Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO s’incline à Tours en fin de match, 1-0


Rédigé par - Le Samedi 31 Mars 2012 à 07:52


Le goût de la victoire retrouvée, la semaine dernière, aura été de courte durée pour Angers SCO. Hier soir, même s'il a fallut attendre les derniers instants du match, l'équipe angevine a encore perdu des points qui vont lui couter cher. Dommage ...



Richard SOUMAH, souvent pris au piège du hors jeu, s'est battu jusqu'au bout.
Richard SOUMAH, souvent pris au piège du hors jeu, s'est battu jusqu'au bout.
L’ancien joueur Anglais, Gary LINEKER a dit : « le football est un sport qui se joue à 11, où les Allemands gagnent à la fin ». En Anjou, on va bientôt pouvoir finir cette phrase par « un sport dans lequel Angers-SCO encaisse un but à la fin ».

Encore une fois, les angevins auraient pu, aurait dû ramener un autre résultat, un joueur en a décidé autrement : DIEGO.

On ne peut pas dire que la première mi-temps de ce derby fut très animée. Angers-SCO jouait bas et attendait les locaux. Or, les Tourangeaux n’étaient pas particulièrement inspirés et le public s’ennuyait ferme au stade de la Vallée du cher, surtout dans un début de match où un coup franc de Claudiu KESERÜ trop enlevé, et une frappe de BIANCARDINI pour Tours, à angle très fermé, détournée en corner, constituaient les seules éclaircies (2’ et 10’).

Certes, KETKEOPHOMEPHONE, le cauchemar phonétique des commentateurs sportifs, s’activait, mais sans succès, à l’image de sa frappe lointaine hors cadre (36’). C’était bien maigre pour le 8ème du classement.

Au contraire, c’est Angers-SCO qui, petit à petit, sortait de sa boîte et Vincent MANCEAU s’emmêlait quelque peu les crayons sur un superbe service de Richard SOUMAH (28’). Les Angevins persévéraient et poussaient les bleus ciel à la faute. David DE FREITAS récupérait le cuir pour servir Claudiu KESERÜ. Le petit pointu de l’attaquant Roumain passait au ras du poteau de LEROY, le portier local, au grand soulagement du public, qui commençait à grogner.

Une dernière frappe de Richard SOUMAH, idéalement placé, au point de penalty, mais qui se ratait complètement, finissait de mettre hors de lui ZEIDLER, le coach de Tours.
Les hommes de Stéphane MOULIN s’étaient procurés les meilleurs opportunités de cette première période, sans marquer. Ils allaient le regretter.

Car, les joueurs de Peter ZEIDLER, certainement sermonnés à la pause, allaient montrer un tout autre visage. BIANCARDINI obligeait, ainsi, Grégory MALICKI à claquer une superbe frappe en corner (56’). Le gardien Angevin s’interposait devant BLAYAC, dans la minute suivante (57’).

Angers-SCO tentait de contrer, obligeant GENEVOIS à user d’expédients pour stopper Richard SOUMAH, bien servi (59’).

C’est à l’heure de jeu que le coach local allait lancer DIEGO, son Brésilien, réclamé par tout le stade. Le stratège local allait mettre cinq petites minutes à se mettre en rythme.

Et si Angers-SCO réclamait une main de SCWECHLEN, sur une situation confuse dans la surface adverse, si Olivier AURIAC voyait sa reprise contrée, ce sont bien les Angevins qui étaient dominés.

BLAYAC tentait une talonnade aérienne sur coup franc, de peu au-dessus (68’).

DIEGO, intenable, s’écroulait ensuite dans la surface. Tout le stade voyait un penalty peu contestable, sauf l’arbitre, Monsieur JULIEN (75’). Tours allait, toutefois, être récompensé de ses efforts, quand DIEGO, encore lui, s’avançait vers le but Angevin, se décalait et décochait un missile de 25 mètres, qui se logeait dans la lucarne de Grégory MALICKI. (1-0, 84’). Imparable.
Les Angevins réagissaient, LEROY se saisissait d’un ballon brûlant, dans la surface (88’), mais les locaux, grâce à un homme, tenaient leur victoire.

Un homme, c’est peu et beaucoup à la fois, tandis qu’Angers-SCO mesurait le poids de l’absence de Gaétan CHARBONNIER, blessé. Angers-SCO garde sa place, avec les défaites du Mans, chez lui, et de Boulogne, deux équipes que les angevins recevront et devront impérativement battre.

Mais ce sera pour plus tard. Vendredi, Angers recevra Châteauroux, en course pour la montée.




Correspondant Sport pour Angers Mag - Suit plus particulièrement l'UFAB et parfois le SCO En savoir plus sur cet auteur