Angers Télé : "Tout est ouvert ! "


Rédigé par - Angers, le 20/05/2015 - 07:57 / modifié le 07/08/2015 - 08:23


Quel avenir pour Angers Télé ? Après avoir précisé ses intentions de changement lundi soir aux administrateurs de la télévision locale, la Ville d'Angers a réuni la presse mardi, histoire d'assurer qu'elle ne souhaitait pas d' "écran noir". Deux candidats lui auraient déjà soumis de nouveaux projets audiovisuels. Olivier Hamon, le directeur actuel d'Angers Télé, est lui sur le départ.



Benoit Pilet l'assure : "L'écran noir, c'est non !". A ses côtés, Olivier Hamon, le directeur d'Angers Télé, a confirmé son départ.
Benoit Pilet l'assure : "L'écran noir, c'est non !". A ses côtés, Olivier Hamon, le directeur d'Angers Télé, a confirmé son départ.
la rédaction vous conseille
Une télévision locale peut-elle vivre sans un soutien significatif des collectivités de son territoire ? De la réponse à cette question, et ce n'est bien évidemment pas un scoop, dépend l'avenir d'Angers Télé. Sachant que malheureusement les contre-exemples ne sont pas légion (l'un des derniers, Normandie TV dans le Calvados a été mis en liquidation judiciaire en avril), sachant aussi que Benoit Pilet, le président d'Angers Loire Télévision a confirmé mardi le souhait de la Ville et de l'Agglo de réduire leurs participations financières, on peut en conclure que le projet qui prolongera l'histoire de notre consoeur audiovisuelle angevine devra être sacrément novateur dans sa forme.

Impossible ? "L'écran noir, c'est non !" a indirectement répondu Benoît Pilet, mardi, soucieux de rappeler qu'Angers et la télévision, c'était une longue histoire, débutée avec TV10 sous le règne de Jean Monnier, poursuivie avec Angers 7 sous le giron du groupe Sipa-Ouest-France, et réanimée avec Angers Télé il y a un peu plus de deux ans. Avec pour ces trois expériences, un point commun : leur fragilité. "La question, c'est bien de savoir comment accompagner aujourd'hui une télévision locale sous un autre modèle" a répété l'adjoint de Christophe Béchu, sans pour autant pouvoir vraiment en préciser les contours.
 
Quel avenir pour la SEM Angers Loire Télévision ?

Même s'il se refuse à la condamner, on a bien senti dans ses propos que la diffusion hertzienne ne rentrait pas dans les plans : "60% de ce qui est regardé en France aujourd'hui, l'est pas Internet. On n'imposera pas l'arrêt de la TNT dans le cahier des charges mais on n'encouragera pas non plus son maintien.". Autre préférence avouée : que le projet soit porté par des personnes du métier et des professionnels locaux. "Certains s'étaient déjà manifestés au début de cette mandature. Deux sont revenues vers nous récemment" révèle même Benoit Pilet. De quoi alimenter tous les paris. Et toutes les rumeurs...

"Notre soutien dépendra du projet, précise encore Benoit Pilet. L'exigence en terme de contenu, ce sera de parler du positif, de mettre en exergue tout ce qui se construit sur le territoire, sur l'agglo. Si c'est pour parler des chiens écrasés, ce n'est pas la peine." Au delà de l'implication financière des collectivités locales angevines, reste une autre question fondamentale : quel avenir réservent-t-elles à la Société anonyme d'économie mixte qui porte aujourd'hui Angers Télé ? Sa transformation pour épouser l'éventuel nouveau projet ? Ou sa disparition ? "Tout est ouvert" indique Benoit Pilet. "En cas de disparition, ce sera la remise en cause de l'accord de conventionnement avec le CSA et l'obligation de représenter un dossier" précise Olivier Hamon, le directeur d'Angers Télé, sur le départ (lire ci-dessous). D'ici à l'assemblée générale du 25 juin prochain, ce sera sans doute l'un des points clefs des discussions avec les autres actionnaires de la chaîne.

Lire aussi "Angers Télé, la Ville veut un nouveau projet" (18/05/15)

Angers Télé : "Tout est ouvert ! "
De nouveaux horizons pour Olivier Hamon
Son départ sera officialisé lors de l'AG d'Angers Loire Télévision le 25 juin. Quelle que soit la suite ou non de l'aventure télévisuelle angevine, Olivier Hamon, le directeur d'Angers Télé, n'en sera plus. Sollicité par la précédente équipe municipale pour la conseiller sur son projet de relance d'une télé locale, ce breton, déjà à la tête de la société de production audiovisuelle VO Productions, assure qu'il n'avait pas prévu de rester plus d'un an à la tête d'Angers Télé. "Il était clair aussi pour les actionnaires privés qu'ils n'avaient pas à s'engager sur le long terme"  glisse-t-il. Pas plus à entendre Benoit Pilet, "qu'il n'était prévu que la collectivité soutienne la télévision ad vitam aeternam"... manière de renvoyer la responsabilité dans le camp de l'équipe municipale précédente.

Quoi qu'il en soit, Olivier Hamon assurera le service jusqu'à la fin de l'année, par solidarité avec l'équipe professionnelle d'Angers Télé : "C'est bien l'une des réussites de la chaîne, défend-il, Une équipe ultra-productive comme peu de chaînes en comptent en France." En espérant lui aussi une suite à l'aventure. Le nouveau projet qu'il porte - aerostar.tv - aux côtés notamment du chroniqueur aéronautique Bernard Chabert s'élancera jeudi sur le canal 109 d'Orange. Cette chaîne thématique est opérée à partir de l'espace Arobase dans le quartier d'Orgemont à Angers : "Il y a bien un écosystème audiovisuel local, ce serait dommage qu'il perde un chaînon."




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Un acteur de la télévision locale le 20/05/2015 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis quand une télévision locale peut vivre par un seul moyen de diffusion! il n'y a aucun exemple en France de télévision locale sur internet viable et encore moins si elle doit équilibrer ses comptes avec de la publicité locale.

Le changement de statut juridique de la structure ne peut passer que par un nouvel appel d'offre lancé par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

Concernant la TNT, les engagements auprès de TDF obligent la société à poursuivre jusqu'à la fin de son contrat.

2.Posté par Daniel Fleury le 20/05/2015 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" devra être sacrément novateur dans sa forme. " Je propose une langue ou une boîte de cirage, comme forme nouvelle

3.Posté par barreau le 21/05/2015 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
si une télé régionale publique (France 3) faisait son travail de proximité à savoir une édition d'information locale pour le Maine et Loire depuis le studio d'Angers, l'existence d'Angers télé et son financement ne se poserait pas...
mais cela, on n'en parle jamais, tout comme on doit trouver normal de regarder l'édition ESTUAIRE ( il est question de St Saint-Nazaire et Nantes) qui ne nous concerne pas au journal local du soir. Pas de réactions des élus du 49, pas d'articles de journaliste: c'...








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com