Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO superbe vainqueur d’Ajaccio 3-1


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Samedi 14 Mai 2011 à 01:13


Angers-SCO a réalisé une très belle performance hier soir, en venant à bout d’un sérieux prétendant à la montée en Ligue 1. Une victoire qui ne souffre d’aucune contestation. Angers-SCO a produit du jeu, concrétisé par trois buts et fait se lever Jean BOUIN, ivre de bonheur.



Angers-SCO superbe vainqueur d’Ajaccio 3-1
Dès l’entame du match, Angers-SCO montrait qu’il ne finirait pas ce championnat en roue libre, par la voie d’Olivier AURIAC qui reprenait de volée un corner mal repoussé par la défense ajaccienne. DEBES, la gardien corse se couchait (3’).

Ajaccio desserrait quelque peu l’étreinte angevine au fil des minutes, mais c’est toujours Angers-SCO qui se montrait le plus entreprenant et dangereux, par Charles DIERS (14’ frappe lointaine), et encore par Olivier AURIAC, à la retombé d’un nouveau corner. La frappe du milieu de terrain angevin était contrée par un défenseur insulaire (17’). Puis c’était Claudiu KESERÜ qui s’essayait, DEBES se couchait encore (19’).

Ajaccio réagissait de façon sporadique. Ainsi, RIVIERE obligeait Grégory MALICKI à se détendre, pour détourner une frappe très bien placée (20’). RIVIERE trouvait la faille, à la 28ème. Servi en profondeur, il expédiait une reprise de volée, dans la lucarne des buts angevins. Mais, ce but était logiquement refusé pour un hors jeu non discuté, par les ajacciens.

Même si CAVALLI expédiait encore un coup franc au dessus (32’), c’est Angers-SCO qui développait les plus belles actions et mettait les corses sous pression.

C’est ainsi qu’ils allaient les pousser à la faute : La défense ajaccienne cafouillait un ballon, remisé sur Charly DIERS, qui expédiait, instantanément, un centre tendu, que le buteur retrouvé, Claudiu KESERÜ, catapultait dans le but (1-0).

Avantage mérité, que les angevins n’allaient pourtant pas savourer longtemps. Dans la dernière minute de la première mi-temps, le rapide KINKELA s’échappait à la limite du hors-jeu, effaçait en vitesse, Grég MALICKI, pour égaliser, dans le but vide (1-1, 45’). Monsieur MOREIRA sifflait la pause sur l’engagement.

La seconde mi-temps repartait sur un tempo moins rapide, mais il fallait toute la vigilance de Karim DJELLABI, pour souffler in extremis un ballon à CAVALLI, sur un centre de KINKELA (48’), le même CAVALLI, qui sollicitait d’une frappe en coin le gardien angevin, toujours aussi serein (57’).

Angers-SCO allait très vite reprendre sa domination : Dès la 58ème minute, Diégo GOMEZ et Henri SAIVET semaient la zizanie sur l’aile droite. Le centre d’Henri SAIVET, un peu haut, trouvait le crâne de Gaëtan CHARBONNIER qui ne pouvait donner assez de puissance à sa tête (58’).

Passée l'heure de jeu, le match devint fou. Grégory MALICKI dut sortir le grand jeu, sur une frappe puissante de ANDRE (67'). La défense angevine repoussait le corner qui suivait et sur le contre, Claudiu KESERÜ servait dans la profondeur, Gaëtan CHARBONNIER, qui glissait le ballon sous le ventre de DEBES (2-1, 68'). Angers-SCO insistait et DEBES devait boxer un coup franc plongeant de Claudiu KESERÜ (69').

Ajaccio tentait de réagir, mais la tête piquée de RIVIERE manquait de puissance pour inquiéter Grégory MALICKI (77'). Mais le jeu vif des angevins, avec la bonne rentrée de Diego GOMEZ semait la panique dans la défense corse. Gaëtan CHARBONNIER s'échappait sur l'aile gauche et servait Claudiu KESERÜ, trop court d'une pointure (82).

Et les angevins allaient enfoncer le clou, sur une action digne du rugby. Karim DJELLABI débordait à gauche, décalait Claudiu KESERÜ, trois quart centre, qui décalait Gaëtan CHARBONNIER plein axe. La frappe instantanée de l'attaquant angevin, au ras du poteau, trompait DEBES. Somptueux et définitif (3-1, 86');

RIVIERE permettait une dernière fois à Grégory MALICKI de briller, mais c'est Angers-SCO qui remportait, en toute logique, ce match, au terme d'une prestation aussi solide que brillante, avec une remarquable entente, au moins sur le terrain, du duo KESERÜ-CHARBONNIER.

Une victoire qui avivait quelques regrets dans les discussions des spectateurs: Le débuts de saison poussif du SCO, pour des raisons clairement expliquées par Jean-Louis GARCIA, chez nos amis de www.sport49.fr ; la coupe de France, cadeau empoisonnée qui ne se refusait pas.

Oui, comme le reconnaisse les médias nationaux, Angers-SCO avait le beau profil d'un candidat à la montée.Mais les points perdus ne se rattrapent pas. Et si certains supporters disaient que "mathématiquement, ce n'est pas fini", il faudra que cette saison nourrisse des espoirs futurs, certainement sans Jean-Louis GARCIA.



LES TAGS : football, ligue 2, sco