Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO, solide, résiste au Mans et ramène le nul 0-0.


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 2 Avril 2011 à 01:58


Dans une MMArena copieusement garnie de 16 200 spectateurs, Angers-SCO a préservé son invincibilité, en accrochant une équipe du Mans entreprenante. Les angevins auraient même pu réaliser un petit hold up en fin de match, grâce au bien nommé Vincent MANCEAU.



David DE FREITAS est revenu, depuis plsieurs matches, à son meilleur niveau. (*)
David DE FREITAS est revenu, depuis plsieurs matches, à son meilleur niveau. (*)
Un derby, doublé d’un match à enjeu qui commençait très vite, puisque dès la 30ème seconde, la frappe de LAMAH, bien servi tutoyait le poteau de Jérôme HIAUMET. Cette entame de match allait provoquer une certaine fébrilité côté angevin, dont aurait pu profiter THOMAS, dont la frappe fuyait le cadre (9’).

Mais, Angers-SCO allait vite rééquilibrer les débats. David DE FREITAS, après un premier tir raté (10’), allait solliciter OVONO, le portier manceau, obligé de se détendre pour sortir la frappe du milieu de terrain angevin (19’).

Trois minutes plus tard, Gaëtan CHARBONNIER tentait sa chance. OVONO était encore à la parade.
Mais, en dehors de ces deux occasions, il faut reconnaître que la pression était mancelle. Les joueurs de la Sarthe essayaient de trouver la faille dans le bloc défensif angevin, bien organisé.

LAMAH et POTE multipliaient les appels pour tenter de servir le peu mobile mais si efficace buteur norvégien HELSTAD. A cela, s’ajoutaient les montées des latéraux BOUHOURS et surtout, de l’excellent Sébastien CORCHIA, international espoir (comme Henri SAIVET).

Jérôme HIAUMET devait alors claquer un corner très dangereux, pour annihiler un surnombre au second poteau (21’). BAAL tentait sa chance à son tour d’une frappe en cloche (24’). Et quand ce n’était pas le portier angevin, c’est un défenseur qui contrait les tentatives mancelles. Ainsi, Yves DEROFF contrait un coup franc bien frappé par BOUHOURS (26').

Le Mans était tout près de parvenir à ses fins, à la 41ème minute, quand HELSTAD et POTE se créaient une double occasion repoussée par une défense angevine redevenue sereine.

La pause était sifflée, à l’issue d’une première mi-temps rythmée, dominée sans être écrasée par Le Mans, face à des angevins appliqués et compacts, à l’affût du moindre contre.

La seconde mi-temps allait voir la pression sarthoise s’accentuer. Jérôme HIAUMET, l’autre grand gardien d’Angers-SCO, bien pourvu, captait la frappe de THOMAS sans soucis (51’). Puis, CORCHIA voyait sa frappe fuir le cadre (54’).

A la 60ème minute, Le Mans allait se créer sa plus belle opportunité du match, mais HELSTAD, bien servi par THOMAS allait trouver le petit filet des buts angevins. Angers-SCO maîtrisait cette domination avec cette impression de calme et de sérénité qu’il dégage depuis deux mois et plus.

Et les angevins n’hésitaient pas à placer des banderilles rappelant aux manceaux qu’ils auraient bien tort de se découvrir. Ainsi David DE FREITAS, sur une frappe enroulée (63’) puis Gaëtan CHARBONNIER de la tête (68’), inquiétaient la défense locale.

Mais c’est encore BAAL, à la 69ème qui obligeait Jérôme HIAUMET à s’employer, avant que Jérémie HENIN ne dévie une frappe de CORCHIA (74’). Le Mans tentait d’accentuer la pression en fin de match mais c’est Angers-SCO qui était à deux doigts d’empocher le jackpot. Suite à un corner de Claudiu KESERÜ, tout juste entré en jeu, Vincent MANCEAU, le bien nommé, frappait très légèrement au-dessus des buts gardés par OVONO.

Monsieur DESIAGE renvoyait les deux équipes aux vestiaires, à la suite de ce qu’on peut appeler un beau 0-0, qui laisse Le Mans sur le podium et Angers-SCO à cinq points.

Autant dire, même si ça sera très difficile, que rien n’est joué, dans un championnat qui marche sur la tête : Ajaccio accroché chez lui, Le Havre battu à domicile par Istres, c’est Evian le nouveau leader, cette même équipe qu’Angers-SCO vient d’étriller 3-0.

A côté de ces inconstances, la continuité tant dans les résultats que dans le jeu d’Angers-SCO laisse espérer une belle fin de saison.

Début de réponse dès vendredi 8 avril, face à Metz qui viendra, le couteau sous la gorge, chercher un point en Anjou.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO