’).
Puis, à la 72ème, Nicolas GILLET et Greg MALICKI se gênaient. Sur le ballon mal repoussé, GOUFFRAN décochait une frappe bloquée avec difficulté par le portier angevin. Angers-SCO tentait de contrer et parvenait à se montrer dangereux.

Claudiu KESERÜ, entré à la place de Diego GOMEZ ne cadrait pas sa frappe (74’), avant de trouver Nicolas GILLET, sur coup franc, dont la reprise du pied mettait CARASSO en difficulté (79’).
La pression bordelaise allait s’accentuer logiquement dans les dix dernières minutes. A la 81ème, un nouveau coup franc de PLASIL semait la panique dans la défense angevine. L’international tchèque trouvait SANE, qui frappait en pivot, aux six mètres ; parade de Greg MALICKI, avant que DIABATE à terre, ne tacle le ballon, à côté, après l'avoir arraché au gardien du SCO.

L’excellent MALICKI intervenait dans la minute suivante, avec autorité, dans les pieds de JUSSIE.
Rien à faire pour Bordeaux. Angers-SCO gérait son succès et Charles DIERS, entré en jeu, y allait de son débordement côté gauche avant d’allumer CARASSO à angle fermé (90’).

Bordeaux tentait une dernière offensive. AYITE, qui avait tenté d’obtenir un pénalty, une minute avant, suite à un contact avec Charles DIERS, trouvait GOUFFRAN, dans les six mètres. Greg MALICKI veillait au grain.

Après quatre minutes d’arrêts de jeu, Monsieur JAFFREDO libérait Angers-SCO et son public qui pouvaient laisser éclater leur joie, après ce beau succès.

Soir de fête à Jean BOUIN, qu’il faudra capitaliser lors des deux prochains matchs à domicile, en championnat, comme le rappelait sur l’antenne d’Europe 1, dès la fin du match, le très lucide manager général, Olivier PICKEU.

Les joueurs ont tous été magnifiques dans leur volonté et leur application pour aller chercher ce succès. Ils ont montré, comme contre Valenciennes la valeur qu’on leur prêtait, des « vieux » MALICKI et GILLET, aux jeunes DORE et RIGA. Performance à rééditer en championnat. Mais en attendant, place au tirage au sort, dès demain, en soirée, pour vivre une autre grande soirée ?
Chapeau bas messieurs.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO