Angers écrase Le Mans et reprend (provisoirement) la tête de la Ligue 2


Rédigé par - Le Samedi 29 Septembre 2012 à 14:19


Après neuf journées, Angers SCO a repris la tête de la Ligue 2. Ce qui était une surprise au mois d'août le devient de moins en moins tant la formation entraînée par Stéphane Moulin a maîtrisé son sujet face au Mans. 4-0, le score est sans appel. Et Angers est premier avant le dernier match de cette journée entre Monaco et Ajaccio.



Claudiu Keseru a donné le tournis aux défenseurs manceaux en inscrivant quatre buts hier soir.
Claudiu Keseru a donné le tournis aux défenseurs manceaux en inscrivant quatre buts hier soir.
Quatre buts d'écart au tableau d'affichage à la fin du match : le grand homme de ce derby a été Keseru qui a inscrit à lui seul les 4 réalisations angevines. Le Roumain a ainsi porté son total personnel à 9 buts cette saison, ce qui le propulse en haut du classement des buteurs de la Ligue 2. À égalité avec un certain Ibrahima Touré, de Monaco. Or, il risque d'être beaucoup question du club de la Principauté ces prochains jours sur les bords de Maine.

D'abord, parce que les joueurs entraînés par Claudio Ranieri jouent lundi à Ajaccio et auront la possibilité -en cas de victoire ou de nul- de repasser devant ceux de son homologue angevin. Mais aussi parce que la prochaine rencontre à Jean-Bouin, le 19 octobre, opposera peut-être le leader à son dauphin (ou le dauphin au leader) même si, entre-temps, le SCO se sera rendu à Dijon et que Monaco aura reçu Châteauroux.

Globalement, les 20 premières minutes étaient dominées par les Angevins. Mais ce n'est qu'à la 29e minute que le festival Keseru a commencé. À ce moment, il obtenait un coup franc, idéalement placé comme il les affectionne à l'entrée de la surface et légèrement excentré sur la gauche du gardien.

Dans ce genre de situation, il y a toujours danger et le Roumain ne se faisait pas prier pour expédier un tir bien travaillé que la main de Jérémie Janot ne pouvait qu'effleurer (29e, 1-0) . Dix minutes plus tard, sur un mouvement parti de la gauche du terrain dans les pieds de Gomez le ballon parvenait à Ravet puis Keseru dont le tir trompait une deuxième fois le gardien adverse (2-0).

Les blancs et Noirs auraient d'ailleurs pu aggraver un peu plus la marque avant la pause : sur un mouvement encore une fois initié par Keserü qui démarquait Fall sur l'aile, ce dernier centrait pour Doré, seul aux 6 mètres, mais l'attaquant envoyait le ballon au-dessus du but. 2-0 à la pause, c'était moindre mal pour les visiteurs.

Cependant, au retour des vestiaires, les Angevins revenaient animés des mêmes intentions que précédemment. Les hommes de Denis Zanko avaient toujours autant de mal à obtenir la maîtrise du ballon.

À la 56e, Malicki devait toutefois repousser des deux poings une tentative lointaine de Sanson, mais il était dit que c'était le soir de Keseru. À la 73e, il récupérait le ballon et d'une frappe tendue trompait pour la troisième fois le gardien manceau.

À 3-0, les Angevins auraient pu se contenter de gérer, mais en face le moral n'y était plus et sur un contre, le ballon parvenait une nouvelle fois à Keserü.. Le meneur de jeu angevin d'un tir croisé achevait le calvaire de Janot (93e). Jean-Bouin, qui commence vraiment à prendre goût à ce genre de spectacle, était en liesse.




Christophe ROUSSEL
Correspondant Sport pour Angers Mag dans plusieurs sports (football, athlétisme, ...) et dans le... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Anthony le 30/09/2012 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si le SCO redevenait une grande équipe, un centre de formation doit voir le jour bientôt, Frédéric Béatse semble avoir renoué des liens forts avec les dirigeants élites, Le club a depuis peu acquis une stabilité qui fait plaisir à voir, voilà qui incontestablement donne de l'élan au club phare du sport Angevin .

Pendant 12 ans le Maire précédent avait négligé les équipes élites, jugeant probablement, que la participation financière de la ville suffisait à leur bonheur. Mais un club pro n'es...