Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO ramène un point et des regrets de la Sarthe


Rédigé par - Le Samedi 17 Décembre 2011 à 00:57


Hier soir, au Mans, Angers-SCO pouvait espérer beaucoup mieux qu’un match nul 2-2. Les angevins ont néanmoins réussi à revenir brillamment au score, sauvant les meubles, après une première mi-temps ratée.



Claudiu KESERÜ a retrouvé le chemin des filets.
Claudiu KESERÜ a retrouvé le chemin des filets.
On pouvait s’attendre à un Angers-SCO attentiste, en début de match, à l’affût d’un contre. On a, surtout, vu un SCO léthargique en première mi-temps, face à des Manceaux, qui n’avaient pas réalisé, pour autant, une première mi-temps de rêve.

Pourtant, c’est, nantis de deux buts d’avance que les locaux ont clôturé une première période, où MAKARIDZE, leur gardien, a dû attendre la 42ème minute, pour se coucher, sur une frappe en pivot de Gaëtan CHARBONNIER. Avant cela ? Rien ou presque côté Angevin. Côté Sarthois, on ne peut pas dire que l’entame de match avait été tonitruante.

Certes EKENG EKENG avait tenté de loin, sur coup franc, obligeant Grégory MALICKI à se coucher (3’), tandis que BOUDEBOUDA frappait assez largement à côté des buts Angevins (10’).
Angers-SCO, qui acceptait une faible domination locale, répondait par Diego GOMEZ, dont la frappe contrée, passait de peu à côté (11’)

Les hommes de Stéphane MOULIN paraissaient manquer de sérénité en défense, ce qui allait se confirmer, quand OUALI, esseulé dans la surface, héritait d’un ballon mal dégagé et ouvrait le score pour Le Mans (1-0, 17’), d’une demi volée.

Les Manceaux avaient fait le plus dur et pouvaient faire ce qu’ils maîtrisent le mieux : Défendre. Et les angevins allait chercher jusqu’à la pause comment contourner ce double rideau défensif, se contentant de frappes imprécises de Vincent MANCEAU ou Olivier AURIAC.

Et, comme rien ne fonctionnait dans cette première période, Angers-SCO allait se faire punir quand MOMI armait une frappe qui aurait dû être aussi anodine que lointaine. Mais, un pied Angevin la détournait, ce qui trompait Grégory MALICKI, lobé (2-0, 38’).

La pause intervint sur un score particulièrement flatteur pour Le Mans qui n’avait pas montré grand-chose. C'était, toutefois, beaucoup mieux que ce qu’avait montré un SCO abusant de raids individuels.

Stéphane MOULIN n’ayant pas apprécié cette première mi-temps fit rentrer de suite, David DE FREITAS et Claudiu KESERÜ, à la place de Charles DIERS et Fodé DORE. Onze nouveaux joueurs allaient ainsi souffler la tempête dans la défense Mancelle.

Jérémy HENIN, aux avant-postes était à deux doigts de pousser Le Mans à la faute, son centre en retrait détourné, passait au ras du poteau de MAKARIZE (50’). Puis, allait commencer le show KESERÜ.

Une première frappe de l’attaquant Roumain était repoussée par le gardien local (52’). Pas la seconde, superbe reprise sur un service de Gaëtan CHARBONNIER, qui faisait mouche (2-1, 53’).

Le Mans était archi-dominé et allait concéder l’égalisation : Touche de David DE FREITAS, prolongée par Gaëtan CHARBONNIER, pour Claudiu KESERÜ, au second poteau, qui de la tête, trouvait le petit filet opposé. Superbe. (2-2, 57’). Les manceaux étaient au bord de l’explosion, mais allait progressivement arriver à desserrer l’étreinte, notamment par OUALI.

Le ballon allait d’un but à l’autre et Angers-SCO déclenchait des contres particulièrement tranchants : A la 70ème, Claudiu KESERÜ s’échappait sur l’aile droite et cherchait la tête de Gaëtan CHARBONNIER, isolé, trop court d’un cheveu. Mais, les Angevins reculaient un peu et Le Mans arrivait, à nouveau à s’approcher e leurs buts, par CISSE (72’) et BELFORT (77’ et 89’).

Mais, ce sont bien le Angevins qui se procurait les plus belles occasions, à l’instar de Diego GOMEZ, idéalement placé, mais qui frappait trop mollement (88’).
Plus rien n’allait être marqué dans ce match, qui peut laisser des regrets à un SCO qui a semé la panique à chaque accélératoin, mais n’a pas su ou n’a pas pu le faire, autrement que par intermittence

Il reste qu’au niveau comptable, l’opération n’est pas négligeable, avant de recevoir Metz, une équipe très en forme, dès mardi. Angers-SCO a le jeu pour vaincre les Lorrains. Il lui faudra les jambes, pendant 90 minutes.



LES TAGS : football, ligue 2, sco


Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur