Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO souverain bat Nîmes 2-0


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 19 Février 2011 à 00:19


Angers-SCO a trouvé le réalisme qui lui manquait en début de saison. Ce vendredi, il a fait preuve de patience, en usant son adversaire pour mieux porter l’estocade en fin de match.



Fodé DORE a clôturé la marque sur un exploit personnel (*)
Fodé DORE a clôturé la marque sur un exploit personnel (*)
On pouvait s’attendre à une formation nîmoise « hérisson », tant un point pris en terre angevine aurait satisfait et rassuré les hommes de Noël TOSI, le coach gardois. On n’a pas été déçu. Nîmes jouait si bas, que Yves DEROFF, enfin revenu à son niveau et Karim DJELLABI, les latéraux défensifs se transformaient en ailiers à l’ancienne.

Il fallait, toutefois, se méfier des rares contres visiteurs, ce dont la charnière centrale, Malik COUTURIER et Jérémy HENIN, toujours impressionnant de sérénité, se chargeait sans difficulté. Grégory MALICKI, comme à Sedan, était réduit, en première mi-temps au chômage technique.

Mais, encore fallait-il qu’Angers-SCO trouve la faille dans ce bloc défensif fourni. David DE FREITAS s’y essayait dès la 9ème minute. Sa frappe puissante, sur un service de Claudiu KESERÜ, titulaire, fuyait le cadre de BUTELLE.

Puis, il fallait attendre plus de 15 minutes pour voir Fodé DORE trop décroiser sa tête, idéalement servi face au but, par un centre d’Yves DEROFF (27’). Angers-SCO confisquait le ballon à des nîmois excessivement prudents, mais peinait à trouver le geste juste.

Ainsi, Olivier AURIAC servi au cœur de la surface, préférait la remise à la frappe (28’). Gaëtan CHARBONNIER, dans la même position, ratait le contrôle qui l’aurait mis en position idéale de tir (32’).
Et c’est David DE FREITAS qui clôturait cette première mi-temps, dans les mêmes conditions qu’en début de match. Servi sur une touche, il expédiait une frappe tendue et cette fois cadrée, qui obligeait BUTELLE à se détendre.

0-0 à l’issue d’une première mi-temps peu spectaculaire. Mais il faut être deux pour réaliser un grand match et seul Angers-SCO avait fait du jeu.

En seconde période, Nîmes sortait quelque peu de son terrier et était même à deux doigts d’ouvrir la marque, dès le retour des vestiaires. A la 50ème minute, CHEIK DIENG, à la limite (ou plus) du hors jeu échappait à David DE FREITAS et plaçait une frappe qui tutoyait le dessus de la barre transversale de Greg MALICKI.

Angers-SCO maîtrisait toujours son sujet, mais c’est encore Nîmes qui se montrait dangereux, sur un contre consécutif à une frappe d’Henri SAIVET arrêté par BUTELLE (58’). CHEIK DIENG, dans la continuité de l’action se retrouvait face à l’excellent gardien angevin, qui sortait vainqueur de son duel.
Les angevins se procuraient quelques situations chaudes, notamment par KESERÜ, dont le corner direct était claqué sur la barre transversale (53’). Mais c’est encore Grégory MALICKI qui devait détourner un coup franc de AMEWOU, sans trembler outre mesure (63’).

Mais, la fatigue commençait à se faire sentir côté gardois. Et Angers-SCO allait porter l’estocade, notamment grâce au coaching de Jean-Louis GARCIA, qui faisait entrer en même temps, Sébastien RENOUARD et Vincent MANCEAU, puis, par la suite, Diego GOMEZ.

Nîmes souffrait et craquait alors. A la 75ème minute, Henri SAIVET combinait, sur l’aile droite avec Sébastien RENOUARD, dont le centre fuyant, prolongé par Fodé DORE, trouvait David DE FREITAS, au second poteau, dont la reprise de demi-volée faisait mouche. 1-0, Nîmes n’y était plus, ni physiquement, ni mentalement.

Et c’est fort logiquement et avec toute sa nonchalance apparente, qui, parfois, irrite le public angevin, que Fodé DORE doublait la marque en fin de match, sur un exploit personnel. Le jeune attaquant congolais partait du côté gauche de l’axe du terrain, donnait le tournis à son défenseur, pour après l’avoir éliminé, fixer et battre le portier gardois imparablement (89').

Jean BOUIN exultait, tandis que BUTELLE repoussait la balle du 3-0, sous la forme d’un missile de David DE FREITAS. Angers-SCO l’emportait à sa main, au terme d’un match plein de maîtrise et de froid réalisme. Jamais les angevins n’ont paniqué ou se sont précipités, comme s’ils savaient que ça finirait par rentrer. Une victoire méritée. Patiemment construite.

On ne parle plus de relégation sportive côté tribune. On se prend même à regarder vers le sommet.
Affaire à suivre…ici aussi

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO



LES TAGS : football, ligue 2, sco