Angers, la Gauche et Jean-Luc Rotureau : pour le dialogue, c’est trop tôt !

La Gauche à Angers : en travaux ! (Episode # 2)


Rédigé par - Angers, le 30/06/2015 - 08:15 / modifié le 01/07/2015 - 12:13


Seize mois après la victoire de Christophe Béchu aux élections municipales et son deuil à peine passé, la Gauche tente de se remobiliser à Angers. Consciente qu’il faudra du temps, de la volonté et des idées pour dépasser ses divisions mais surtout reconquérir les cœurs de ses électeurs. Episode 2 : Jean-Luc Rotureau ou l'impossible réconciliation ?



Angers, la Gauche et Jean-Luc Rotureau : pour le dialogue, c’est trop tôt !
la rédaction vous conseille
Il y a ceux, nombreux, dont on comprend rapidement qu'ils n’ont toujours pas digéré. Et ceux, plus rares, qui appellent ouvertement à « crever l’abcès ». Il y a surtout tous ceux qui admettent qu’il sera difficile de rassembler à gauche d’ici à 2020 sans restaurer le dialogue avec l’ex-adjoint à l’urbanisme d’Angers. Mais c’est un fait, 15 mois après les élections municipales qui les ont vu partir chacun de leur côté, Jean-Luc Rotureau et Frédéric Béatse ne se parlent toujours pas.

« Je crois sincèrement que ça vient de lui et qu’il n’a pas envie de reparler avec nous » estime Matthias Cadot, l’ex-directeur de cabinet du second, retourné au Conseil régional mais très impliqué aujourd'hui dans l'animation de l'association Aimer Angers. Jean-Luc Rotureau ne le conteste pas. Pour une raison très simple à comprendre au demeurant, quand on suit son raisonnement. Selon lui, la gauche angevine n'a pas mené le travail d'auto-critique qu'il attend. Celui qui passerait au crible l'évolution de sa pratique du pouvoir à la tête de la Ville d'Angers et, inévitablement, sa responsabilité dans la succession de Jean-Claude Antonini, l'événement déclencheur de son affranchissement.

"Il y a quand même une grande escroquerie intellectuelle derrière ce qu'on veut nous faire passer pour une remise en cause. Les principaux responsables qui la portent sont les victimes d'une stratégie qu'ils ont mise en place et qui n'a pas fonctionné. Et aujourd'hui, ils cherchent les raisons de la défaite ailleurs" analyse Jean-Luc Rotureau. Sans détour, il cite "les amis" : "Frédéric Béatse", "Luc Belot", "Olivier Vaillant" (l'ex-directeur de cabinet de Jean-Claude Antonini à la mairie d'Angers)... Sans détour, il dénonce "la question du pouvoir, devenue une obsession" : "Ce n'est quand même pas pareil de dire, on bâtit un projet et de voir ensuite ce que l'on peut en faire, que de se fixer le maintien au pouvoir comme objectif et de construire ensuite." Sans détour encore, il raille le pseudo-travail démocratique mené dans les quartiers, "plus des aspirateurs à militants que des vrais lieux d'exercice de la démocratie". Alors impossible, le dialogue ?
"Ce n'est quand même pas pareil de dire, on bâtit un projet et de voir ensuite ce que l'on peut en faire, que de se fixer le maintien au pouvoir comme objectif et de construire ensuite."  Jean-Luc Rotureau

"Le fait de disposer d'un peu plus de temps désormais me permet de comprendre un peu mieux encore combien est grand le divorce entre les hommes politiques et les citoyens. Le message politique, tel qu'il est aujourd'hui porté, est en décalage avec ce qu'attendent les gens, il faut repartir de la base" nous avait répété Jean-Luc Rotureau au début du moins de juin, en présentant une table-ronde que son mouvement a organisé autour de la restauration collective.

Baptisé Nouvel Elan pour une Citoyenneté Active, le nom de ce parti politique affilié au Rassemblement citoyen de Corinne Lepage (dont l'ex-candidat aux municipales vient d'intégrer l'exécutif national), fait pourtant écho à la nécessité de remobiliser défendue par ceux dont il s'était éloigné. Mais le terrain d'entente s'arrête là. Si Jean-Luc Rotureau dialogue avec les instances de gauche, c’est seulement au sein du groupe d'opposition au Conseil départemental où il a été réélu en mars et occupe toujours une place importante, aux côtés de Grégory Blanc, le secrétaire réélu de la fédération départementale du Parti socialiste. « Tout s’y passe bien ! » précise-t-il, comme pour mieux faire la distinction avec la vie de la gauche à Angers. "L'ensemble des socialistes, adhérents ou pas, n'y ont aucune difficulté à travailler ensemble. Au contraire, je pense n'avoir jamais connu une telle envie collective" lui fait écho Grégory Blanc.

Alors, Angers, cas insoluble pour le rassemblement de la Gauche ? "Je pense que la situation est en train de s'assainir, je revois des gens qui ont milité pour Jean-Luc Rotureau, s'intéresser de nouveau à ce que fait le PS. Et vice-versa. Il faut prendre le temps, on n'est pas dans une séquence où il y a urgence, mais en même temps, il ne faut pas tarder non plus" tente de positiver le patron du PS de Maine-et-Loire, tout en reconnaissant la difficulté à appréhender les questions humaines. "La vérité c'est qu'il va bien falloir que tout le monde travaille ensemble, malgré les divergences d'analyse, pour se pencher mieux encore sur la question du numérique, la transition énergétique et tous les enjeux qui entourent l'avenir d'Angers" estime le patron du PS de Maine-et-Loire.
 




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par gino le 30/06/2015 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pschitt!

2.Posté par Christian le 30/06/2015 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ROTUREAU et PILET même combat, faire perdre la gauche angevine et partager le gâteau!
Que de convictions!

3.Posté par Miguel Lys le 01/07/2015 19:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certaines blessures faites lors des dernières élections par l'équipe Beaste présente au 2 iéme tour à l'encontre des certains d'entre nous sont encore béantes mais cicatriseront avec le temps, il faut laisser le temps au temps, personnellement ainsi que bon nombre de mes camarades ont votés pour cette liste, aujourd'hui encore certains s'évertuent à entretenir la blasphème, et si vous vous remettiez en question camarades de Gauche?, parce que si HOLLANDE ou un autre perdent la présidentielle ...















Angers Mag











Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17



cookieassistant.com