Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Angers-SCO terrasse le leader, Evian 3-0


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Vendredi 18 Mars 2011 à 23:56


Angers-SCO s’est largement imposé face au leader de la Ligue 2, ce vendredi. Un succès mérité, tant les angevins se sont montrés sérieux, appliqués et efficaces. Ils entretiennent l’espoir de Ligue 1, même si la route sera très difficile.



Sébastien RENOUARD s'envole et entraîne son équipe vers les sommets (AURIAC et DEROFF de g à d) (*)
Sébastien RENOUARD s'envole et entraîne son équipe vers les sommets (AURIAC et DEROFF de g à d) (*)
Jean-Louis GARCIA avait qualifié ce match de « match de l’année ». Il voulait le gagner avant la mini trêve internationale de 15 jours (l’équipe de France jouera le Luxembourg et la Croatie), afin de pouvoir préparer, en toute sérénité, la dernière ligne droite du championnat. Ses vœux ont été exaucés, peut être même, au-delà de ses espérances.

D’entrée Angers-SCO a ouvert la marque. Suite à une excellente entame de match, qui avait semé le trouble chez les savoyards, Gaëtan CHARBONNIER enroulait un très beau centre dans le dos de la défense visiteuse, pour Sébastien RENOUARD qui concluait de près. Superbe (1-0, 4ème minute).
Angers-SCO continuait sur le même rythme et sur corner, Fodé DORE tentait une reprise en talonnade, qui manquait de peu le cadre de LAQUAIT, le gardien d’Evian (7’).

Evian réagissait de suite. Par deux fois, GOUSSE, l’ancien nantais, sur un ballon en profondeur et sur un centre, ne pouvait se saisir de bons ballons. Les savoyards justifiaient leur classement, dans ce qui allait constituer leur temps fort du match.

Angers-SCO courbait l’échine, laissait passer l’orage, face aux vifs SAGBO, à gauche et POUYE, à droite, en appui de GOUSSE, en pointe axiale.

Mais, Angers-SCO allait doucher ce regain d’enthousiasme visiteur, en doublant la mise. A la suite d’une remontée de balle rapide, Gaëtan CHARBONNIER délivrait sa seconde passe décisive de la soirée. Son centre tendu à ras de terre, cette fois, trouvait Fodé DORE en plein cœur de la défense d’EVIAN. Fodé contrôlait et ajustait LAQUAIT d’une frappe dans le petit filet. (2-0, 31’).

Evian voulait recoller au score avant la pause et allait se procurer sa seule vraie occasion de la première période. BARBOSA trouvait dans la profondeur SAGBO, qui échappait à la défense, mais Jérôme HIAUMET montrait son talent en s’interposant avec brio et autorité.

Mais c’est encore CHARBONNIER qui allait empoissonner l’existence de LAQUAIT, obligé de boxer un coup-franc vicieux (40’). Un léger frisson parcourait Jean Bouin, quand un coup franc de BOUBY était prolongé par une tête angevine, en corner, au ras du poteau des buts de Jérôme HIAUMET (45’).
Monsieur FALCONE, auteur d’un arbitrage sobre et toujours proche des zones de jeu, renvoyait les deux équipes aux vestiaires sous les clameurs du public.

On pouvait s’attendre à une réaction du leader, à l’entame du second acte. Angers-SCO ne la permit pas. Certes, Karim DJELLABI devait sortir un centre aux six mètres, mais ou étaient les attaquants d’Evian ? Le ballon allait d’un camp à l’autre, dans une partie plaisante et rythmée.

Et c’est encore SAGBO, qui, à la 58ème minute, allait se heurter à Jérôme HIAUMET. Sur un corner, remisé en direction du but angevin, l’attaquant d’Evian échouait à bout portant sur le portier du SCO.
Evian essayait de se créer des occasions, mais Angers-SCO gérait de façon admirable son avantage, ne jouant pas trop bas, bouchant les espaces, sortant proprement le ballon.

Et Angers-SCO allait même, avec une facilité déconcertante, ajouter un troisième but. A la 78ème minute, suite à un échange de passes, Henri SAIVET-Diego GOMEZ, comme à l’entraînement, le petit milieu argentin trompait, de sa patte gauche, le gardien savoyard. Les angevins avaient trouvé le réalisme tant défensif qu’offensif, qui lui a tant fait défaut, surtout lors de la première partie de saison.

Les angevins remportaient une brillante victoire sous les « olé » du public, saluant sa bonne circulation de balle et les « et un et deux et trois zéro », chant immortalisé un certain 12 juillet 1998, lors de la victoire en coupe du monde.

Une victoire qui préserve une invincibilité de 11 matches consécutifs.
Une victoire qui conserve une lueur d’espoir pour la montée.
Une victoire qui garde une dynamique de victoire, essentielle à 33 jours du rendez-vous contre Paris Saint Germain en coupe.

Maintenant Jean-Louis GARCIA va pouvoir travailler dans la sérénité, pendant deux semaines.
On a hâte de voir le résultat. En attendant, merci messieurs, pour cette superbe soirée.

(*) Photo d'illustration aimablement prêtée par Angers - SCO