Angers évalue la semaine de 4,5 jours pour les écoliers


Rédigé par - Angers, le 05/07/2011 - 14:37 / modifié le 05/07/2011 - 14:55


Alors que le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, annonce son souhait de modifier les rythmes scolaires des enfants, la ville d’Angers vient d’évaluer la semaine de quatre jours et demi en expérimentation à l’école de l’Isoret depuis la rentrée 2010. L’objectif des élus angevins est clair : assurer le bien-être et la réussite scolaire des enfants.



Enfants dans une école d'Angers (Photo ville d'Angers - Communication)
Enfants dans une école d'Angers (Photo ville d'Angers - Communication)
la rédaction vous conseille
En mai 2008, le ministère de l’Éducation nationale publiait par décret la modification du calendrier scolaire des écoles maternelles et élémentaires, portant sur la suppression de l’école le samedi matin et la répartition des cours sur quatre jours. Nos chers bambins se sont retrouvés surchargés et des défaillances (fatigue, perte de concentration, échec scolaire) ont été rapidement constatées.

Mais ce décret offrait une possibilité, celle de s’organiser sur 9 demi-journées en remplaçant le samedi par le mercredi matin. Membre du réseau français des villes éducatives, Angers s’est saisi de cette opportunité pour mettre en place une concertation auprès des écoles des secteurs privés et publics de la ville. Une démarche expérimentale pour l’élaboration d’un nouvel aménagement des temps scolaires et périscolaires à été engagée avec le groupe scolaire de l’Isoret dans le quartier des Deux Croix – Banchais à Angers.

Des études chronobiologiques ayant démontré que le temps du matin est plus propice à l’apprentissage, l’aménagement proposé privilégie les cours fondamentaux en matinée, avec des journées scolaires se terminant à 15h30, sauf le mercredi à 11h30. Des temps de détente plus longs, le midi, et des périodes pour activités périscolaires ont été mis en place le matin de 7h30 à 8h20 et l’après-midi (sauf mercredi) de 15h30 à 18h30. Cette expérimentation est mise en place après discussions avec les parents d’élèves et accord de l’inspection académique, à partir de septembre 2010 et pour une durée de 3 ans.

Les parents et les enfants sont plutôt satisfaits.

En juin dernier les représentants d’Angers, mais aussi des autres villes engagées dans ce processus expérimental : Brest, Nevers, La Roche sur Yon et Lyon, se sont réunis pour tirer les premiers enseignements. Côté parents, si la première année de test à nécessité quelques ajustements, on se montre plutôt séduit par la formule qui propose la fin des cours à 15h30. « Proposer des activités après la classe c’est aussi un moyen de canaliser leurs énergies », confient les parents.

Côté équipes d’animation, ces modifications de rythmes entrainent des nouvelles coordinations prenant en compte les aspects de chaque métier de l'éducation et de l'animation. « Maintenant ça roule plutôt bien, même si quelques ajustements sont encore à prévoir ». Les équipes se réjouissent toutefois d’avoir pu, malgré ce changement, mener à bien le programme scolaire.

Pour Luc BELOT, adjoint à l’enfance et à l’éducation de la Ville d’Angers, « le dispositif ne pourra être déployé dans les autres écoles qu’après une véritable étude scientifique », sachant que tout est mis en œuvre pour conjuguer les temps scolaires et péri scolaire afin que l’enfant retrouve un certain bien-être. « Envisager les temps autrement, ça va au-delà d’une simple expérimentation, ça interroge globalement la société et la mise en place de passerelles entre les périodes de la journée. Faire des maths le matin et proposer un jeu l’après-midi sur la même thématique c’est aussi un enjeu », déclare Claire LECONTE, professeure chronobiologiste.

Même si cette première année d’expérimentation semble satisfaire les différents acteurs, enfants, parents, pédagogues et médecins, l’enjeu reste de trouver la meilleure formule, celle qui donne satisfaction à tous, sachant, et cela n’a pas encore été pris en compte dans la démarche des villes éducatives, que le ministre proposait pas plus tard qu’hier de modifier les périodes de vacances. Alors qu’Angers et les autres villes avaient peut-être trouvé l’amorce de rythmes supportables pour les enfants, voici qu’elles risquent d’être contraintes de prévoir de nouveaux ajustements.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com