Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO, solidaire, préserve son invincibilité en ramenant un point de Laval, 1-1.


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 12 Mars 2011 à 08:05


L’emporter à Laval eut été une première. Ramener un point était plus logique, mais ce n'était pas pour autant chose facile, dans un derby toujours passionné. Angers-SCO l’a fait, grâce à des valeurs de solidarité et de cohésion.



Loris ARNAUD, auteur d'un match plein, a été un poison pour la défense lavalloise. (*)
Loris ARNAUD, auteur d'un match plein, a été un poison pour la défense lavalloise. (*)
Très vite, le match est parti sur un rythme élevé, les lavallois faisant circuler la balle, tels des handballeurs, d’une aile à l’autre, à la recherche de la faille et de leurs attaquants rapides.
Ils étaient à deux doigts de réussir dans leur entreprise, quand à la 6ème minute, GENEST héritait d’un bon ballon, dans le dos de la défense. Il était contré, in extremis, par Malik COUTURIER, avant-dernier rempart d’une défense prise à revers.

Trois minutes plus tard, c’est GIMBERT, que l’on trouvait dans la même situation. Angers-SCO tentait de desserrer l’étreinte. Loris ARNAUD voyait sa frappe puissante, contrée, en reprise d’un coup-franc mal repoussé de Gaëtan CHARBONNIER (17’).

Laval était, par la suite, plusieurs fois mis en danger. Le gardien BALIJON sortait de la tête, hors de sa surface, au devant de Loris ARNAUD, bien lancé (23’), puis Gaëtan CHARBONNIER était contré à bout portant, à la reprise d’un centre de Sébastien RENOUARD (24'), avant que BALIJON ne capte une frappe de Loris ARNAUD, très actif hier soir (26’).

Mais Laval repartait de l’avant. Et, sur un centre de KHITER, la défense angevine était bien heureuse de voir GIMBERT, LEBOUC et GENEST se gêner (32’).

La pression mayennaise s’accentuait. A la 43ème minute, ni SAIVET, ni DJELLABI ne parvenaient à stopper BELAUD, qui centrait pour la tête smatchée de l’excellent ZOLA (1-0).

Mais le public du stade Francis LE BASSER (moins les 250 angevins) allait vite déchanter.
Sur l’engagement pratiquement, BALIJON claquait, sur sa barre transversale, une tête de Gaëtan CHARBONNIER qui prenait le chemin de sa lucarne.

Sur le corner qui suivait, une première tête de Loris ARNAUD prolongeait le ballon au second poteau où Sébastien RENOUARD le catapultait sous la barre. Angers-SCO revenait de suite au score (1-1 45’).

L’excellent arbitre, Monsieur MILLOT, renvoyait les 22 acteurs aux vestiaires, à l’issue d’une première période digne d’un derby : Des duels, des contacts. Un match engagé et rythmé que l’arbitre avait su parfaitement gérer, il faut le souligner.

La seconde période allait conserver le même rythme. Dès la 50ème minute, Angers-SCO se montrait dangereux, Loris ARNAUD, parti à la limite du hors-jeu était repris par un bon tacle de BELAUD.
L’heure de jeu allait coïncider avec un temps fort des mayennais et LA grosse occasion du match.
KHITER déboulait sur le côté gauche angevin en difficulté et servait en retrait LEBOUC, dont la reprise fracassait le dessous de la barre transversale de Grégory MALICKI, battu, et rebondissait avant la ligne de but. Angers-SCO avait eu très chaud (58').

Le ballon allait d’un camp à l’autre, même si c’est Laval qui se montrait le plus pressant, sans toutefois menacer le portier angevin. Les occasions étaient plus rares, par la suite, sans que la partie ne perde en intensité.

Et c’est Angers-SCO qui allait se procurer deux balles de match, grâce à la rentrée de KESERÜ. A la 82ème minute, le gardien local sortait précipitamment au devant de l’attaquant roumain. Il ratait son dégagement qui arrivait directement dans les pieds de Fodé DORE, à 30 mètres du but. Etrangement, le jeune attaquant congolais ne tentait pas le lob, dans le but déserté et cafouillait son ballon.

Dans les arrêts de jeu Claudiu KESERÜ plaçait une frappe en demi-volée, de peu à côté sur un ballon repoussé timidement par la défense tango (92’). Mais, juste avant Angers-SCO avait failli se faire contrer, quand CHAPUIS, à la réception d’un centre du très véloce MENDY, avait manqué de peu le cadre (90’).

Au final, un beau derby et un score pas totalement illogique, même si Laval peut estimer l’avoir emporté « aux points », avec plus de maîtrise sur le jeu et cette grosse occasion à l’heure de jeu.
Mais, si le SCO plie parfois, fait le dos rond, il ne rompt pas, et ce, depuis le 15 janvier.

Et s’il n’a pu « mettre sa patte » sur le match, il a su le gérer, sans jamais s’affoler. Une aptitude à maîtriser l’adversité qui pourrait être fort utile contre un certain Paris SG, objectif de la saison désormais.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO