Angers Télé deviendra Angers SCO Télé


Rédigé par - Angers, le 23/10/2015 - 08:11 / modifié le 28/05/2016 - 09:28


C'était officiel depuis le début de la semaine : c'est le projet porté par Saïd Chabane qui a été retenu pour reprendre Angers Télé, la chaîne jusqu'ici portée par la collectivité. Jeudi midi, lors d'une conférence de presse, le patron d'Angers SCO a dessiné les intuitions et les contours d'une reprise qui s'inscrit dans le projet d'ensemble du club, sans rien déguiser de ses ambitions, même s'il reste à régler les questions juridiques de l'opération. Et que l'avenir des salariés actuels d'Angers Télé a été évoqué de manière sibylline.



Saïd Chabane, le président d'Angers SCO, a présenté jeudi midi son projet de reprise d'Angers Télé, qui deviendra Angers SCO Télé, si le CSA apporte sa validation.
Saïd Chabane, le président d'Angers SCO, a présenté jeudi midi son projet de reprise d'Angers Télé, qui deviendra Angers SCO Télé, si le CSA apporte sa validation.
la rédaction vous conseille
C'est une reprise en main. Au propre comme au figuré. Jeudi midi, dans les décors d'Angers Télé, le patron d'Angers SCO, Saïd Chabane, s'est occupé de tout : placer les journalistes présents, présenter son projet et répondre aux questions posées, même si elles ne lui étaient pas forcément adressées.

On savait officiellement depuis lundi que c'est son projet de reprise de la télévision locale qui avait obtenu les faveurs du maire d'Angers, Christophe Béchu, parmi les trois déposés début septembre ; il n'a pas tardé à enfiler le costume du patron, dans un style assez caractéristique du bonhomme : direct, assuré, caressant ou cassant, c'est selon...

Juste après la rapide prise de parole du -toujours- président d'Angers Télé- l'adjoint au maire Benoît Pilet, et avant de répondre aux questions des médias, Saïd Chabane a diffusé en vidéo le projet présenté au jury, le 1er octobre dernier. Un projet qui n'a pas bougé d'un iota, précise-t-il, entre l'avis rendu par le jury et la décision finale de Christophe Béchu, 15 jours plus tard. Pas question non plus, comme cela avait été évoqué plusieurs fois, de partenariats ou de collaborations avec les deux autres porteurs de projets. "Je suis tout seul dans mes affaires. Quand j'accompagne une télé en tant qu'acteur économique de la ville, je le fais, mais quand on me demande de prendre les choses en main, je prends les choses en main réellement. Sinon je ne prends pas. Je n'ai des comptes à rendre qu'à mon banquier et éventuellement à mon épouse de temps en temps", tranche Saïd Chabane.

Le patron d'Angers SCO a sauté sur l'opportunité de l'appel d'offres émis par la collectivité pour mettre en œuvre un projet qui couve depuis un peu plus d'un an, sous une autre forme.  "On avait l'objectif de monter une SCO TV sur le web, un sujet lié à la montée en Ligue 1. C'est dans la suite logique du projet du club." La reprise d'Angers Télé puis la création d'Angers SCO Télé va ainsi permettre "de conserver la TNT, d'intensifier notre visibilité sur les réseaux sociaux et le web -ce qui était notre projet Ligue 1- et, au niveau national, de proposer une programmation spécifique sur Canal Sat qu'on a prévu de lancer, si tout va bien, l'année prochaine".
"Quand j'accompagne une télé en tant qu'acteur économique de la ville, je le fais, mais quand on me demande de prendre les choses en main, je prends les choses en main réellement. Sinon je ne prends pas. Je n'ai des comptes à rendre qu'à mon banquier et éventuellement à mon épouse de temps en temps"

Des perspectives qui expliquent aussi la teneur des propos tenus par Saïd Chabane, lors de son passage devant le jury. A-t-il remis en question la présence du SCO à l'antenne, si son projet n'était pas retenu ? "Effectivement", confirme-t-il sans ambages. "Aujourd'hui, il y a une relation avec Angers Télé parce que je suis actionnaire. Si on n'avait pas eu les moyens de diffusion, on aurait créer nos propres moyens. Donc on ne se serait pas créer un concurrent. Après, tout se monnaye..."

De ce point de vue, le discours est limpide. Il l'est un peu moins lorsque l'on évoque la question des moyens humains de la future Angers SCO Télé. Avant de recevoir la presse, Saïd Chabane a rencontré les 8 salariés actuels de l'entreprise. "Il y aura une réunion de travail la semaine prochaine et ils seront informés sur la suite", avance, assez sibyllin, le président d'Angers SCO. Tout juste ajoute-t-il que "des fonctions seront externalisées"  et que l'équipe sera composée de "journalistes sportifs, de techniciens et de chargés de grille".

Reste qu'au regard du budget annoncé et assumé par Saïd Chabane, des choix devront être faits. Les 800 000 € actuels seront réduits à 520 000 €. Trop peu pour l'ambition affichée ? "De la même manière quand je suis arrivé au SCO, il y avait 11 M€ de budget, on est reparti à 8 M€, et nous sommes là aujourd'hui. Quand vous arrivez quelque part, vous remettez les curseurs à 0, vous prenez ce qui est bien et construisez selon vos règles et vos principes, en faisant évoluer les choses", explique le chef d'entreprise.

Si la question des moyens humains reste donc en suspens, on en sait plus sur les moyens techniques inhérents au projet. "On conservera le site actuel sur une durée de deux ou trois ans, puis il y aura un transfert vers un autre lieu (dont il n'a rien voulu dire NDLR). On aura également un plateau permanent à Jean-Bouin, qui permettra de vivre le match avant, après et pendant, et un mini plateau au centre d'entraînement", détaille Saïd Chabane. Une implantation qui donne déjà une orientation sur la nature des programmes. Angers SCO représente déjà 60 % du temps d'antenne "et n'en fera jamais 100 %. On va rester dans ces proportions mais redéfinir les choses, avec plus de live, des temps consacrés aux partenaires du SCO mais également aux supporters et aux flash-backs. Je le dis depuis mon arrivée à la tête du club : il faut retrouver le lien avec l'histoire glorieuse des années 70."
"Il y aura plus de live, des temps consacrés aux partenaires du SCO mais également aux supporters et aux flash-backs. Je le dis depuis mon arrivée à la tête du club : il faut retrouver le lien avec l'histoire glorieuse des années 70"

Le reste de la grille sera consacré à un journal quotidien, à la couverture des autres sports qui "font rayonner la ville" et de "quatre ou cinq grand événements" qui réunissent les Angevins. Une programmation hors SCO qui devrait notamment faire l'objet d'une convention d'objectifs et de moyens avec la Ville d'Angers et l'agglo, qui apporteront un concours financier de 300 000 € (contre les 700 000 actuels) sur les trois années à venir.

Qu'on ne s'y trompe pourtant pas, Angers SCO Télé sera bien une chaîne privée, lorsqu'elle diffusera -selon l'accord ou non du CSA (voir ci-dessous)- ses premiers programmes en février 2016. Avec un plan d'affaires clairement défini où "le nerf de la guerre est le commerce", annonce Saïd Chabane. "Il y aura une régie publicitaire qui sera transversale, pas directement dans Angers Télé, mais qui aura pour mission de vendre et de communiquer sur tous les produits disponibles : à la fois la partie sportive, mais aussi l'activité média." Pour la première année, l'objectif publicitaire est fixé à 220 000 €. "C'est beaucoup et peu à la fois", commente le président qui s'appuie notamment sur l'exemple de l'écran du stade Jean-Bouin : "Il n'est utilisé que tous les 15 jours, mais nous rapporte 150 000 €".

Des recettes publicitaires qui pourraient fluctuer au gré des performances de l'équipe en Ligue 1. Que se passerait-il si le club connaissait un coup de mou ou descendait à terme en Ligue 2 ? "L'intérêt d'un actionnaire privé, c'est d'être présent quand on a un accident industriel", coupe Saïd Chabane. "De la même manière, si le SCO revient en Ligue 2, il faut être prêt financièrement, dans nos structures, à évoluer dans cette division."

Garder la main, en somme, après l'avoir prise.
 

Sous-holding et CSA : l'enjeu juridique en quelques mots

Saïd Chabane n'est pas encore officiellement le propriétaire de la chaîne locale angevine. Un rendez-vous fondamental se jouera début novembre de le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Comme il l'a précisé jeudi midi, Angers SCO Télévision intégrera la sous-holding Le Buron, l'une des trois sous-holding de sa holding. Elle rejoindra, au sein de cette sous-holding, Angers SCO (qui mui appartient à 93 %) et SCO Dev, une structure de développement et de partage des moyens.

Une transformation juridique qui intéresse de fait le CSA : le conventionnement pour la diffusion hertzienne a été passé avec la Société d'économie mixte Angers Télé, au capital public majoritaire. Comment va réagir l'institution à la privatisation de la chaîne ? "J'ai l'avantage d'être aujourd'hui le plus gros actionnaire privé d'Angers Télé", avance Saïd Chabane. "Devant le CSA, je vais défendre un projet en tant qu'actionnaire d'une chaîne existante pour aller vers la majorité". CQFD ?




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par barreau le 11/11/2015 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour ceux qui ne sont pas content, je pense que le VRAI problème, c'est l'absence d'une télé publique à Angers. France 3, qui devrait faire du local, snobe les angevins depuis tant d'années. Nous n'existons quasiment pas, il suffit d'observer que nous n'avons même pas droit à une édition locale "Anjou", on doit se contenter de l'édition "estuaire" (Nantes-Saint-Nazaire)... et pourquoi le Mans est mieux servie qu'Angers ? et pourquoi nous n'avons droit qu'à deux reporters pour couvrir un dépar...

5.Posté par Sylvain le 25/10/2015 01:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Intéressant cette volonté d''inscrire le club dans la continuité des années 70. Une riche histoire c''est cela qui permet de faire encore plus vibrer le public. Bravo a l''équipe dirigeante du SCO qui fait des merveilles avec un faible budget.

4.Posté par Guinais Anne-Marie le 23/10/2015 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cette télé sera désormais réservée à la promotion du foot professionnel et il ne restera plus rien d'intéressant pour nous. la vie des associations et des quartiers ne compte plus..donc nous ne la regarderons plus; dommage!

nous constatons de plus en plus que la ville a de l'argent pour certaines choses ( tour de france..Terra Botanica...foot mais pas pour les associations ni pour les enfants angevins.

3.Posté par marc gicquel le 23/10/2015 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si Angers Télé devient Angers Sco, cela veut dire que le financement de 300 000 € qui sera apporté par la ville et l'agglo sera ni plus ni moins une subvention déguisée au SCO. La loi ne plafonne-t-elle pas les aides aux clubs sportifs professionnels ? Dans l'affirmative, la loi doit être appliquée sans essayer de la contourner

2.Posté par Robert le 22/10/2015 23:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le sport amateur ou pro demande des moyens financiers et humains. Pour Angers SCO télé la ville d''Angers et l''agglo économiseront 400 000€ qu''elles pourront redistribuer aux angevins assos comprises...Donc faire plus de privé rapporte aussi au public

1 2







Angers Mag















Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01


cookieassistant.com