Angers Télé, et les candidats sont…


Rédigé par Yves BOITEAU et Sébastien ROCHARD - Angers, le 16/09/2015 - 08:15 / modifié le 28/05/2016 - 09:24


On connaît désormais les trois porteurs de projet de reprise d’Angers Télé. L’adjoint au maire d’Angers –et président de la société d’économie mixte Angers Télé- Benoît Pilet les a dévoilés sur le plateau du journal de la télévision locale angevine, mardi soir.



Les trois candidats de gauche à droite : Saïd Chabane, Gaël Desgrées du Loû et Pascal Normand.
Les trois candidats de gauche à droite : Saïd Chabane, Gaël Desgrées du Loû et Pascal Normand.
la rédaction vous conseille
Tous sont des personnalités connues du microcosme local d'abord, mais aussi au delà. Et, ce n’est pas la moindre surprise, Saïd Chabane, le président d’Angers SCO, est de ceux-là. Déjà actionnaire d’Angers Télé telle qu’elle existe, le PDG du groupe Cosnelle a donc décidé de se porter candidat à la reprise, à ce titre. Sans apporter, dans l’immédiat, la moindre précision sur son projet. Est-il accompagné par un ou des professionnels des médias, comme tout le laisse à penser ? Si oui, lesquels ? « Je n’ai rien à déclarer. Le jury décidera dans un mois » s’est-il contenté mardi soir.
 
Pascal Normand, le deuxième « candidat », est lui aussi bien identifié dans les sphères médiatiques. Journaliste sportif depuis une vingtaine d’années, il a officié sur les ondes d’Europe 1 ou France Info, mais également à l’époque d’Angers 7, lorsqu’il animait l’émission Fous de Foot. Au printemps 2014, celui qui fait partie du Think tank « Sport et citoyenneté » de Julian Jappert et a créé son entreprise de prestations événementielles ClubCom, figurait également sur la liste municipale présentée par Jean-Luc Rotureau.
 
La troisième candidature est portée conjointement par l'agence DL Medias, créée par Gaël Desgrées du Loû, autre journaliste reconverti dans le conseil en communication et les relations presse, et S-TV, une société angevine de production audiovisuelle. Ancien rédacteur en chef de M6 Rennes, de TV Breizh et du journal 20 Minutes, le premier a débuté sa carrière sur l’antenne d’Angers 101, une radio mise en place en 1981 par Le Courrier de l’Ouest. La seconde a été créée en 2001 par Jean Aouidad et est aujourd’hui filiale du groupe Euromedia, le 1er prestataire de télévision en Europe.
Quelle participation des collectivités ? « Disons qu’au-delà de 350 000 €, psychologiquement, il faudra vraiment être convaincant… Benoit Pilet, président de la Sem Angers Télé

« Les trois candidats ont des dossiers solides, avec chacun leur force, nous avons pu le constater lors de l’accompagnement de ces porteurs ces dernières semaines, a assuré mardi soir Benoit Pilet, le président de la Sem Angers-Télé. Tous ont eu les mêmes informations, que ce soit les données Médiamétrie, les différents audits réalisés ou les comptes de résultats. »  Chacun a pu entendre également la position de la municipalité Béchu, réitérée par la voix de son adjoint : « Nous ne voulons pas un one shot. Il s’agit d’installer un projet pérenne, qui garantit l’existence d’un média visuel à Angers. » C’est cet objectif, parmi d’autres, qui présidera au choix final de la collectivité.

Quels seront justement les critères de sélection ? Le premier d’entre eux sera le montant de la subvention réclamée à la collectivité. Elle est actuellement de 700 000 €. « Je ne peux pas vous donner de chiffres précis », reprend Benoît Pilet. « Mais ce montant devra correspondre à nos attentes. Disons qu’au-delà de 350 000 €, psychologiquement, il faudra vraiment être convaincant… »  Le critère financier ne devrait pourtant pas constituer l’alpha et l’omega de la décision. Le jury sera également attentif à la ligne rédactionnelle du projet, « qui devra répondre à l’ambition d’un rayonnement du territoire dans tous ses aspects »

Quid du volet social ? Benoît Pilet l’avait annoncé au début de l’été : le cahier des charges ne comporte pas d’assurance de reprise des 7 salariés actuels d’Angers Télé. « Mais nous serons sans doute plus sensibles à un candidat bienveillant vis-à-vis des personnels qu’à un autre qui voudrait repartir de zéro… » Enfin, la municipalité n’exclut pas d’inciter les différents porteurs de projets à travailler ensemble, si aucun d’entre eux ne présente toutes les qualités requises. « Il faudra alors aller au-delà des egos », prévient Benoît Pilet.
 
Si l’adjoint au maire n’a rien voulu dévoiler du contenu des projets déposés, trois tendances se dégagent sur les supports envisagés : l’un des candidats envisage d’y aller decrescendo du côté de l’hertzien et crescendo du côté du numérique ; un autre souhaite abandonner d’emblée la diffusion hertzienne ; et le dernier considère que l’hertzien doit rester la norme, pour que la télé soit visible par tous.

Réponse le 15 octobre, sans doute dans le journal d’Angers Télé…












Angers Mag















Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51


cookieassistant.com