Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO rejoint sur le fil à Arles-Avignon, 2-2.


Rédigé par - Le Samedi 3 Mars 2012 à 07:48


Rageant. Frustrant. Comme à Châteauroux, en novembre, Angers-SCO, très diminué, a sorti un gros match. Mais, cette fois, après avoir réussi à mener 0-2, ils se sont fait reprendre dans le temps additionnel, sur un but casquette. Dommage.



Charbonnier le buteur retrouvé
Charbonnier le buteur retrouvé
Le groupe angevin est valeureux et solidaire. Ces valeurs se révèlent à l’évidence dans la difficulté. Ainsi, l’équipe très expérimentale composée par Stéphane MOULIN, en Provence, avec EL HAMZAOUI et BOUKA MOUTOU titulaires d’entrée, a constitué un bloc équipe quasi incontournable pour son adversaire. Ce fut le cas, particulièrement en première période.

Certes, un assez faible Arles-Avignon a dominé les débats, s’est créé des situations intéressantes, mais sans jamais réussir à mettre hors de position les Angevins.
YATTARA s’est bien montré à la hauteur de sa réputation. Mais, à part une bonne entrée en matière, Grégory MALICKI n’a vraiment été inquiété qu’en deux ou trois occasions, soit sur des frappes de ROUFOSSE (2’), ou YATARRA (24’) ou encore des têtes d’ACAPANDIE et de COURGNAUD non cadrées (12’ et 38’).

De son côté, Angers-SCO pratiquait la tactique du hérisson, pour le plus grand désarroi de Stéphane MOULIN, mais restait à l’affût de la moindre opportunité, qui survenait dans le temps additionnel, où, malicieusement, Diego GOMEZ surgissait, devançait SORO, emprunté et fautif face à son gardien, pour pousser le ballon au fond des buts de BUTELLE (0-1, 47+2).

Dur pour les Provençaux, qui tentaient de réagir au retour des vestiaires. Mais, Angers-SCO était bien en place et comme YATTARA baissait de pied, les noirs et blancs faisaient à présent jeu égal avec les locaux, même si Marc ZORO, impressionnant derrière, touché aux adducteurs, demandait le changement.

Et ce fut finalement une demi-surprise de voir Angers-SCO doubler la mise. Claudiu KESERÜ s’échappait en contre, trouvait Diego GOMEZ (encore une passe décisive) qui décalait Gaétan CHARBONNIER, pour la 11e réalisation du buteur angevin retrouvé (0-2, 68’).

Paradoxalement, ce but réveillait Arles-Avignon, à moins que ce ne soit Angers-SCO qui se mettait à reculer. Et les Provençaux allaient à leur tour faire preuve de réalisme et de chance. Sur un corner de BEN IDIR, AYASSE réduisait la marque au milieu d’une nuée de joueurs qui gênait la sortie du portier angevin. (1-2, 80’). Puis arrivaient les arrêts de jeu et les locaux qui jetaient leurs dernières forces dans la bataille. Angers-SCO peinait à se donner de l’air.

Une frappe sans grand danger de HAMINU était détournée par Anthony OUASFANE, juste ce qu’il faut pour prendre Grégory MALICKI à contre-pied (2-2, 94’).
Angers-SCO, rejoint in extremis, était passé tout près d’une sacrée performance

Gageons que ce n’est que partie remise, si Angers-SCO présente, hors de ses bases, la même solidarité et la même envie de faire à résultat. À la maison, il faudra ajouter un soupçon de panache.





Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur